AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 HELLOWEEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: HELLOWEEN   Dim 18 Nov - 9:09

HELLOWEEN sortira son prochain album baptisé Straight Out Of Hell le 18 janvier (en Europe) et le 22 janvier (en Amérique du Nord). Vous pouvez voir ci-dessous l’artwork qui ornera la pochette (créé comme d’habitude par Martin Häusler) et la lite des titres. Un clip devrait bientôt arriver pour le morceau d’ouverture de ce disque.



Tracklist :


Nabataea
World Of War
Live Now!
Far From The Stars
Burning Sun
Waiting For The Thunder
Hold Me In Your Arms
Wanna Be God
Straight Out Of Hell
Asshole
Years
Make Fire Catch The Fly
Church Breaks Down
Another Shot Of Life *
Burning Sun (Hammond version – hommage à Jon Lord) *

* Bonus tracks (édition limitée)

Revenir en haut Aller en bas
avatarjs64AliveMessages : 517
Date d'inscription : 08/05/2012
Localisation : Donibane Garazi
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Dim 18 Nov - 22:52

tiens, il n'y avait pas de topic sur ce groupe ...
La pochette est bien laide... comme je les aime
Vivement la tournée avec Gamma Ray...

HELLISH ROCK PART II 2013

with very special guest: GAMMA RAY


October 2012
Japan27.10.2012Saitama-shiLoudpark 12

December 2012
Germany15.12.2012KarlsruheKnock Out Festival 2012

January 2013
United States28.01.2013Miami, FL70000 Tons of Metal

February 2013
Spain28.02.2013BarcelonaRazzmatazz 1

March 2013
Spain01.03.2013MadridLa Riviera

Spain02.03.2013BilbaoSantana 27
Switzerland04.03.2013PrattelnZ7

Italy05.03.2013MilanAlcatraz

Italy06.03.2013BolognaEstragon

Greece09.03.2013Athenst.b.a.

Greece10.03.2013ThessalonikiPrincipal

Turkey12.03.2013IstanbulRefresh the Venue

Bulgaria15.03.2013SofiaArena Armeec

Romania16.03.2013BucharestArenele Romane

Slovenia18.03.2013LjubljanaMedia Park Club

Hungary19.03.2013BudapestPesca Music Hall

Slovakia21.03.2013BratislavaSport Hall

Czech Republic22.03.2013PragueTesla Aréna

Czech Republic23.03.2013ZlínHala Euronics

Slovakia24.03.2013BreznoSport Hall

Poland26.03.2013KrakowStudio

Poland27.03.2013WarsawStodola

Finland29.03.2013HelsinkiThe Circus

Finland30.03.2013TamperePakkahuone

Finland31.03.2013OuluTeatria

April 2013
Norway02.04.2013OsloRockefeller

Sweden04.04.2013StockholmArenan

Sweden05.04.2013KarlstadNöjesfabriken

Sweden06.04.2013GothenburgLisebergshallen

France08.04.2013ParisOlympia

Germany09.04.2013SaarbrückenGarage

Germany10.04.2013LangenNeue Stadthalle

Germany12.04.2013KaufbeurenAllgäu Event Center

Germany13.04.2013BochumRuhrcongress

Belgium14.04.2013MonsPPM-Fest

United Kingdom16.04.2013LondonHMV Forum

Germany18.04.2013HamburgDocks

Germany19.04.2013GeiselwindMusic Hall

Germany20.04.2013BalingenVolksbankmesse

Germany21.04.2013SchwandorfOberpfalzhalle

Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Ven 23 Nov - 22:16

HELLOWEEN et GAMMA RAY seront en tournée européenne ensemble en avril 2013 et passeront par Paris le 8 avril, à l’Olympia, et le lendemain, 9 avril, au Garage de Saarbrücken (Allemagne, à quelques kilomètres de la frontière française).

Pour rappel, HELLOWEEN sortira son prochain album, Straight Out Of Hell, le 18 janvier.

Ci-dessous l’affiche du concert à Paris.

Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Mar 4 Déc - 18:32

HELLOWEEN sortira Straight Out Of Hell, son nouvel album, le 18 janvier (le 22 en Amérique du Nord). Une nouvelle chanson, le titre d’ouverture de ce disque, ‘Nabataea’, a été mise en ligne. Vous pouvez l’écouter via le player ci-dessous.



http://soundcloud.com/theendrecords/helloween-nabataea



Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Dim 16 Déc - 12:05

[youtube][/youtube]
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Sam 22 Déc - 23:56

[youtube][/youtube]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Mer 26 Déc - 22:21

[youtube][/youtube]



Great show with Kai Hansen on vocals. Aardschok Festival 1986!

1. Intro
2. Ride The Sky
3. Murderer
4. Gorgar
5. Victum of Fate
6. Reptile
7. Judas
8. Guardians
9. Heavy Metal(is the Law)/Bass Solo
10. Metal Invaders

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Mer 26 Déc - 22:35

Helloween (1985):



Walls of jericho (1985):



Keeper of the seven keys - part.1 (1987):



Keeper of the seven keys - part.2 (1988):



Pink bubbles go ape (1991):



Chameleon (1993):



Master of the rings (1994):



The time of the oath (1996):



Better than raw (1998):



Metal jukebox (1999):



The dark ride (2000):



Buried treasure (2002):



Rabbit don't come easy (2003):



Keeper of the seven keys - the legacy (2005):



Gambling with the devil (2007):



Unarmed (2009):



7 sinners (2010):


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Mer 26 Déc - 22:43

L'histoire de Helloween débute en 1978 lorsque Kai Hansen (chant et guitare) et Piet Sielck (chant et guitare) jouent ensemble dans un groupe appelé Gentry à Hambourg. En 1981 Gentry change de nom pour devenir Second Hell, et est rejoint par le bassiste Markus Grosskopf et le batteur Ingo Schwichtenberg. Après que Sielck est quitté le groupe en 1982Helloween, Second Hell change une nouvelle fois de nom pour devenir Iron Fist. En 1983 Michael Weikath rejoint le groupe. En 1984Helloween, Noise records invite le groupe à participer à la compilation "Death Metal" et le groupe change définitivement de nom pour devenir Helloween. Le groupe sort alors en 1985 son premier album "Wall of Jericho" et le groupe participe à l'émergence d'un nouveau genre qu'est le Power metal.
Kai Hansen ayant des difficultées à assurer à la fois le chant et la guitare, Helloween recrute le chanteur Michael Kiske et en 1987, paraît l'album "Keeper of the Seven Keys part I" qui assurera à la citrouille une renomée mondiale.
Vient ensuite, certainement l'album le plus connu du groupe: "Keeper of the Seven Keys Part II" qui sort en 1988.
En 1988 , le groupe connait alors des problemes avec son label qui débouchent sur des procès. Les conséquences pour le groupe sont alors désastreuses car ils doivent rembourser le label et ne peuvent plus sortir d'album ailleurs qu'en Europe et au Japon. Durant cette période difficile Kai Hansen quitte le groupe et est remplacé par Roland Grapow et en 1991, sort l'album "Pink Bubbles Go Ape" qui ne rencontre aucun succès.
Mais le pire est encore à venir pour la citrouille: en 1993 Helloween sort "Chameleon" qui plonge un peu plus le groupe dans la crise. Le style de l'album est complètement différent des précèdent; la musique est beaucoup plus lente et moins agressive et fait ainsi perdre au groupe de nombreux fans. Ingo Schwichtenberg est écarté de la tourné du groupe à cette période pour cause de schizophrénie et de ses problemmes d'alcool et de drogue. Il finira par se suicider en 1995 en se jetant sous un train.
En 1994 le groupe engage le chanteur actuel: Andi Deris et un nouveau batteur: Uli Kusch et sort l'album "Master of the Rings". Helloween renoue enfin avec le succès, l'album reçoit des critiques positives et le groupe semble enfin avoir trouvé une cohérence entre ses membres. En 1996 l'album "Time of the Oath" consolide le succès du groupe acquis avec "Master of the Rings" sortit 2 ans auparavant. La citrouille continue ainsi sur sa lancée en sortant "Better Than Raw" en 1998 et une compilation, "Metal Jukebox" en 1999.
Mais en 2000 de nouvelles tensions naissent au sein du groupe après la tourné de "The Dark Ride" sortit la même année. Michael Weikath évince du groupe Uli Kusch et Roland Grapow à qui il reproche de se concentrer plus sur leur projet solo que sur Helloween. Le groupe se met alors à la recherche de nouveaux musiciens et recrute Mark Cross à la batterie qui est cependant rapidement remplacé par Stefan Schwarzmann et Sascha Gerstner remplace Roland Grapow à la guitare. En 2003 sort "Rabbit Don't Come Easy" qui remporte un certain succès auprès des critiques, du publique et sur le marché.
En 2005 sort alors "Keeper of the Seven Keys - The Legacy" et le groupe entamme alors une tourné pour la promotion de ce troisième et dernier tome de la série des Keeper of the Seven Keys.
Un 14ème album d'Helloween, annoncé en mai 2007 et intitulé Gambling with the Devil, sortira finalement le 31 octobre 2007 + une tournée mondiale (et l'Europe en guise de début). Fin octobre 2009 et après de longs mois de silence, Helloween annonce sur son site officiel la sortie d'un Best Of intitulé Unarmed qui commémorera les 25 ans du groupe. Il s'agit de versions réenregistrées et réarrangées de différents titres du groupe avec une participation de l'orchestre symphonique de Prague. Un medley de 17 minutes mélangera les trois titres les plus longs écrits par Helloween : Halloween, Keeper of The Seven Keys et The King For A Thousand Years.Durant les vacances d'été, Helloween annonce sur son site officiel la sortie le 31 octobre 2010 de son nouvel album, 7 Sinners, qui serait l'album le plus rapide et le plus heavy du groupe. L'album est bien sorti le 31 octobre en Europe et le 3 novembre aux États-Unis. Il était également disponible à l'écoute en streaming via la page Myspace officielle du groupe à partir du 25 octobre 2010. Le titre de l'album fait référence aux sept péchés capitaux, la pochette disque représente une étoile à sept branches qui symbolise l'arme qui combat ces derniers. Afin de promouvoir cette sortie, Helloween partira en tournée à travers toute l'Europe en compagnie de Stratovarius dans le courant du mois de novembre 2010.HELLOWEEN sortira Straight Out Of Hell, son nouvel album, le 18 janvier (le 22 en Amérique du Nord).












_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Mer 26 Déc - 22:44

[youtube][/youtube]



Helloween - Helloween EP



01. Starlight - 00:00
02. Murderer - 05:18
03. Warrior - 09:45
04. Victim Of Fate - 13:47
05. Cry For Freedom - 20:25

Line-up:

Kai Hansen: Vocals & Guitars
Michael Weikath: Guitars
Markus Grosskopf: Bass
Ingo Schwichtenberg: Drums (R.I.P. 1995)

Recorded In 1985.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Mer 26 Déc - 22:46

[youtube][/youtube]



Helloween "-Walls Of Jericho"

1. "Walls Of Jericho"
2. "Ride The Sky"
3. "Reptile"
4. "Guardians"
5. "Phantoms Of Death"
6. "Metal Invaders"
7. "Gorgar"
8. "Heavy Metal
9. "How Many Tears"
Extras
• "Murderer"
• "Judas
• "Victim Of Fate"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Mer 26 Déc - 22:47

[youtube][/youtube]



Helloween - Keeper Of The Seven Keys Part One (Full Album) 1987



1. Initiation
2. I'm Alive 1:22
3. A Little Time 4:45
4. Twilight of the Gods 8:45
5. A Tale that Wasn't Right 13:16
6. Future World 18:00
7. Halloween 22:05
8. Follow the Sign 35:23

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Mer 26 Déc - 22:49

[youtube][/youtube]



Helloween - Keeper Of The Seven Keys Part 2



01. Invitation - 00:00
02. Eagle Fly Free - 01:08
03. You Always Walk Alone - 06:20
04. Rise And Fall - 11:31
05. Dr. Stein - 15:56
06. We Got The Right - 21:00
07. March Of Time - 26:09
08. I Want Out - 31:25
09. Keeper Of The Seven Keys - 36:07

Line-up:

Michael Kiske: Vocals
Markus Grosskopf: Bass
Michael Weikath: Guitars
Kai Hansen: Guitars
Ingo Schwichtenberg: Drums (R.I.P. 1995)

Release In 1988.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Mer 26 Déc - 22:52

[youtube][/youtube]



Helloween - Live @ Wacken Open Air 2011 -

0:00 March Of Time
5:20 Where The Sinners Go
13:00 I'm Alive
17:42 Keeper Of The Seven Keys
25:19 Helloween
32:28 Future World
36:19 Dr. Stein
43:06 I Want Out

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Ven 28 Déc - 20:09

[youtube][/youtube]



TV Rock Live - Helloween - Interview - Paris 2012 [HD] Traduction en Français (merci Serge !)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Ven 11 Jan - 11:25


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Ven 11 Jan - 17:36

Andi Deris (Helloween) : optimiste réaliste







Rien ne semble perturber Helloween, dévoilant depuis ses débuts une nouvelle production tous les deux ou trois ans. Routinier ? Pas nécessairement. Déjà parce que les changements de line up qu’à connu le groupe par le passé – et même si le line up actuel est le plus stable qu’ils n’ont jamais eu, ce depuis 2005, comme nous le faisait remarquer le guitariste Sascha Gerstner – leur ont toujours empêché de l’être. A cet égard, il est toujours surprenant de constater à quel point Helloween n’a malgré tout jamais perdu en cohérence, ni de son caractère immédiatement identifiable, même lors de ses écarts. Mais aussi parce qu’on voit bien que le groupe a conservé une certaine forme d’enthousiasme qui le pousse à varier les plaisirs. C’est ainsi que son nouvel album, Straight Out Of Hell, se différencie légèrement de son prédécesseur par un retour à un musique plus positive, plus « happy happy halloween », comme l’on dit.

Nous avons eu l’occasion de disséquer ce nouvel album et d’en discuter avec Andi Deris, chanteur du groupe depuis bientôt vingt ans. Il a également partagé avec nous son optimisme, dénoncé le culte qui est aujourd’hui fait de l’argent et même évoqué son rapport à Dieu. Un chanteur à qui l’on a par ailleurs découvert des dons de médium puisqu’il nous a affirmé, avec arguments solides à l’appui, que la fin du monde n’allait pas se produire le 21 décembre 2012. Une prédiction qui, comme on peut aujourd’hui le constater, s’est révélée tout à fait juste !



Radio Metal : Comment vas-tu ?

Andi Deris (chant) : Pas trop mal. Je suis assis dans le bar de l’hôtel et je donne une interview par téléphone ! (rires)

Le groupe a déclaré que Straight Out Of Hell comporterait 13 chansons, rapides pour la plupart et très variées en raison du nombre de compositeurs. Penses-tu que l’ouverture d’esprit et la diversité de ses membres actuels soient ce qui fait la force du groupe ?

Oui et non. Déjà, à l’époque de Keeper, le groupe essayait de se diversifier et d’emprunter plus d’une direction, de faire plus que du speed ou du thrash. C’était un joyeux mélange de ballades, de metal pop et de speed. Je pense que c’est quelque chose que le groupe a toujours eu. Aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir quatre compositeurs, donc nous n’avons pas à nous forcer pour obtenir cette diversité. Avec quatre compositeurs, on obtient automatiquement ce mélange de styles. Il n’y a plus qu’à trouver les ponts permettant de relier les chansons. Mais sur cet album, la diversité était courue d’avance.


« Comme l’album sortira après 2012, ce serait une bonne idée de sortir un album positif, pour célébrer le fait d’avoir survécu à 2012 ! »
Straight Out Of Hell paraît plus joyeux, plus positif et moins sombre que le disque précédent, 7 Sinners. Le groupe a-t-il ressenti le besoin de revenir au metal joyeux qui a fait sa célébrité ?

C’était le bon moment pour le faire. C’était surtout une idée de Charlie [Bauerfeind], notre producteur. Il a écouté les démos et il a dit : « On a 26 ou 27 idées, et certaines chansons ne sont pas vraiment positives. Comme l’album sortira après 2012, ce serait une bonne idée de sortir un album positif, pour célébrer le fait d’avoir survécu à 2012 ! » (rires) C’est l’une des anecdotes derrière cette décision de faire un album plus positif.

Pour la sortie de 7 Sinners, nous avons discuté avec Sascha [Gerstner, guitare] du fait que l’album était une sorte de réaction à Unarmed : le groupe s’était armé à nouveau, comme le suggérait l’artwork. L’aspect positif de Straight Out Of Hell serait-il une réaction au côté sombre de 7 Sinners, même inconsciemment ?

Inconsciemment, peut-être. Ce n’était pas volontaire. L’écriture s’est peut-être faite dans une ambiance plus positive. Quand on a du succès, comme ça a été le cas avec 7 Sinners, il n’y a aucune raison d’être déprimé ! Tout le monde était sans doute très heureux et s’est dit : « Faisons à nouveau de la musique plus légère ». C’est peut-être pour ça. Mais je dois souligner que les paroles ne sont pas du tout positives, elles reflètent des moments sombres. Mais nous sommes des gens optimistes, nous pensons qu’il y a toujours une lumière au bout du tunnel, même quand les problèmes sont graves. C’est la raison pour laquelle l’album est un peu plus positif. Très franchement, je ne le voyais pas comme ça. Quand les gens ont commencé à me dire qu’ils trouvaient l’album positif, j’ai dû le réécouter pour comprendre pourquoi tout le monde pensait ça. En tant que chanteur, j’ai toujours le nez sur les paroles, et elles ne sont pas du tout positives. Elles sont très réalistes et parlent de problèmes actuels. Mais oui, en termes de musique, c’est sans doute plus positif. Je ne suis peut-être pas la meilleure personne pour en parler ! (rires)

« Nabatea », le premier single tiré de l’album, évoque la ville cachée de Pétra, qui n’a été découverte qu’au début du XXème siècle et est à l’origine de bon nombre de mythes et légendes. Apparemment, cette chanson serait née pendant tes vacances. Peux-tu nous confier les détails ?

En fait, je surfais simplement sur Google. Nous étions sur notre île préférée, dans les Seychelles, qui est sans doute le dernier endroit au monde pour écrire du metal ! J’étais installé sur la terrasse, en train de consulter Google, et je suis tombé sur la ville de Pétra et le royaume nabatéen. J’ai trouvé que c’était une histoire formidable, parce que l’humanité a toujours considéré le royaume nabatéen comme elle considère l’Atlantide : comme une légende, pas une histoire vraie. Et puis, au début du XXème siècle, on a découvert la métropole de Pétra. Soudain, ce n’était plus une légende, c’était vrai. J’ai été fasciné par cette histoire et par le fait qu’une démocratie existait déjà il y a 2 ou 3 000 ans. C’était une nation sans soldats ni esclaves, mais elle était malgré tout prospère et vivait bien. Ça ressemblait au paradis ! Je me suis dit que c’était une super histoire et qu’il fallait que j’en fasse une chanson. Sur cette terrasse aux Seychelles, je n’ai pas écrit la musique mais les paroles. Ensuite, je suis rentré chez moi, à Ténérife, où l’environnement est beaucoup plus rude et sauvage. Il y a de la pierre volcanique, dans le coin. C’était l’endroit idéal pour mettre de la musique metal autour des paroles ! (rires)

Tu as déclaré que la théorie selon laquelle le monde touchera à sa fin le 21 décembre 2012 était une connerie. D’où te vient cette certitude ?

Tout calendrier doit s’arrêter quelque part. Quand on dispose d’un livre de 500 pages pour écrire un calendrier, on s’arrête à la page 500. C’est ce qui s’est passé avec les Mayas : ils avaient un espace restreint sur leur pierre pour écrire leur calendrier, ils ne pouvaient pas aller plus loin.

Tu as également affirmé : « Nous allons tous survivre à 2012 et être confrontés à un avenir plus positif et énergique ». Tu sembles croire que quelque chose va changer après cette année, même si tu ne crois pas à la fin du monde.

Certaines personnes parlent des constellations, ce genre de chose. Quelque chose arrivera peut-être mais je ne pense vraiment pas que le monde cessera simplement d’exister.


« Si on se contente d’écouter les infos, on peut évidemment se dire que la vie est merdique. Mais la vie ne se déroule pas aux informations. La vie, c’est toi et moi, assis ensemble à partager une bière. »
Vous êtes des musiciens très optimistes et l’album tente de dépeindre un avenir positif pour l’humanité. C’est un point de vue intéressant car la plupart des gens sont très pessimistes en raison de la crise financière. Comment parvenez-vous à rester positifs ?

C’est difficile ! (rires) Et très franchement, je ne sais pas si l’avenir nous donnera raison. Mais quoi qu’il en soit, on ne doit pas arrêter de vivre et de profiter du présent sous prétexte qu’on est confronté à des problèmes – les banquiers, les managers, la crise, tout ce qui se passe dans le monde. Bien que nous ayons tous ce genre de problèmes, nous trouvons malgré tout le moyen de passer un bon moment, de voir les amis, de rire et de profiter de la vie. C’est quelque chose dont il faut avoir bien conscience. C’est la vie. Si on se contente d’écouter les infos, on peut évidemment se dire que la vie est merdique. Mais la vie ne se déroule pas aux informations. La vie, c’est toi et moi, assis ensemble à partager une bière. Je crois que c’est le plus important : comprendre ce qu’est la vie.

Les paroles du groupe font souvent référence à la religion : le paradis, l’enfer, Dieu, etc. Cet album se termine même avec « Church Breaks Down », qui comprend un orgue et un chœur. Qu’est-ce qui vous pousse à écrire autant sur la religion, et plus particulièrement sur le Christianisme ?

En fait, c’est exactement le sujet de toutes les paroles de l’album. « Church Breaks Down » parle de la chute de l’église catholique, parce que nous avons réalisé que la nouvelle religion mondiale, aujourd’hui, était l’argent. La vieille église s’effondre et une nouvelle apparaît. On ne peut pas le nier : le nouveau dieu est plus important que Jésus. Aujourd’hui, le nouveau dieu, c’est l’argent. Ça peut paraître triste mais c’est une réalité.

Ce qui est intéressant, c’est que le metal est probablement le style dans lequel les musiciens parlent le plus de religion ou utilisent le plus de vocabulaire religieux. Comment cela s’explique-t-il, étant donné que la plupart des metalleux déclarent ne pas croire en dieu ou être religieux ?

C’est curieux, parce que je crois en dieu. J’ai des amis qui jouent dans de très grands groupes, bien plus grands que Helloween, qui y croient également. Je ne pense donc pas que ce soit une réalité. Le problème, c’est qu’au XXIème siècle, de nouveaux dieux on fait leur apparition. Et on peut vite se retrouver pris dans la spirale. Parfois, je me surprends à courir derrière l’argent. On participe à ce petit jeu, et soudain, au moment où on se dit qu’on est heureux, on comprend qu’on court après l’argent avec le reste des moutons. C’est là qu’on se dit qu’il faut arrêter. L’argent est la religion à laquelle on veut vous faire croire, parce que l’argent ne rend pas heureux. C’est la mauvaise religion. Je ne crois pas à 100% au dieu de la religion catholique mais quelque chose d’approchant. Je crois en Dieu et j’essaie de vivre de façon morale et éthique, d’une façon qui pourrait faire dire à Dieu : « Je n’ai pas de problème avec toi, Andi ». Tu comprends ce que je veux dire ? Ce n’est pas facile.

L’album comporte une chanson intitulée « Wanna Be God ». C’est un titre assez surprenant au milieu du disque : musicalement, on dirait une version Helloween de « We Will Rock You », de Queen. Était-ce voulu ?

La chanson est dédiée à Freddie Mercury. En studio, j’ai accidentellement coupé le son de tous les instruments, sauf la batterie et la voix, et je me suis dit que la chanson n’avait peut-être pas besoin de guitare. Comme tu viens de le dire, l’arrangement me rappelait un peu « We Will Rock You ». Je n’avais plus qu’à ajouter un final à la guitare, et j’obtenais une chanson avec l’arrangement exact de « We Will Rock You », que je pouvais dédier à Freddie Mercury.

Un autre titre s’intitule « Asshole ». À qui est-il dédié, celui-là ?!

Au type qui veut être dieu ! C’est lui, le connard. Au niveau des paroles, tout l’album tourne autour du même thème. Il parle de ces gens qui rendent la vie un peu plus compliquée. On a déjà évoqué la crise, par exemple. Nous sommes au milieu d’une crise mondiale, mais pourquoi ? À cause d’un groupe d’abrutis qui veut presser la dernière goutte de l’orange sans la partager. On a vu ce qui s’est passé en France à la fin du XVIIIème siècle. Ça peut très bien se reproduire au niveau mondial si ces gens-là continuent comme ça. Tôt ou tard, le peuple devra se soulever. Comme je l’ai déjà dit, les banques sont la nouvelle religion sur cette planète mais je pense qu’elles finiront par tomber.


« Parfois, je me surprends à courir derrière l’argent. On participe à ce petit jeu, et soudain, au moment où on se dit qu’on est heureux, on comprend qu’on court après l’argent avec le reste des moutons. »
Bien que vous évoquiez des sujets sérieux dans votre musique, le titre de l’album et des chansons et l’artwork sont parfois proches du cliché. Penses-tu que l’humour soit un meilleur moyen de parler des sujets sérieux et sombres ?

Tout à fait. Je pense que c’est le seul moyen. Si on présente ça sous une forme humoristique, on peut parler de problèmes sérieux et profiter malgré tout du moment que l’on vit, qui est sans doute un moment agréable. Si on aime le vin, quand on se sert un verre et qu’on le déguste, le monde est parfait. On profite du moment. À cet instant, peu importe s’il y a une crise ou si le monde est peuplé de connards. On profite de la vie et c’est le plus important.

D’un autre côté, ne penses-tu pas que certaines personnes peuvent s’arrêter au côté kitsch du groupe et ne pas voir le second niveau d’interprétation ?

Oui, c’est possible, comme avec le titre, comme tu l’as déjà dit. « Straight Out Of Hell » est un titre typique de Helloween. C’est humoristique et quand on voit les citrouilles, on sait que ça ne doit pas être pris au sérieux. Il y a plusieurs sens. Personne dans le groupe pense que 2012 marquera la fin du monde, mais l’objectif était de dire : « Seule une petite partie de l’humanité survivra aux cataclysmes et aux catastrophes. À ce moment-là, on reviendra de l’enfer ». C’est le sens. Mais il ne faut pas le prendre au sérieux.

Vous adorez jouer avec les clichés du heavy metal traditionnel, n’est-ce pas ?

J’ai toujours été fan de ça, j’ai grandi avec. C’est cliché pour nous et pour les gens qui ont entre 30 et 50 ans. Mais nous avons beaucoup de nouveaux fans, et ceux-là ne connaissent pas les clichés. Pour eux, ce n’est pas du tout téléphoné. Mais c’est comme ça que ça marche, ça tourne en rond. On fait du heavy metal au XXIème siècle et on essaie de mélanger des influences des années 80 à des riffs modernes. On s’efforce d’associer clichés et modernité pour satisfaire les nouveaux fans et ne pas rebuter les anciens. C’est marrant ! Ce qu’on considère aujourd’hui comme des clichés est tout nouveau pour la nouvelle génération. C’est une chose que j’ai dû apprendre. Mon fils a 20 ans, et pour lui, un album comme Straight Out Of Hell est super cool. Il a adoré, et il n’avait aucune idée qu’il existait d’autres albums avec le mot « hell » dans le titre. On appelle ça des clichés, mais pour lui, c’est nouveau.

Sur l’édition limitée de l’album, on trouve une version à l’orgue Hammond de « Burning Sun », dédiée à Jon Lord. Comment l’idée vous est-elle venue et pourquoi dédier la chanson à Jon Lord ? Je n’ai pas souvenir que Helloween ait déjà rendu hommage à un musicien décédé. Quel est votre rapport à la musique de Jon Lord ?

Pas à la musique de Jon Lord lui-même, mais Michael Weikath (guitare) est un grand fan de Deep Purple. Il a eu une grande influence sur son jeu de guitare. Quand nous avons appris le décès de Jon Lord, il a vraiment été touché. Ils avaient un bon rapport, il appréciait ce gars. Il a été très attristé d’apprendre sa mort. Heureusement, nous n’en étions qu’au deuxième jour du mixage. Il y avait encore la possibilité d’enregistrer une version de « Burning Sun » à l’orgue Hammond. Tout le monde a aimé cette version. Ça n’aurait sans doute pas été le cas de Jon Lord parce que le speed metal n’était pas son style préféré. Mais je trouve que ça sonne très bien.


« Je suis fan de rock et de metal, et honnêtement, je suis un type très conservateur ! »
Sans transition, avez-vous accordé vos instruments à 432 Hertz au lieu des 440 habituels, comme sur l’album précédent ?

Non, cette fois, nous avons opté pour l’accordement classique. Pas d’expérimentation, cette fois. La dernière fois, nous l’avons fait pour dire que nous l’avions réalisé. Très franchement, c’est difficile de changer d’accordement avec la technologie moderne. Tout est tellement bloqué à 440 qu’on rencontre beaucoup de problèmes quand on essaie d’enregistrer différemment. On pouvait le faire dans un studio analogique, c’était beaucoup plus facile. Mais avec la technologie numérique, c’est très difficile de rester à 432 Hertz, comme sur 7 Sinners. Nous avons donc décidé de ne pas le faire.

Vous allez tourner avec Gamma Ray dans les prochains mois. Vous êtes très proches d’eux et avez déjà donné plusieurs concerts spéciaux ensemble. Avec tout ça, avez-vous déjà pensé à écrire un album ensemble ?

Ce serait aller un peu loin, je dirais. C’est super pour le public de pouvoir à nouveau voir les deux groupes en tournée. Tout le monde sait que les deux groupes s’apprécient. Tout le monde connaît l’histoire et sait bien que non, il n’y a jamais eu de guerre entre nous. Nous l’avons toujours clamé, mais la presse, surtout en Allemagne, aime bien en parler de temps en temps, en disant qu’on se déteste et que ça a été la guerre quand Kai a quitté le groupe. Ce n’est pas vrai, ça ne l’a jamais été. En réalité, les deux groupes ont toujours eu des salles de répétition à 40 mètres l’une de l’autre à Hambourg. À chaque pause, on se retrouve au café ou au restaurant italien pour passer du temps ensemble.

La dernière fois que nous avons discuté avec Sascha, il s’est montré très dur envers les fans de heavy metal, qui ne sont, selon lui, pas très ouverts d’esprit. Qu’en penses-tu ? Es-tu d’accord avec lui ?

Je suis fan de rock et de metal, et honnêtement, je suis un type très conservateur ! Je veux écouter du rock et du metal. Si mes groupes de metal préférés se mettaient brusquement à faire du hip-hop, ça ne me plairait pas. Je pense que la grande majorité des fans de rock et de metal pense plus ou moins la même chose. Je veux entendre du rock et du metal, donc par pitié, n’allez pas trop loin quand vous mélangez ça à d’autres styles. Je dirais que tous les amateurs du genre sont plus ou moins sur la même longueur d’ondes. C’est sans doute ce que voulait dire Sascha. On est tous un peu conservateurs quand on parle de metal ! (rires)

Interview réalisée par téléphone 10 décembre 2012
Retranscription et traduction : Saff’

Site internet officiel de Helloween : http://www.helloween.org/

Album Straight Out Of Hell sortie le 18 janiver 2012 chez Sony Music

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Ven 18 Jan - 23:10

Andi Deris, chanteur de Helloween, nous parle du nouvel album







Le 18 janvier prochain arrive enfin la nouvelle fournée d'Helloween ! Quatorzième album studio du légendaire groupe Allemand, Straight Out Of Hell promet d'être un compte-rendu post-apocalyptique pertinent (à défaut de la charge fantaisiste qui aura auréolé ces derniers mois de l'an 2012) avec son lot de constats amers, mais porteur tout de même d'un certain message positif pour l'humanité.

Pour aborder comme il se doit ce meeting important avec ni plus ni moins que le charismatique frontman du groupe, moi Drôle de Dame, ai choisi de me parer de mes meilleurs atours : mon collègue Alex de Troy et Nils Courbaron, le guitariste de nos compatriotes du groupe T.A.N.K., tous deux fans incollables de la Citrouille des Enfers, et avons ainsi patiemment mijoté dans notre chaudron quelques questions bien pensées ! Rencontre avec le lion Andi Deris, véritable dandy francophile au grand coeur.


Carmyn : Helloween est de retour avec un nouvel album intitulé Straight Out Of Hell ! On peut remarquer une approche un peu plus dark, au niveau des paroles et du contexte, mais aussi l’usage d’un accordage des instruments un peu plus bas (en dropped-D par exemple, pour les initiés). De quoi cela résulte t’il ?

Andi : Nous avons entamé une approche un peu plus sombre ces dernières années, certes, mais je pense que cet album a tout de même une approche un peu plus ‘lumineuse’ dans ses thèmes que Seven Sinners, qui était vraiment sombre. Nous avons beaucoup composé ces dernières années. En tournée, il faut savoir que nous passons beaucoup de temps sur la route. Ce sont de longues heures d’ennui que nous comblons en écoutant de la musique et en composant. Presque tous les membres de notre groupe ont une guitare à la main, fort heureusement, et nous enregistrons ainsi beaucoup d’idées qui viennent à nous, sur dictaphone ou téléphone. Quand la tournée prend fin, nous nous retrouvons souvent avec une cinquantaine voire une soixante de ‘petites idées’ !






Carmyn : Vous avez fait des choix assez intéressants de par le passé, comme par exemple sortir un album de réadaptation en électro-acoustique de certains de vos titres : l’album Unarmed était une manière intelligente de ponctuer vos 25 ans de carrière, en même temps qu’une façon très propice de sensibiliser les profanes en metal à votre musique. Comptez-vous réitérer l’expérience ?

Andi : Non ! Au départ, nous étions tous persuadés que nos fans allaient adopter cet album instantanément. Ca n’a pas été le cas, et j’ai fini par comprendre, pour ma part, que les fans de metal et de rock étaient aussi conservateurs et entêtés que je le suis en réalité moi-même. Je l’avoue, j’ai détesté par exemple Kiss lorsqu’ils ont sorti l’album Unmasked, puis l’album Dynasty. Tout simplement parce qu’ils s’étaient aventurés à faire quelque chose de différent. Je désirais ardemment le retour à mon bon vieux Kiss, destroy et bien rock’n’roll. Aussi, je n’en veux pas à nos fans. Nous sommes tous des trous du cul conservateurs !


Carmyn : Justement, sur votre nouvel album il y a une chanson intitulée Asshole. A qui faites-vous référence exactement ?

Andi : Et bien il s’agit en réalité du concept de l’album entier, cette notion de trous du cul ! Vous découvrirez sur notre nouvel album les chansons "Nabataea", "Church Breaks Down", "World Of War", "Asshole", "Wanna Be God" entre autres ; elles traitent toutes du manque de morale, d’éthique et de responsabilité en notre monde, et puis aussi de la nouvelle ‘religion en ville’ : les banquiers, les managers. La chanson "Nabataea" fait référence à une cité qui aurait existé il y a quelque 2500-3000 ans. Tout comme Atlantis, nous avons longtemps cru qu’il s’agissait d’un mythe, d’une cité fictive. Seulement voilà, au tout début de notre XXIème siècle, sa métropole, Petra, a été découverte en plein milieu du désert Jordanien. En plein milieu de cette surface aride voilà que l’on découvre cette cité, entourée de remparts, et d’une dimension d’une trentaine de km2, complètement cachée du reste du monde, et à laquelle on ne peut accéder qu’accidentellement. Mais je vous invite à visionner Indiana Jones & La Dernière Croisade, vous verrez à quoi je fais référence ! J’ai commencé à m’y intéresser à partir de là ! Pour moi, Nabataea est une illustration parfaite de l’arrogance de notre civilisation : nous vivons une époque où nous pensons être super-intelligents, très avancés technologiquement, et surtout très civilisés. Nous sommes en réalité des idiots. Parce que nous avons en main des I-phones, nous sommes persuadés de régner en êtres suprêmes. Or, une cité comme Nabataea était déjà si avancée comparée à nous... Il y régnait apparemment la démocratie, la paix, ils n’avaient même pas l’utilité d’une armée, ni d’esclaves. Ils vivaient dans la richesse et la prospérité, à tel point que ça sonne à présent trop beau pour être vrai. Mais l’homme est une bête envieuse, et quand on y réfléchi bien, il n’y a toujours eu besoin que d’un mouton noir, un asshole, pour tout ruiner. Il n’y a qu’à voir Mussolini, Hitler… Un gars qui sache bien parler et manipuler. C’est triste…







Alex : Sur votre nouvel album donc, vous avez une chanson qui serait apparemment dédiée à Freddie Mercury ("Wanna Be God") et une autre à John Lord ("Burning Sun") : que représentent ces grands de la musique pour Helloween ?

Andi : La chanson "Burning Sun", au niveau de ses paroles, n’a rien à voir avec John Lord. C’est juste que Michael Weikath (guitare) est un grand fan de Deep Purple, et tout particulièrement de Richie Blackmore. Lorsque nous étions en tournée, Michael détestait le poulet que John Lord réclamait au catering des groupes, et ils se chamaillaient souvent à ce sujet. John Lord rouspétait toujours en disant « oh cet Allemand pénible me tanne encore avec mon poulet ». Il le trouvait fou, mais il adorait en réalité les artistes fous. Et Michael le lui rendait bien, lui qui était par ailleurs tellement heureux que John Lord se soucie de lui. Pour lui, c’était un honneur en fait. Inutile de vous dire qu’il était réellement chamboulé à l’annonce de son décès. Le lendemain, il a appelé Charlie (Bauerfeind, le producteur de l'album) au studio d’enregistrement et celui-ci en était au mixage de ce second titre, ce qui lui laissait le temps encore de changer quelques bouts dessus. Michael a donc insisté pour que la deuxième guitare soit remplacée par l’orgue Hammond de John Lord. Nous avons tous trouvé ça super. Il est fort possible que John Lord lui-même n’ait pas apprécié le titre, mais que peut-il faire à présent, puisqu’il est six-pieds-sous-Terre ?! En ce qui concerne Freddie Mercury, j’ai toujours voulu lui dédier une chanson. J’ai abordé le titre "Wanna Be God" de manière très similaire à la chanson "Long Live The King" qui était dédiée à Ronnie James Dio sur notre album précédent. Mais bon, c’est quand même plus compliqué de réaliser une chanson d’Helloween dans le style de Queen. Un jour j’étais au studio et j’ai accidentellement réduit en silence toutes les parties de guitare, il ne restait alors plus que la paire basse / batterie ainsi que le chant sur cette chanson, et j’ai tout de suite aimé le résultat de cette expérience ! Ca m’a beaucoup rappelé "We Will Rock You de Queen", aussi j’ai décidé de laisser comme ça ! Je me suis dit « si les autres musiciens approuvent, alors ce sera enfin ma chanson-hommage à Freddie ». Et ils ont validé, à ma joie.


Alex et Nils : Pourquoi le choix de sortir votre album en janvier ? Est-ce stratégique ?

Andi : Avec un groupe qui s’appelle ‘Helloween’, les gens s’attendent à ce que tu sortes inéluctablement ton nouvel album pour Halloween ! Or c’est tellement cliché à présent… La plupart des groupes majeurs de metal le font, aussi toute l’attention est concentrée sur eux à ce moment-là. Nous voulions aller à contre-courant cette fois-ci et sortir Straight Out Of Hell en janvier, au moment où personne ne l’attend ! Et puis je ne pense pas que beaucoup d’autres groupes aient des sorties à ce moment-là, aussi ce sera parfait pour veiller à ce que l’attention du public soit présente. Oh et puis Markus Grosskopf (basse) voulait que l’on attende la fin du monde d’abord, que l’on passe le cap du 21 décembre, car si la prédiction des Mayas s’avérait vraie, alors nous n’aurions plus besoin de répéter pour notre tournée mondiale !






Nils : Vous allez bientôt démarrer votre tournée avec Gamma Ray, penses-tu qu’un jour il soit envisageable que nous ayons la chance de voir Helloween partager l’affiche avec Unisonic ?

Andi : Ca me semble être la prochaine étape, ma foi. Cela fait au moins cinq ans que je tente de faire monter Michael Kiske sur scène pour interpréter au moins une chanson avec nous, mais je pense qu’il n’est pas encore prêt. Honnêtement, son problème me semble auto-généré : il a clamé sur tous les toits qu’il détestait le heavy metal, et doit maintenant assumer les conséquences de ses paroles. Au fond, il sait pertinemment qu’il a fait une bêtise, mais il s’est certainement mis en tête de rester arqué sur ses positions. Et bien qu’il ait participé à Avantasia, qui est pourtant foncièrement metal, je suis sûre qu’il trouverait une formule rhétorique pour arguer que c’est en réalité rock. Mais j’ai cependant la conviction profonde qu’un jour nous y arriverons : les quatre garçons seront sur scène, Michael avec nous pour au moins 3-4 titres, et moi enfin dans le fond à jouer un peu de guitare tranquille !





Nils Courbaron, Andi Deris, Carmyn & Alex de Troy



Alex : Tu as récemment écrit puis produit une chanson intitulée "EnAmoria", et dont les fonds auraient été entièrement destinés à la lutte contre le cancer chez les enfants. Peux-tu nous en parler un peu ?

Andi : J’ai été très touché par le fait que beaucoup de parents d’enfants atteints du cancer en Allemagne ne puissent pas rendre visite à leur enfant convalescent faute de moyens. J’ai trouvé ça tellement incroyable, que j’ai décidé de mettre la main à la pâte et aider à ma manière à collecter des fonds pour que ces familles puissent simplement être en mesure de rendre visite à leur enfant. L’hôpital est à Freiburg, qui est maintenant en Europe, ça ne concerne plus seulement l’Allemagne, et il reçoit des enfants Allemands, mais aussi Italiens, Français, etc… J’ai été très heureux de faire ça, même si en tant que compositeur je n’ai pas autant de mérite que les gens avec qui j’ai bossé sur cette chanson. Il m’a fallut quelques jours pour écrire "EnAmoria", mais il aura fallu à l’équipe qui m’a entouré en studio, ainsi qu’à l’équipe qui a réalisé le clip vidéo, des mois de leur vie pour porter tout cela à bien, et faire de ma composition ce que c’en est devenu. Ils ont fait un travail formidable, vraiment. Je vous invite chaudement à l’écouter et à partager le lien !



http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=0AG44sYs3Fo

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Lun 21 Jan - 22:08

[youtube][/youtube]



Bonus Track of "Straight Out Of Hell" album of Japanese

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Lun 21 Jan - 22:11


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Ven 25 Jan - 14:22

[youtube][/youtube]



Helloween Keeper Legacy World Tour Live in Sao Paulo / Brazil - Full Concert




Full Concert

2006/2007

Guitar - Michael Weikath
Bass - Markus Grosskopf
Vocals - Andi Deris
Guitar - Sascha Gerstner
Drums - Dani Loeble

1."Intro" - 2:01
2."The King for a 1000 Years" (Helloween/Deris) - 13:54
3."Eagle Fly Free" - 5:49
4."Hell Was Made In Heaven" - 6:36
5."Keeper Of The Seven Keys" - 13:33
6."A Tale That Wasn't Right" - 5:20
7."Mr. Torture" - 4:30
8."If I Could Fly" - 4:09
9."Power" - 3:49
10."Future World" - 10:04
11."The Invisible Man" - 8:38
12."Mrs. God" - 2:55
13."I Want Out" - 5:35
14."Dr. Stein" - 7:44
15."Occasion Avenue (Bonus)" (Deris) - 11:04
16."Halloween (Bonus)" - 13:39m

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarDOMMAlive IIIMessages : 8333
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 54
Localisation : digoin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Dim 27 Jan - 13:03


Une fois n'est pas coutume, dit-on. Alors pour bien débuter 2013, nous vous proposons une doublette: une chronique du nouvel album de HELLOWEEN suivie d'une interview que Sascha GERSTNER a accordée mi-décembre à METAL INTEGRAL à Paris.

Mi janvier paraitra Straight Out Of Hell, le nouvel album haut en couleurs des Allemands de HELLOWEEN. Après un 7 Sinners magnifique mais quelque peu plus "mainstream", le groupe des citrouilles en furie renoue avec un réel bonheur avec ce style qui l'a fait connaitre. Les fans retrouveront incontestablement ce qu'HELLOWEEN est censé être: un groupe de speed metal mélodique aux idées et tempi variés, à la fois brutal, rapide et entraînant.

Débutant avec le très up-tempo et alambiqué Nabatea, HELLOWEEN s'enfonce par la suite dans une variété metallique bourrée de joie et de positivisme (Live Now! , superbe hit potentiel aux accents pop ultra efficaces, ou le plus romantique Hold Me in Your Arms) et de références narquoises (tel Asshole, chanson "subversive" qui entre vicieusement dans le cerveau...) ou purement culturelles. A ce titre, I Wanna Be God fait ouvertement référence au We Will Rock You de QUEEN. Et plutôt que de plagier un tel monument du dépouillement musical, HELLOWEEN a choisi de rendre un véritable hommage à Freddie MERCURY et son groupe en adoptant une approche et une construction musicales seulement similaires.

D'autres éléments mélodiques sont disséminés tout au long de cet album aux allures de futur classique du groupe. Et si les titres les plus accrocheurs semblent être les plus faciles, une seconde écoute permet de découvrir toutes les saveurs cachées de cette oeuvre que l'on attend de découvrir sur scène (deux dates en france pour le moment: le 8 avril à l'Olympia de Paris et le 21 juin au Hellfest) où le groupe sera accompagné de GAMMA RAY, ce qui promet quelques grands moments de nouvelles retrouvailles.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Nous vous proposons également cette interview que le gigantesque (dans tous les sens du terme !) Sascha GERSTNER a accordée à METAL INTEGRAL fin décembre, juste avant de reprendre le train pour l'Allemagne.


_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Interview avec Sascha GERSTNER (guitare)
Entretien réalisé le 10 décembre 2012 à Paris

METAL INTEGRAL : La dernière fois que nous nous étions vus, nous avions parlé des 25 ans de HELLOWEEN. Depuis, vous avez effectué une nouvelle tournée mondiale qui vous a fait traverser un peu plus de 40 pays. Comment c’était ?

Sascha GERSTNER : C’était super, vraiment une belle tournée, on était sur les routes avec STRATOVARIUS et on a vraiment passé de bons moments.

METAL INTEGRAL : : Vous aviez déjà visité l’Indonésie, mais la tournée 7 Sinners vous a permis d’aller pour la première fois en Chine, à Beijin. Quelle réaction avez-vous reçue du peuple chinois ?
Sascha GERSTNER : C’était assez étonnant, tout le voyage en Chine était étonnant, d’ailleurs. Beaucoup de gens pensent que la Chine et le Japon, c’est pareil. Mais ça n’a rien à voir. Ce sont deux pays totalement différent. Je suis allé à la Grande Muraille et c’est fabuleux. On connaît tous les photos de reportages, mais sur place, c’est fantastique. Et le soir, on jouait devant des fans de metal Chinois.

METAL INTEGRAL : Comment sont-ils, justement ? Si on les compare aux fans européens, comment réagissent-ils ?
Sascha GERSTNER : C’est difficile de faire une comparaison. Même en Europe, c’est difficile de comparer les publics... Ce que j’adore au sujet des fans français, par exemple, c’est qu’ils sont si bruyants… Ils chantent, ils sont excités, et c’est valable pour tous les pays latins, en fait, l’Espagne, l’Italie. En France, ils sont super dynamiques, pendant le show, ils chantent les paroles, ou en tout cas, ils essaient (rires). Les Chinois, eux sont… ils étaient super expansifs mais j’avais l’impression qu’en fait, ils connaissaient très peu nos chansons, contrairement à ce qui se passe ici : on peu arrêter de chanter et simplement jouer, le public continue.
METAL INTEGRAL : C’est encore assez nouveau pour les Chinois, tout ça...
Sascha GERSTNER : Oui, étrange aussi !

METAL INTEGRAL : Parlons maintenant de votre nouvel album, Straight Out Of Hell. Il contient 13 chansons ; certaines sont très agressives, d’autres plus « pop »… Comment avez-vous réuni cette collection variée ?
Sascha GERSTNER : Tu sais, il y a quatre compositeurs dans le groupe, ce qui a pour résultat un beau mélange. Ecouter cet album c’est comme un voyage sonore, au final. On vient tous les quatre avec nos chansons, et ensuite, on retient les meilleures de chacun.

METAL INTEGRAL : Sans dispute, sans rancœur pour ce qui n’a pas été retenu ?
Sascha GERSTNER : Oh, non. Tu sais, on a une méthode de travail assez efficace maintenant. Il y a Charlie BAUERFEIND, qui est une nouvelle fois notre producteur, le même management. Ils ont tous deux également leur mot à dire. On veut qu’ils décident. Nous sommes simplement trop impliqués, on n’a pas assez de recul, et, bien sûr, chacun pense que ses titres sont les meilleurs.

METAL INTEGRAL : Charlie BAUERFEINDfait partie de la famille, maintenant…
Sascha GERSTNER : Il fait partie de La famille, tout comme notre manager. Ils nous disent ouvertement ce qu’ils pensent de notre travail. On a besoin de ça.

METAL INTEGRAL : Et une nouvelle fois, vous avez enregistré à Ténériffe. Rien de neuf de ce côté-là.
Sascha GERSTNER : Rien de neuf, non. Ça fait des années qu’on a mis en place cette procédure de travail, et ça fonctionne très bien comme ça.

METAL INTEGRAL : Les citrouilles sont également de retour. Elles sont vertes, orange et semblent aller en guerre. Quel message devons-nous voir dans cette pochette ?
Sascha GERSTNER : Elles ne vont pas à la guerre… En fait, ce sont des survivantes qui sortent tout juste de l’enfer. Elles s’en sont sorties et vont dans une bonne direction. Tu sais, tout le monde ne parle que de 2012, la fin du monde etc…Si ça arrive, cette interview n’a de toute façon aucune raison d’être. Nous, on imagine qu’on va certainement survivre et aller à l’opposé de tous ces gens qui abusent du sujet « 2012 ». C’est une façon de dire que tout ça, c’est de la merde. Bien sûr, il y aura un jour une fin du monde, un « 2012 », mais personne ne sait quand cela se produira. Ça n’a aucun sens d’utiliser cela comme thème pour un album, et on s’est dit que 2013 était plus approprié. Allons de l’avant ! Même après 2012, il y aura tous les jours un trou du cul qui viendra au monde.

METAL INTEGRAL : Tout comme ce fut le cas sur d’autres albums, Straight Out Of Hell commence avec un titre brutal avant de varier les plaisirs. Vous cherchez à imposer une sorte de marque de fabrique, avec des intros aussi agressives ?
Sascha GERSTNER : Non, c’est plus un défi que de mettre ce titre pas facile en ouverture. On aurait tout aussi bien pu commencer par la balade, qui peut passer en radio, mais Nabatea donne un avant goût de la suite.

METAL INTEGRAL : Elle est très agressive jusqu’au break qui est très doux et chantant, même.
Sascha GERSTNER : Oui, c’est une chanson qui raconte une histoire, comme un roman Avec ses changements d’ambiances. C’est typique de HELLOWEEN d’inclure une forme de mythologie dans nos longues chansons.

METAL INTEGRAL : Live Now ! a des accents plus pop, plus chantants,.c’est une chanson surtout très positive et optimiste. Tout est dit dans le titre, semble-t-il…
Sascha GERSTNER : Absolument, oui. En fait, voila une chanson pour laquelle je me suis battu afin qu’elle soit sur l’album. J’adore cette chanson…Andi (DERIS, chant)en a écrit les bases et, simplement, j’adore ce titre. Je trouve que c’est un excellent titre pour une chanson. Là encore, même s’il ne se passe rien demain, il y a ce message qui nous dit de vivre le moment présent, d’aimer la vie, de s’amuser et de voir les choses du bon côté.

METAL INTEGRAL : D’une certaine manière, elle me rappelle une chanson comme I Can, qui est également très optimiste. Toutes deux sous entendent que nous devons saisir le moment et faire de notre mieux.
Sascha GERSTNER : C’est comme cela que nous vivons, simplement. Plus spécialement dans cet univers du Heavy Metal où tout est si mauvais, les gens sont si déprimés. On a l’impression que la haine et ce qui domine le monde.

METAL INTEGRAL : Ça aussi, c’est typique de HELLOWEEN, d’avoir un esprit aussi optimiste et positif.
Sascha GERSTNER : Et aussi porter un regard critique sur des décisions politiques, par exemple. Il est bon parfois d’écrire sur un sujet et de nous laisser guider. Et que tu aies ton interprétation de notre vision.

METAL INTEGRAL : I Wanna Be God me rappelle, dans sa construction, We Will Rock You, de QUEEN. Une batterie simple au départ avec du chant, puis des guitares agressives…
Sascha GERSTNER : C’est exactement ça. Andi souhaitait depuis longtemps rendre hommage à Freddie MERCURY, mais il n’y avait pas de bonnes idées pour une telle chanson. Puis il y a eu cette idée… Tu sais, on a même utilisé la guitare de Brian MAY, ainsi que l’ampli Vox AC30 pour enregistrer cette guitare et obtenir un son proche de celui de QUEEN. Que ça évoque QUEEN est totalement intentionnel.

METAL INTEGRAL : Après nous avoir parlé des Menteurs (Liar) vous évoquez maintenant un enfoiré (Asshole). Qui visez-vous cette fois ?
Sascha GERSTNER : L’enfoiré, ça peut être n’importe qui, même toi ou moi. Intituler ainsi un album serait choquant, pourtant, c’est un mot que les gens utilisent tous les jours, et pas qu’une fois... Tout est bon pour le placer… Tout le monde le dit, mais personne n’en fait une chanson ! Maintenant, tout le monde peut le dire en chanson. Tu vas au bureau le matin, tu dois retrouver ton enfoiré de patron, et au lieu d’y aller à reculons, tu montes en voiture, tu la mets en route, tu écoutes une chanson comme Asshole à la radio – et c’est une chanson très positive, crois-moi, avec ces rythmes variés, entraînants… – tu peux simplement te défouler en chantant par-dessus… Un message comme celui-là te donne la pêche. Et c’est aussi notre sens de l’humour.

METAL INTEGRAL : Vous allez bientôt entamer le Hellish Tour Part 2. La première partie a eu lieu en 2007/2008. Qu’est-ce qui vous a donné envie de reprendre la route avec GAMMA RAY ?
Sascha GERSTNER : Tout d’abord, cette tournée a été un franc succès. Le public a été très réceptif, les gens ont adoré cette combinaison et on s’est, à titre personnel, bien amusés avec GAMMA RAY. Deux groupes allemands qui sillonnent les routes, avec le même type d’humour… Il y a plein de choses qui en ont fait une excellente tournée. Certains fans n’y ont pas assisté, et nous le réclament. Nous serons en tête d’affiche, mais GAMMA RAY est un co-headliner. Il y aura des collaborations sur une ou plusieurs chansons, on ne sait pas encore. Nous y travaillons, il y a des idées, mais on va voir quelles sont les réactions de Kai (HANSEN, guitare chant de GR) et celles des autres.

METAL INTEGRAL : La dernière fois que vous avez joué à Paris, c’était à l’Elysée Montmartre qui a, comme tu le sais certainement, depuis été fermé après un incendie. Quelle a été votre réaction lorsque vous l’avez appris ?
Sascha GERSTNER : Au départ, quand on l’a appris, on s’est dit que, heureusement, ça n’avait rien à voir avec nous… Tu sais, on a cette réputation que des choses arrivent quand on quitte un endroit… Mais pas là. Ensuite, ça m’a attristé. Ce n’est pas la plus belle salle, mais elle c’était devenu une tradition pour nous d’y jouer. Je crois que la première fois c’était avec FREEDOM CALL.

METAL INTEGRAL : Qu’est-ce qui vous a fait porter votre choix pour cette nouvelle tournée sur l’Olympia ?
Sascha GERSTNER : Je ne savais pas qu’on allait y jouer, j’ai découvert ça aujourd’hui quand Olivier GARNIER (Base Prod, Replica promotion) nous l’a annoncé. C’est un honneur de jouer dans cette salle qui a vu tant de grands groupes et artistes s’y produire. C’est une vrai chance que de pouvoir y jouer, nous aussi, d’autant plus sur cette tournée.

METAL INTEGRAL : Une dernière chose, mais c’est sans doute à Andi que je devrais poser cette question… Tu crois qu’il veut être Dieu (I Wanna Be God) parce qu’il a rencontré Mrs God il y a quelques années ? (sur Keeper Of The Seven Keys - The Legacy, 2005)
Sascha GERSTNER : (rires) Non, je ne pense pas ! Je crois qu’il a simplement écrit pour Freddie MERCURY, sans penser plus loin !
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15636
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Dim 27 Jan - 13:30

comment tu l'as trouve le nouveau Helloween Domm ? moi je l'adore ,il y a longtemps que Helloween ne n'avait autant emballé !cheers

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarDOMMAlive IIIMessages : 8333
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 54
Localisation : digoin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Dim 27 Jan - 15:10

juste écouté une fois , je suis en mode découverte , il est dans ma voiture ....donc dans quelques jours , je te le ferai savoir .... mais une chose est sur la prod est super puissante ..
Revenir en haut Aller en bas
avatarDOMMAlive IIIMessages : 8333
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 54
Localisation : digoin
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   Dim 27 Jan - 15:16

une question LAURENT, depuis quelques jours les vidéos que tu mets , ne sont pas apérationnelles , ça vient de moi ?

autre chose encore , hier j ai mis sur le topic hors KISS un titre KISS ou GENE ( something wicked this way comes ) , il estsuperbe , aurais tu des infos sur ce titre ..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: HELLOWEEN   

Revenir en haut Aller en bas
 
HELLOWEEN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La tribune des collectors d'Helloween
» Helloween unplugged
» HELLOWEEN Paris 11 janvier ... photos
» Visuel Helloween (mini LP)
» Votre batteur préféré dans Helloween?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kiss France forum :: Rock et musiques :: De H à K-
Sauter vers: