AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 ANNIHILATOR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeSam 15 Juin - 19:46

ANNIHILATOR UDR0260_annihilator_feast_cover-WEB-1

ANNIHILATOR sortira son nouvel album nommé Feast, le 26 août sur UDR/EMI. La pochette de cet album est à découvrir ci-dessous.
Ce disque comprendra neuf nouvelles compos et sera dipsonible avec un CD bonus contenant quinze des classiques du groupe réenregistrés.

Tracklist :
Deadlock
No Way Out
Smear Campaign
No Surrender
Wrapped
Perfect Angel Eyes
Demon Code
Fight The World
One falls, Two Rise

CD Bonus :
Fun Palace
Alison Hell
King Of The Kill
Never, Neverland
Set The World On Fire
Welcome To Your Death W.T.Y.D.
Nozone
Bloodbath
21
Stonewall
Ultra Motion
Time Bomb
Refresh The Demon
Word Salad
Brain Dance


_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11


Dernière édition par kisslolo le Jeu 19 Sep - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeSam 15 Juin - 19:47

ANNIHILATOR sera en concert en France, Suisse et Belgique en octobre prochain. Le groupe sera de passage dans les villes suivantes :

12/10/2013 – Biebob – VOSSELAAR [Belgique]
16/10/2013 – La Machine – PARIS [75]
20/10/2013 – Ninkasi Kao – LYON [69]
22/10/2013 – Gaswerk – WINTERHUR [Suisse

_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeSam 15 Juin - 19:52


_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeSam 15 Juin - 19:53

L'album culte du groupe !cheers


_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeSam 15 Juin - 19:55

Annihilator - (HD)(Live At Masters of Rock 2008)(Full Concert)(Czech Republic)

DVD 2009. Setlist:
01 Intro
02 King Of The Kill
03 Blackest Day
04 Operation Annihilation
05 Clown Parade
06 Set The World On Fire
07 I Am In Command
08 Never, Neverland
09 Fun Palace
10 Phantasmagoria
11 W.T.Y.D.
12 Wicked Mystic
13 Alison Hell
14 Shallow Grave



_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
Stanley_GunStanley_GunDressed to killMessages : 205
Date d'inscription : 09/08/2013
Age : 42
Localisation : Région Parisienne
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeVen 9 Aoû - 23:02

kisslolo a écrit:
ANNIHILATOR sera en concert en France, Suisse et Belgique en octobre prochain. Le groupe sera de passage dans les villes suivantes :

12/10/2013 – Biebob – VOSSELAAR [Belgique]
16/10/2013 – La Machine – PARIS [75]
20/10/2013 – Ninkasi Kao – LYON [69]
22/10/2013 – Gaswerk – WINTERHUR [Suisse
 Le concert à La Machine a depuis été déplacé à l'Entrave en région parisienne.

Annihilator je suis un inconditionnel des 3 premiers albums (Alice in Hell, Never neverland, Set the world on fire) ainsi que Refresh the Demon. 
Après ça dépend des titres, les albums qui ont suivi s'orientent vers un style plus profondément thrash un peu au détriment de l'équilibre mélodique qui existait au début de la carrière du groupe et qui en faisait un groupe à part.
Sur scène ça reste excellent même si Dave Padden n'est pas le meilleur choix comme chanteur...
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeSam 10 Aoû - 23:55

ANNIHILATOR @ Wacken Open Air 2013 [Pro-shot full concert]


_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeMar 20 Aoû - 13:12

Jeff Waters, leader du groupe Annihilator  par La Grosse Radio :



ANNIHILATOR 7181


De passage à Paris pour promouvoir le prochain album d'Annihilator, Jeff Waters, tête pensante et artiste multi-casquette du groupe, a disséqué le disque lors d'une interview accordée à La Grosse Radio, avec une bonne humeur et un sens de l'humour caractéristique. Un artiste talentueux et ouvert.


Feast est ton 14e album, 24 ans après Alice in Hell. Comment fais-tu pour trouver sans cesse de nouvelles idées ?


On ne trouve pas vraiment de nouvelles idées, on suit des groupes comme Iron Maiden, AC/DC, Judas Priest, Slayer… On joue dans le même style qu’eux et je pense même que, quelque fois, sans le vouloir, on joue des riffs qui sont similaires à ce qui a été fait dans le passé. Quelques fois, on a de la chance, et selon le fait que tu es inspiré en composant, que tu es dans un certain moment dans ta vie ou que tu as plus d’énergie que d’habitude, et tu ramènes des influences que tu ignorais. Par exemple, dans "No Surrender", l’intro est dans le même style que Red Hot Chili Peppers. Pourtant, je n’ai jamais acheté d’album d’eux ! Je me souviens les avoir vus en concert et, au moment où j’ai écrit cette intro, un de mes neurones m’a donné une intro funky façon Flea. Il y a aussi la 3e chanson, "Smear Campaign", Dave Padden, mon chanteur, m’a dit : "Est-ce que tu as écouté St. Anger de Metallica dernièrement ?". Je n’ai même pas ce disque ! Je n’ai que …And Justice For All! et ceux d’avant. Apparemment, l’intro et le riff principal ressemblent à une chanson. Cela m’a fait penser que, même si je n’ai pas l’album, j’ai regardé et bien aimé le DVD Some Kind Of Monster et j’aimais bien voir les membres jammer entre eux. Du coup je pense qu’un de mes neurones a ressorti ça. Cela me fait deux riffs assez inhabituels chez Annihilator, mais ils collent bien à la musique !


C’est vrai que ces éléments sont assez nouveaux dans ta musique.

Oui, je ne fais pas ça habituellement, mais, évidemment, on a toujours le thrash metal typique, mais cette fois, comme certains anciens albums d’Annihilator, on a une ballade, "Perfect Angel Eyes", la chanson juste avant, "Wrapped", fait un peu hard rock agressif, elle me rappelle le style de Rose Tattoo ou de Guns N’Roses. Dave Padden m’a proposé de chanter sur cette chanson, pensant que ma voix collerait bien, je lui ai dit que je ne préférais pas et, après réflexion, je me suis dit que ce serait parfait pour Danko Jones, du coup je l’ai appelé pour qu’il écrive les paroles et qu’il la chante. C’est la deuxième fois qu’il chante pour moi, la première était dans l’album Metal (2007), avec la chanson "Couple Suicide", en duo avec Angela Gossow (Arch Enemy), une chanson cool, mais je préfère "Wrapped", qui est plus rock. Donc, au milieu de l’album, on a quelques chansons différentes mais qui sont quelque part typiques d’Annihilator, avec une chanson d’amour et une chanson plus punk/hard rock.


ANNIHILATOR 8882


Est-ce que cette variété d’influence sur l’album est voulue ?

Non. A seule fois où j’avais prévu ce que je voulais faire musicalement, c’était avec Set The World On Fire (1993), c’était après que ma maison de disque, constatant le succès de Never, Neverland (1990), m’a demandé de composer des chansons plus mélodiques et commerciales, tout en restant metal. L’idée m’a plu, je ne suis pas cantonné à Slayer, Motörhead, les vieux Metallica, Exodus, Kreator, Destruction, Razor, Anvil, les premiers Exciter. J’aime aussi le heavy metal, avec Iron Maiden, Ozzy Osbourne et Judas Priest. Ils font tous des ballades, Randy Rhoads jouait de la guitare classique… Donc j’ai essayé d’aller dans cette direction avec Set The World On Fire. Autrement, on fonctionne chanson par chanson. Je commence avec un riff, j’en fais  une chanson, sans paroles ni ligne vocale. Ensuite, je passe à la suivante. Une fois que j’en ai une dizaine, on appose le chant et les paroles. Il y a quelques exceptions, par exemple avec le concept de la pochette d’Alice In Hell, la chanson va avec l’ambiance, sinon c’est toujours une chanson à la fois, sans penser à ce que ça donnera sur le CD. Du coup, je prends les choses comme elles viennent. Parfois, c’est du hard rock un peu punk, genre AC/DC, d’autres fois ça ressemble plus à Slayer, Pantera, ou encore plus progressif et mélodique d’autres fois.


D’où vient le titre Feast ?

La pochette était déjà finie quand je me suis mis à chercher un titre, et je voulais qu’il soit en un mot. Du coup, j’ai ouvert le dictionnaire, j’ai vu le mot "food" (nourriture)… Pas un bon titre pour un album ! [rires] Et au-dessus ça disait "Feast". Et là, j’avais trouvé ! C’est le festin d’un zombie qui mange un cœur, mais ça va aussi avec le metal. Du coup, j’ai mis 30 secondes à trouver un titre. Ça, c’est du concept ! Ensuite, je me suis dit que le titre était déjà pris par un autre groupe. Du coup, j’ai regardé sur Google, mais je n’ai rien trouvé, à part un groupe anglais d’il y a 20 ans [il s’agit de l’album de 1981 de The Creatures].


Qu’en est-il des thèmes des paroles ?

Il n’y a pas de concept non plus, c’est toujours chanson par chanson. Certaines chansons sont pas mal énervées. Dave Padden a écrit la première de l’album, "Deadlock". Elle parle de détruire l’environnement et d’être idiot sur pas mal d’aspects, des idées comme le racisme ou le crime y rentrent aussi, c’est assez général.

Ensuite, "No Way Out" parle d’une émission télévision aux Etats-Unis qui passe aussi au Canada, qui montrait le procès d’une femme qui avait tranché la gorge de son ex-copain, tiré dans la tête et donné 29 coups de couteau. Elle a été inculpée d’homicide volontaire. Le procès n’est pas encore fini, mais l’émission le suivait pendant 4 mois, ce qui correspond au temps que ça m’a pris pour écrire ce disque. J’écrivais des riffs dans mon studio, ensuite je remontais pour regarder cette émission et je redescendais. J’étais accroc à ce procès. La chanson parle de cette femme, Jody Arias. C’est intéressant de voir les rouages de la justice américaine, dans ses bons et ses mauvais côtés et de suivre chaque jour quelqu’un qui est vraiment malade et qui essaie de manipuler le système et de le mettre à son avantage pour éviter la peine de mort ou la condamnation à perpétuité. On la voit essayer de manipuler tout le monde, le jury, le juge et les avocats. Cette chanson est ma préférée grâce aux paroles.

"Smear Campaign" est encore une chanson colérique, quand tu réussis, des gens essaient de raconter n’importe quoi sur toi pour te descendre. Maintenant, avec internet, ça peut apporter beaucoup de problèmes assez facilement. Cela peut influer sur une carrière, apporter des problèmes financiers, ne pas pouvoir nourrir ta famille, compromettre l’avenir de ton groupe. Ça ne parle pas que de musiciens, ça peut arriver à tout le monde. Du coup je suis remonté contre ce type de comportement. Récemment, j’ai lu quelque chose comme ça sur Scott Ian d’Anthrax, un truc faux et haineux.

Il y a pas mal de chansons de type "fuck you", qui ne le disent pas explicitement mais qui l’induisent. Il y a aussi une chanson complètement différente, "Perfect Angel Eyes" qui est une chanson d’amour sombre. Danko Jones a aussi écrit un truc assez sombre avec "Wrapped".


ANNIHILATOR 8883


Cet  album est le premier avec Mike Harsh à la batterie. Que peux-tu dire sur lui ?

Il est assez jeune, il a l’âge que j’avais quand Alice In Hell est sorti. Les trois autres gars dans Annihilator étaient fans du groupe quand ils étaient adolescents. C’est cool pour eux et c’est cool pour moi ! En tournée, je n’agis pas comme si j’avais 47 ans, plus comme si j’en avais cinq. Donc on s’entend bien ensemble. J’ai travaillé avec plein d’excellents batteurs, Randy Black (Primal Fear), Mike Mangini (Dream Theater, Steve Vai…), Ray Hartmann… et Mike est fan de tous ces mecs, avec aussi Nick Menza et Dave Lombardo. Il va parfaitement au groupe, c’est comme un mini-Mike Mangini en plus metal.


En bonus de Feast, un a un disque, Re-Kill, qui contient 15 chansons réenregistrées. Qu’est-ce qui vous a fait choisir ces chansons ?

J’ai acheté les CD des réenregistrements d’Exodus, Testament, Scorpions… Ces disques m’intéressent, mais je ne veux pas réenregistrer mes vieux morceaux avec un autre chanteur, d’autres musiciens, à une autre époque, à un autre studio, avec une autre énergie… Ces réenregistrements n’atteindront jamais la qualité des chansons originales. Les réenregistrements sont sympas à écouter, c’est cool de voir ce que Dave Padden en fait, mais je ne ferai jamais payer d’argent pour cela et je ne vendrai pas un avec seulement des réenregistrements. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Depuis 2007, les ventes de disques ont augmenté, ce qui est assez étonnant ! La plupart des fans d’Annihilator qui viennent à nos concerts ont moins de 25 ans, mais ils n’arrivent pas à trouver les anciens albums. Du coup, Dave m’a dit : "Pourquoi on ne leur passerait pas un CD bonus avec les chansons qu’on jouera à la prochaine tournée ?". En tant que bonus, j’ai trouvé l’idée cool et on s’est bien amusés à le faire. Mais elles ne sont pas aussi bien que les originales, c’est sûr ! Ce n’est pas un greatest hits et c’est Dave qui a choisi les chansons.


Ces morceaux appartiennent à leur époque.

Oui. Je repense à mes albums légendaires, comme Reign In Blood (Slayer), …And Justice For All! (Metallica), Appetite For Destruction (Guns N’Roses), Pleasure To Kill (Kreator), Infernal Overkill (Destruction) et Fabulous Disaster (Exodus). Si les groups décidaient de refaire ces albums, je ne me plaindrais pas, mais je n’irai pas courir acheter le CD. Mais si tu le fais bien et que tu y mets de l’énergie et une bonne production, ça peut le faire. J’ai essayé avec celui de Scorpions et tu peux vraiment l’écouter fort, c’est cool ! Il n’y a pas que des mauvais côtés.


ANNIHILATOR 8884


Es-tu content de revenir en France après trois ans d’absence ?

Oui. D’habitude, quand on sort un nouvel album, on joue à Paris et c’est fini, on ne voit rien d’autre de la France. En 2010, on a pu faire le Hellfest. C'était une belle affiche, il y avait Airbourne, Slash, Twisted Sister et Alice Cooper. Cela m'a rappelé le Sweden Rock, le genre de festival à programmer Aerosmith un jour et Slayer le lendemain. Les fans étaient dingues. Je m'en suis rendu compte au moment où on a joué "King Of The Kill". On était nerveux sur notre manière de jouer, c'était l'un de nos premiers concerts [de cette tournée]. J'ai levé la tête au milieu de la chanson et je me suis dit "Bordel, regarde tous ces gens en train de crier, même au fond !" Tu ne vois pas ça à tous les festivals. Cette année, nous faisons le Motocultor en tête d’affiche, ensuite je vais peut-être faire un Gibson guitar clinic en août en septembre, puis nous ferons deux concerts en France [Savigny-Le-Temple et Lyon] et ensuite nous reviendront au Hellfest l'été prochain, en 2014. Du coup, je suis en France cinq fois en un an !


Sur tous les CD d’Annihilator, tu es producteur, compositeur principal, guitariste et bassiste. Arrives-tu quand même à avoir une vue d’ensemble de ta musique ?

Pour moi, ce n’est pas bien compliqué, c’est un hobby pour moi de visiter les studios. Parfois, j’appelle un ami pour entrer dans un studio et regarder la session. Je faisais surtout ça quand je vivais à Vancouver. Maintenant je vis à Ottawa et il n’y a pas tant de studios. Je me souviens en 1993, Aerosmith était dans un studio à Vancouver, Little Mountain. C’était une époque où le heavy metal avait pas mal de succès, Never, Neverland avait eu pas mal de succès et j’étais plutôt connu dans Vancouver. J’avais appelé mon pote du studio pour voir Aerosmith en session, et j’ai dû me faire passer pour un roadie qui leur achetait des boissons et de la nourriture. Je l’ai fait, malgré le succès, j’allais leur acheter leur nourriture, chercher leur linge. Du coup, ça m’a permis de passer quelques semaines dans le studio et de les voir pendant que je ne bossais pas. Je me souviens avoir été voir les sessions de Queensrÿche pour Empire, ils enregistraient dans le studio juste à côté du notre à l’époque où on faisait Never, Neverland. Je faisais mes sessions pour Never, Neverland, et après je trainais avec Scott Rockenfield (batteur), Chris DeGarmo (guitare), jouer au billard avec eux. J’ai même pu écouter les prises de Geoff Tate (chant). Donc être en studio est vraiment un plaisir pour moi. Quand j’ai commencé à gagner pas mal d’argent, notamment avec King Of The Kill, qui a eu beaucoup de succès au Japon et en Europe, j’ai fait construire mon propre studio. Du coup, je pourrais avoir un producteur, mais c’est vraiment un plaisir pour moi de faire ça !


Un dernier mot pour les fans français ?

J’espère que vous allez aimer Feast, en plus avec iTunes et d’autres site vous pourrez savoir s’il vous plait avant de l’acheter. On vit dans une belle époque pour un fan de metal, on n’a plus besoin de dépenser son argent dans un CD qu’on n’aime pas. Donc écoutez-le au moins, et si vous aimez, achetez-le !

_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeMer 18 Sep - 16:47

Les thrasheux canadiens de ANNIHILATOR ont dévoilé le clip de ‘No Way Out’, titre issu de l’album Feast sorti le 26 août 2013 via UDR / EMI.


_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeJeu 19 Sep - 19:00

ANNIHILATOR UDR0260_annihilator_feast_band_photo_Jeff_Waters_01-228x300Annihilator a pris le temps. Feast, son nouvel opus sorti le 26 août dernier, a mis trois années à arriver alors que les Canadiens font partie de ces artistes par nature productifs, capable d’offrir à un rythme aussi effréné que leur musique, des albums de qualité. Mais depuis une dizaine d’années, désormais, Jeff Waters n’est plus la seule tête pensante du combo. Son acolyte et partenaire – comme aime à le rappeler Waters lui-même dans l’entretien qui suit – Dave Padden a pris une place importante, poussant Annihilator à devenir un peu plus un groupe à part entière qu’un projet solo déguisé en groupe. Ainsi, les décisions (d’ordre musical comme de business) sont aujourd’hui prises à deux, et la stabilité du line-up actuel nécessite, comme pour toute formation, des accalmies, phases de repos et autres breaks pour pouvoir faire respirer le tout.
Waters nous explique également ce qui entoure cette nouvelle galette : la joie, le fun. Des composantes inscrites dans le code génétique de chaque œuvre des Canadiens, d’ailleurs. La joie de faire du metal, cette musique que chérit tant le leader du groupe. Une passion qu’il désire faire partager aux plus jeunes fans de sa formation. Car au final, Waters est un homme simple qui aime le metal et manger (notamment des donuts). C’est donc en toute simplicité que le guitariste (et bassiste, et chanteur, et compositeur principal) d’Annihilator nous dévoile tout cela lui-même, rappelant au passage que l’honnêteté est, pour lui, l’une des choses les plus importantes de la vie.

ANNIHILATOR UDR0260_annihilator_feast_band_photo_01
« Lorsque le metal coule dans ton sang, tes cheveux et la manière dont tu t’habilles n’ont aucune importance. »

Radio Metal : Par le passé tu nous as dis que tu composais constamment et en 2010 tu avais déjà des nouveaux riffs. Donc, puisque tu es si productif, comment se fait-il que ce nouvel album ne sort que trois ans après le précédent ?
Jeff Waters (guitare) : Nous faisons des disques d’Annihilator depuis de nombreuses années, nous en avons sorti treize. D’habitude il y a entre dix-huit et vingt mois qui séparent les albums. Tu sais, il y a un paquet de riffs de guitare que j’ai écrit depuis 2008 jusque fin 2010, lorsque nous avons fini de tourner. Et Dave et moi avons décidé : « Tu sais quoi ? Nous changeons de maison de disques, pourquoi ne prendrions-nous pas un peu de temps pour faire plein de bonnes choses pour Annihilator et pour nous ? Et la chose en particulier que nous essaierons de faire sera de ne pas aller en studio et de ne pas écrire de chanson. » Nous avons donc passé presque trois ans en dehors du studio. J’ai été dans un studio pour mixer et faire du mastering pour d’autres groupes. J’ai fait des cliniques de guitare à travers le monde pour Gibson et Epiphone et fait deux tournées en Amérique du Sud avec Annihilator et quelques festivals. Nous avons aussi joué sur la croisière du 70,000 Tons Of Metal. Plein de choses. J’ai animé un jam sur le 70,000 Tons Of Metal l’année dernière. Nous sommes donc restés très occupé avec Annihilator et le metal mais avons grosso-modo décidé de ne pas écrire de musique. Simplement parce que nous pensions que, peut-être, cela nous donnerait de la vitalité et de l’énergie. Tu vois ce que je veux dire ? Car je pense que nous aurions pu rentrer immédiatement dans un studio et faire un autre album. Mais peut-être qu’il n’aurait pas été aussi bon que celui de 2010 et nous pensions que ce serait une bonne idée d’essayer quelque chose de différent, et prendre notre temps pour revenir avec davantage d’énergie, d’envie, de volonté, d’anticipation et d’excitation. C’est ce que nous avons fait et d’une certaine manière, je ne sais pas comment, nous avons fini par faire un album. Nous avons commencé au milieu du mois de janvier et fini au milieu du mois d’avril, avec la pochette, le mastering et tout. Cela a pris un peu plus de trois mois, lorsqu’en général cela me prend quatre à cinq mois. C’était rapide. En plus, nous avons enregistré quinze chansons pour des titres bonus gratuits. Nous avons donc abattu beaucoup de travail en très peu de temps. Dave Padden et moi vivons dans des régions différentes du Canada, très loin l’un de l’autre, à des milliers de kilomètres de distance, ce qui nous a permis de faire un break loin l’un de l’autre. Nous ne nous sommes pas vu pendant longtemps et ensuite nous nous sommes retrouvés pour faire l’album et c’était : « Aller ! Faisons le ! »
Il y a une chanson intitulée « No Surrender » qui contient des parties bien funky, en particulier dans l’introduction, il y a aussi une ballade dénommée « Perfect Angel Eyes », ce qui est quelque chose qu’on n’a pas entendu de la part du groupe depuis un moment, etc. Ces chansons sont-elles le résultat de ce break ?
Tu sais, sur les trois ou quatre derniers albums d’Annihilator, la chose en particulier que nous n’avions pas est ce genre de ballade typées années 80 que j’aime écrire. Je les écrivais et lorsque j’écris une ballade, c’est généralement une chanson pour une fille ou quelque chose de très mélodique et nunuche ; c’est pour ainsi dire très personnel. Donc, vers 2007, lorsque j’allais voir Dave pour lui dire : « Voici une jolie ballade que j’ai écrite, veux-tu… », il répondait : « Ah, je ne veux vraiment pas chanter les ballades », car elles ne sont pas quelque chose qu’il a écrit. Il me disait donc que peut-être je devrais les chanter ou les laisser de côté. C’est ce que nous avons fait pendant trois ou quatre albums et le truc, c’est qu’avant ça Annihilator a toujours eu des ballades. Mais cette fois-ci, je lui ai joué une chanson que j’ai écrite et demandé : « Que penses-tu de celle-ci Dave ? » Et il a dit : « Tu sais quoi Jeff ? J’aime celle-ci, je vais donc la chanter ! » Voilà pourquoi il y en a une aujourd’hui. Il y a une chanson, je crois la piste cinq, dénommée « Wrapped » et lorsque j’ai écrit la musique pour celle-ci, c’était plus quelque chose dans une veine rock / punk, comme un vieux Guns N’ Roses ou Rose Tattoo. Dave et moi y avons réfléchi : « Tu sais quoi ? Danko Jones collerait mieux a cette chanson que si toi ou moi la chantais. » Nous avons donc demandé à notre ami Danko Jones d’écrire les paroles et de la chanter. Ça fait donc deux chansons en plein milieu de l’album qui semblent être un peu différentes des trois ou quatre derniers albums. Mais ce n’est pas différent pour Annihilator ; nous avons toujours fait ce genre de choses mais pas depuis un moment. Et ouais, l’autre c’est la piste quatre, l’intro, pendant quelque chose comme quinze ou vingt secondes, sonne dans une veine funky à la Chili Peppers. Pas la chanson mais la partie d’intro.
Et écoutes-tu justement de la musique funk ?
Non. Enfin, j’aime ça car j’ai quarante-sept ans, donc lorsque j’étais un gamin de douze ans, j’écoutais Earth Wind And Fire à la radio. Lorsque j’étais gamin, le disco était à la mode, tout comme les trucs funky. Je pense donc que j’ai un peu de ça dans ma tête, mon cerveau a un peu de basse / batterie à la Flea en lui. Des petits bouts de vieux groupes que j’aimais se fraient parfois un chemin dans mon écriture. Juste un peu.
ANNIHILATOR Jeff_waters_2013
« Ce qui est cool, c’est qu’il y a beaucoup de musiciens qui disent : ‘Tu sais quoi ? On aime ton jeu de guitare mais on adore ton jeu de basse !’ »

Sur « No Surrender », Dave crie « Please God Help Me », tout juste comme Ozzy le crie dans la chanson « Black Sabbath »… Cela pourrait-il être un clin d’œil à Black Sabbath ?
Ahah ! C’était moi ! C’était ma voix. C’est bien ! C’est probablement parce que j’adore Sabbath ! (Rires) J’aime Ozzy ! Pour sûr. Il y a des petits bouts de ce genre de chose dans toutes nos chansons. Je veux dire, nous avons beaucoup de chansons où il y a un solo de guitare et ce n’est pas un solo très rapide, c’en est un qui est très simple, et souvent ceux-ci sont dans un style à la Maiden ou Priest car j’étais un énorme fan de ces groupes lorsque j’étais jeune. Et parfois j’utilise la pédale wah-wah et ensuite me rends compte : « Wow, c’est une influence de Kirk Hammett qui ressort ! » Et ensuite, parfois, je fais quelque chose de mélodique et me souviens de Matthias Jabs des Scorpions ou j’utilise la pédale Phase 90 de MXR sur un solo et je me rends compte : « Putain de merde ! C’est une influence de Van Halen ! » Tout dépend de ce qui ressort à un moment donné.
Il y a une chanson intitulée « No Way Out » qui donne l’impression de parler de suicide. C’est un thème très commun dans la musique metal. Pourquoi avoir choisi de parler de ça ?
Ouais, ça donne l’impression que c’est ce dont on parle, mais cette chanson – d’ailleurs c’est ma chanson préférée sur l’album, piste deux – est à propos d’un truc qu’il y avait de janvier à avril à la télé américaine – nous sommes du Canada mais nous recevons une bonne partie de la télévision américaine. C’était un procès qui était diffusé à la télévision chaque jour, à propos d’une femme qui a assassiné son ex-petit ami. Et ça passait tous les jours à la télévision, tout juste à la période où je commençais à travailler sur l’album d’Annihilator. Je me retrouvais dans le studio, à travailler pendant une heure sur un chanson ou un riff, et je remontais et regardais ce procès à la télé. Ensuite je redescendais et travaillais pendant une heure, puis remontais pendant vingt minutes pour regarder la télé à nouveau. Je suis devenu particulièrement obsédé par ce procès, avec cette fille accusée de meurtre. Au bout du compte, vers la fin de la composition de l’album, il a fallu que j’écrive une chanson sur ce procès, au sujet de cette horrible personne. Le sujet n’est donc pas le suicide. C’était simplement l’une des choses que cette fille a dit au court du procès : « J’ai presque décapité mon ancien petit ami, je l’ai poignardé vingt fois et je lui ai tiré dans la tête, je me sentait tellement mal que j’ai voulu me suicider. » Voilà comment ces paroles ce sont retrouvées dans la chanson. C’est parfois difficile, car l’une des choses que j’avais l’habitude de faire par le passé, dans les livrets des albums, c’est écrire de courtes explications sur les sujets dont traitent les chansons. C’est une bonne chose que je fasse des interviews, car ça me permet de clarifier ceci, que ce n’est pas à propos de suicide et tout ça. C’est juste quelque chose qu’elle a dit au cours de son procès.
Une fois de plus tu as enregistré les parties de basse de l’album et il faut reconnaître que tu as une manière très distincte et reconnaissable de faire et jouer des parties de basse…
Ouais ! Quelqu’un s’en rend compte ! Ouais ! (Rires)
Penses-tu que cela renforce la personnalité de la musique d’Annihilator ?
Absolument ! Je veux dire, beaucoup de fans, de journalistes, de gens dans le business de la musique et dans d’autres groupes me connaissent en tant que guitariste, mais ce qui est cool c’est qu’il y a beaucoup de musiciens qui disent : « Tu sais quoi ? On aime ton jeu de guitare mais on adore ton jeu de basse ! » (Rires) Beaucoup de gens ne se rendent pas compte que je joue toutes les parties de basse sur tous les albums d’Annihilator. Ouais, je veux dire, c’est en quelque sorte la chose que je souhaiterais que les gens sachent. Je trouve parfois que le jeu de basse sur certaines chansons est vraiment bon. C’est simplement parce que j’adore Michael Anthony de Van Halen, Geddy Lee de Rush, Steve Harris d’Iron Maiden et même Cliff Williams d’AC/DC, je veux dire, il sait quand jouer une seule note et quand il doit faire autre chose.
Qui joue la batterie sur l’album ? Est-ce ce batteur dénommé Mike Harshaw qui a rejoint le groupe il y a peu de temps ?
Ouais, c’est bien lui. Il nous a rejoint il y a deux ans et c’est un jeune garçon – je crois qu’il a vingt-trois ans – et, en fait, ce qui est drôle, c’est que les trois gars qui sont dans mon groupe étaient des fans d’Annihilator lorsque qu’ils étaient adolescents. (Rires) Je trouve ça amusant mais je fais semblant d’être jeune ! Mike est comme un petit fan de Mike Mangini, Nick Menza et Dave Lombardo. Il est donc un de ces jeunes génies avec lesquels je suis heureux de jouer. J’aime jouer avec certains vraiment très bons plus vieux batteurs de metal, mais c’est aussi cool de découvrir un plus jeune batteur qui aime vraiment la musique metal et la batterie metal.
Dans le communiqué de presse, tu es cité affirmant : « Nous sommes véritablement parmi les quelques groupes qui ont une longue histoire, qui ont toujours porté le drapeau de l’honnêteté, de l’intégrité et de la persévérance dans cette catégorie de musique marginale. » Penses-tu que l’honnêteté, l’intégrité et la persévérance sont trois qualités qui ne sont pas si communes que ça dans le monde du metal ?
J’essaie de réfléchir : « J’ai vraiment écrit ça ? » Mais ouais, ça sonne bien ! Je pense que, de manière générale, l’honnêteté est importante car, par exemple, le business de la musique m’offre énormément d’inspiration pour écrire des paroles, et parfois aussi de la musique, agressives et colériques. Car, parmi les gens que je rencontre dans le business de la musique, au sein des maisons de disques, des maisons d’édition, des sociétés de merchandising, parmi les fans, les journalistes, managers, tout le monde, il y a beaucoup de gens supers et la plupart sont de bonnes personnes, mais il y a certaines de ces personnes qui, bien évidemment, essaient de te flouer, de te voler, de te mentir ou d’être malhonnêtes. Ma colère à l’encontre de la malhonnêteté de certaines personnes est un sujet majeur dans beaucoup des dernier albums d’Annihilator. Donc, si je me retrouve avec un mauvais accord ou une mauvaise relation avec quelqu’un dans le business de la musique, je peux l’utiliser, comme une thérapie, et écrire une chanson à ce sujet pour dire « Je vous emmerde ! » à ces gens (rires), sans mentionner leurs noms. Mais, en ce qui concerne l’honnêteté dans le metal, c’est la même chose : la plupart des musiciens dans les groupes et au sein du metal sont supers, mais il y a un petit groupe d’artistes qui ont commencé en jouant une musique qui n’était pas du heavy metal ou metal traditionnel et ensuite, que ce soit pour des questions de vente qui baissaient ou autre, ils ont changé leur image, leur style de musique… Et désormais ils disent : « Oh, on est metal ! On est heavy ! » J’ai vu ça se produire au cours des dix dernière années. D’une certaine façon ça m’amuse, car dès l’école, lorsque le metal coule dans ton sang, tes cheveux et la manière dont tu t’habilles n’ont aucune importance, rien n’est important, ton image n’est pas importante. Testament, Exodus, Overkill, Annihilator, Slayer, etc. pour ces groupes, c’est dans leur sang. Il se peut qu’ils aient d’autres boulots ou d’autres choses à côté mais leur truc principal c’est le metal. Il y a eu une grosse vague au cours des six ou dix dernières années, lorsque des groupes affirmaient qu’ils étaient metal et vendaient un paquet d’albums, portaient du maquillage et avait l’air cool sur les couvertures des magazines. Mais ils n’étaient pas de vrais groupes de metal et étaient malhonnêtes en faisant ce qu’ils faisaient. J’ai écrit quelques chansons à ce sujet aussi mais je n’ai pas donné de noms et je ne précisais pas de qui je parlais, c’est juste mon opinion.
ANNIHILATOR UDR0260_annihilator_feast_band_photo_08
« Le business de la musique m’offre énormément d’inspiration pour écrire des paroles, et parfois aussi de la musique, agressives et colériques. »

Penses-tu que le fait qu’Annihilator soit conduit par un seul homme, en l’occurrence toi, explique la longévité du groupe ?
Jusqu’à il y a dix ans, j’aurais dit que tu as raison. Mais depuis que Dave Padden a fait cinq ou six albums et a été un partenaire dans le groupe pour tout ce qui est de l’écriture et des nombreuses décisions que je dois prendre pour le business, les tournées, etc. c’est devenu le Waters / Padden Project, je suppose, au moins pour les cinq ou six dernières années. Mais oui, je pense que, au cours des premières années, je voulais un groupe mais le problème était que, lorsque tu écris les parties de batterie, de basse, de guitare, lorsque tu joues les guitares et la basse sur les albums et lorsque tu écris les paroles en expliquant au chanteur ce qu’il doit chanter, tu ne peux pas avoir un groupe car, en définitive, c’est un truc solo, n’est-ce pas ? J’ai donc fini par embaucher des musiciens pour tourner. J’ai embauché un batteur et un bassiste. Et ensuite, bien entendu, lorsque la tournée était terminée, il se pouvait qu’ils rejoignent un autre groupe ou fassent autre chose. Il fallait donc que je trouve d’autres personnes. C’est une manière très étrange d’être dans un groupe mais je crois que depuis que Dave Padden est arrivé, il y a un peu plus un sentiment de groupe ou d’être partenaires. Et maintenant que nous avons le même batteur et le même bassiste depuis quelques petites années, c’est un peu plus stable. Mais cette situation n’a jamais été mon but ; j’aime vraiment travailler avec d’autres musiciens aussi ! Mais maintenant que nous avons la même voix pour le groupe depuis plusieurs albums, beaucoup de fans – et tout particulièrement les nouveaux fans – commencent à voir Annihilator comme un groupe.
En fait, déjà en 2010 tu nous disais qu’Annihilator était maintenant le groupe de Jeff Waters et Dave Padden. Est-ce que cela signifie que tu partages plus de tâches avec lui désormais, comme le management ou les décisions ? Comment est ta relation avec lui après dix ans de collaboration ?
Ouais, c’est parmi les raison pour lesquelles nous sommes ensemble. Il a en commun avec moi de nombreuses influences musicales. Il a dans son style quelques groupes plus récents et moi j’ai dans mon style les plus vieux groupes. Mais ouais, nous partageons beaucoup de choses, comme : « Que penses-tu de cette tournée, de ce groupe d’ouverture ou de ce festival ? » Ou bien : « Quel genre de matériel devrais-je utiliser ? Avec quel compagnie voulons-nous dialoguer pour les endorsements ? » Nous parlons des paroles, bien entendu. Dans le studio, parfois il dira : « Je ne crois pas que tu devrais mettre un solo de guitare ici, tu devrais mettre un pont vocal ou un solo avec un gros tremolo, pas un solo rapide et clinquant… » J’obtiens donc ses commentaires et je les écoute. Il est entré dans une relation de partenaires avec moi. Et je pense que les fans s’en rendent compte également. C’est quelque chose d’évident. Tu l’aimes ou tu ne l’aimes pas. Si tu ne l’aimes pas, tu n’as pas à écouter les albums, car il sera vraisemblablement sur le prochain aussi ! Mais ouais, ça a été une très bonne relation jusqu’à présent.
Cette année marque d’ailleurs les dix ans de votre collaboration. Avez-vous prévu quelque chose de spécial, comme un dîner romantique ou quelque chose dans le genre ? (Rires)
Nous avons déjà fait ça après le dernier album ! (Rires) Ce qui est cool à propos de Dave et moi dans le groupe, c’est que lorsque nous avons terminé la tournée, dans la mesure où nous n’avons pas fait d’écriture ou d’album pendant un long moment, il est souvent arrivé, lorsqu’il rentrait chez lui, et moi je rentrais chez moi, que nous ne nous voyions pas pendant cinq mois. Donc, lorsque nous nous sommes retrouvés pour bosser sur le nouvel album, nous étions très contents et excités à l’idée de retravailler ensemble et, oui, nous nous sommes retrouvés autour d’un bon steak et une bouteille de bière. (Rires)
ANNIHILATOR UDR0260_annihilator_feast_cover-WEB-1
« Moi, je fais la fête avec un steak, du fromage, du riz, des gâteaux, des donuts… »

L’album s’intitule Feast. En dehors du festin sanglant qui est représenté sur la pochette, le mot « festin » fait aussi écho au fait de faire la fête. Vois-tu ta carrière, ta musique et tes shows comme une grande fête ?
Hmmm… Ou cela pourrait être le fait de manger un paquet de nourriture ! (Rires) Pour les dix dernières années, pour moi, faire la fête serait de me goinfrer de nourriture, car je n’ai pas bu d’alcool depuis quatorze ans. Mais ouais, c’est une fête du metal, un festin metal. Lorsque nous avons vu la pochette, c’est là où nous avons trouvé le titre. Je me suis rendu compte que c’était très simple : des zombies qui font un festin avec de la nourriture, à l’image des fans et de nous qui faisons un festin avec la musique heavy metal et thrash metal. Il n’y a pas vraiment de grande signification derrière ça mais cela paraissait être le titre parfait pour la pochette. Je veux dire, à chaque fois que tu fais un album, c’est fun, à chaque fois que tu fais une tournée, c’est fun et c’est la fête. Tu peux simplement faire la fête avec de la cocaïne, de l’héroïne, de la bière, du café, des cigarettes, un donut ou un gâteau. Tout dépend de ce que tu veux faire, n’est-ce pas ? Moi, je fais la fête avec un steak, du fromage, du riz, des gâteaux, des donuts…
A ce propos, se pourrait-il que la fille que l’on voit sur la pochette soit la même que l’on voit sur celle du précédent opus et de All For You et qui, en définitive, serait Alison Hell ?
Ouais, il y a toujours eu ce lien. Nous essayons de donner l’apparence que peut-être c’est Alice, ou peut-être pas. Le dernier album, en 2010, était un album sans titre et pour la pochette, j’ai dit à l’artiste : « Je veux une sorte d’Alice mort-vivante. Elle est morte mais pas vraiment morte car Alison Hell, le fantôme, nous hante », ce genre d’idée loufoque. Il nous a dit : « OK, je vous ferai une Alice mort-vivante. » C’est ce qu’est devenu la pochette : un sentiment diabolique, effrayant, un peu dans la veine de L’Exorciste. Et ensuite, le nouveau n’était pas du tout supposé être comme ça. C’était censé être une idée complètement différente mais l’artiste a dit : « Il faut que je vous envoie ce dessin que j’ai fait avec un zombie. » Il a dit : « Vous savez quoi ? Faisons le à nouveau, continuons dans cette lignée ! » La pochette, en fait, est vraiment cool et la maison de disques a eu la super idée d’en faire une pochette en 3D. Ça sera très cool de voir ça dans les prochaines semaines.
Doit-on voir désormais cette fille comme la mascotte d’Annihilator, à l’instar d’Eddie pour Iron Maiden ?
Il semblerait, ouais ! Mais nous n’avons pas fait faire de grand monstre à son effigie pour la scène ! (Rires)
Il y a un CD bonus qui contient quinze chansons réenregistrées, « Best Of Annihilator ». Pourquoi avoir choisi d’inclure un best-of maintenant en particulier ?
Ce n’est pas vraiment un best-of. Ce sont des chansons que Dave et moi avons décidé vouloir jouer en concert pendant la prochaine année et demi. Il y a donc certaines chansons là-dedans qui ne seraient pas vraiment sur un album best-of et, si ça avait été un album best-of, alors il manquerait quelques grands classiques. Mais Dave ne peut pas jouer la guitare et chanter sur toutes les chansons de notre catalogue car, pour certaines d’entre elles, la guitare est simplement trop difficile pour jouer de la guitare et chanter à la fois. Nous avons uniquement choisi des chansons que nous pouvons jouer en concert. J’ai les albums d’Exodus, de Testament, de Scorpions et tous ces groupes qui ont fait des réenregistrements, j’aime certains d’entre eux et d’autres pas. Et je n’ai jamais voulu faire de réenregistrement car il n’était pas possible de rendre les réenregistrements aussi bons que les originaux. Car les originaux sont les classiques et ils étaient les meilleurs. Les chanteurs qui chantaient dessus étaient les meilleurs à l’époque et mon jeu était super pour ces albums, le jeu de batterie était super à l’époque. Il n’était donc pas possible de faire aussi bien. Mais Dave a eu un bon argument : en 2007 nos ventes d’albums ont augmenté et elles ont augmenté à nouveau en 2010, alors que de nombreux albums qui sortent aujourd’hui – comme le Super Collider de Megadeth – se vendent moins qu’avant. Donc Dave m’a fait remarqué que beaucoup de nouveaux fans n’avaient jamais entendu ces vieilles chansons et qu’ils ne pouvaient pas les trouver chez les disquaires. Pourquoi donc ne pas réenregistrer certaines chansons de l’époque que nous jouerons en concert ? J’ai dit : « Non, je ne veux pas vendre ça, je ne veux pas sortir ça comme un album. » Et Dave m’a dit « Eh bien, alors pourquoi ne pas l’inclure comme un CD bonus ? » Et voilà comment ça a fonctionné.
Ces chansons ont été réenregistrées en 2012. Qu’est-ce que ça t’a fait d’enregistrer ces vielles chansons à nouveau ?
Eh bien, c’était cool car je joue certaines de ces chansons – “Set The World On Fire”, “King Of The Kill”, “Alison Hell”, etc. – depuis des décennies, dix, quinze ou vingt ans, même vingt-cinq ans pour certaines. Avec le temps, en concert, tu finis par les jouer un peu différemment, tu essaies différentes choses, tu en fais de nouvelles versions. Il a donc fallu revenir en arrière et réapprendre la manière originelle de jouer. Ce qui était très difficile à faire mais c’était aussi très amusant.
Et n’as-tu pas pensé à jouer les nouvelles versions des chansons, telles que vous les jouez en concert ?
Non parce que plus de cinquante pour cent des fans qui aujourd’hui achètent les albums et vont aux concert ont moins de vingt ans, donc, la plupart n’ont vraiment jamais entendu la plupart de ces vieux titres. Nous nous sommes donc dit : « Essayons de les faire un peu plus proches de la manière dont elles avaient été faites à l’origine. » C’était un challenge ; c’était beaucoup de travail mais c’était amusant aussi.
Je sais que tu as l’espoir de faire de la musique avec Dave Mustaine mais que vous n’avez jamais le temps pour ça. Vois-tu malgré tout une possibilité pour que cela se produise un jour ?
Ouais, je vais probablement l’appeler lorsque la tournée sera terminée, à l’automne 2014 ou quelque part par là. Je vais peut-être l’appeler et lui dire : « Hey Dave, il faut qu’on écrive une chanson ensemble, seulement une ! » (Rires) Peut-être pourrais-je le convaincre. C’est quelque chose dont j’ai toujours, je ne dirais pas rêvé, mais pensé que ce serait vraiment cool, de voir si on peut s’asseoir et écrire une super chanson de metal ensemble, pour le fun. Je ne sais pas s’il le ferait ou pas mais l’offre est là. J’adorerais et nous en avons parlé par le passé. Ce serait marrant. Mais un gars avec qui j’aimerais faire quelque chose un de ces jours, c’est Danko Jones. Il a chanté sur le cinquième titre du nouvel album, dénommé « Wrapped ».
Interview réalisée par téléphone le 25 juin 2013
Traduction : Spaceman
Introduction : Alastor
Site internet officiel d’Annihilator : www.annihilatormetal.com
Album Feast sorti le 26 août 2013 chez UDR / EMI

_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeJeu 24 Oct - 18:30

La Grosse Radio / Metal / Webzine metal / Live report   Annihilator (+ The Generals) à L'Empreinte (16.10.2013)


ANNIHILATOR 7667
Festin thrash à l’empreinte
A l’occasion de la sortie de son dernier album en date, Feast, Annihilator est revenu en France après un passage remarqué au Motocultor l’été 2013 et n’a pas manqué de faire headbanguer les nombreux fans présents avec deux heures de thrash mélodique divinement interprété. Pour ouvrir le bal, le groupe de death metal suédois The Generals a su se faire apprécier par une partie des fans.


The Generals

 
Alors que la salle de concert de Savigny-le-Temple se remplit petit à petit, les Suédois de The Generals entrent en scène avec en fond sonore une bande-son digne d’un film d’horreur. Aux quatre metalleux d’interpréter leur set de dix chansons, restant sur scène presque une heure pour une musique qu’ils décrivent comme "une cigarette death metal avec un filtre rock n’roll".

Bien que Joey DeMaio se serait empressé d’affirmer que les vrais hommes n’utilisent pas de filtre, force est de constater qu’il y a une sacré dose de testostérone sur scène. En effet, la musique, sans être trop brutale, est massive et contient de nombreux riffs qui font mouche. Au-dessus de ça, le bassiste/chanteur Hednar arrive à  se faire entendre de tous avec son chant death destructeur. On pourra regretter que les membres se montrent aussi statiques, le manque de place sur scène doit être une des raisons.

ANNIHILATOR 10013
Si, hormis certains jeunes thrashers, le public ne s’est pas montré des plus réactifs, le groupe a quand même reçu un accueil honorable et est parti sous les applaudissements de l’assistance, ce qui peut laisser à penser qu’ils ont éveillé la curiosité de certains, en présentant une musique différente de celle de la tête d’affiche, mais avec des chansons directes et sans déballage technique.

Setlist :

Dig Two Graves
Stand Up Straight
Blood For Blood
Shotgun Serenade
Hunger
My Own Demise
Consulting With the Sinner
The Illusionnist
Blessing in Disguise
Evil Transcends


ANNIHILATOR
 
C’est une salle remplie et quelque peu impatiente qui accueille les thrashers canadiens et acclame bruyamment l’arrivée triomphale de Jeff Waters et sa bande. Ce dernier ne manquera pas de remercier chaleureusement les fans venus nombreux pour cette date en région parisienne tout le long du concert, si bien que le chanteur/guitariste Dave Padden, amusé, demandera au public s’il veut que son leader abrège.

ANNIHILATOR 10014
Ces blagues et l’attitude de scène de chacun des membres pendant les deux heures de concert montrent à quel point les membres du groupe s’entendent bien entre eux et s’amusent sur scène. Si Jeff fait une remontrance à l’adresse de Dave en lui indiquant qu’il "[portait] des couches quand le groupe avait été formé", les compliments fusent, notamment à l’adresse de Mike Harshaw après son solo de batterie, batteur fraichement arrivé au sein du groupe.

Le groupe s’amuse sur scène, mais reste carré et appliqué pendant l’ensemble du concert. Jeff Waters fait toujours des merveilles avec son son de guitare reconnaissable et ses solos bien appliqués. Cette fois-ci, il prend une place plus importante dans le chant, en interprétant sur scène les chansons issues des albums dans lesquelles il est chanteur, comme "Refresh The Demon" ou "Fiasco". Le chanteur principal Dave Padden interprète toujours aussi bien l’ensemble des chansons et arrive à se les approprier, malgré le fait que de nombreux chanteurs les aient interprétés.

ANNIHILATOR 10015
En effet, Annihilator passe en revue l’ensemble des périodes par lesquelles il est passé, allant du thrash pur et dur des débuts avec une doublette "Alison Hell" et "W.T.Y.D." pour ouvrir les hostilités, un medley acoustique de deux titres issus de Set The World on Fire, des chansons moins connues du début des années 2000 comme "Carnival Diablos", des classiques comme "King of the Kill" pour clôturer le set et bien sûr des chansons récentes, comme "Ambush" d’Annihilator et trois chansons de Feast, dernier album  en date, avec notamment le titre "Deadlock", joué avant le rappel, qui sera fort bien accueilli.

Le public se montre d’ailleurs enthousiaste pendant l’ensemble du concert, avec un gros mosh dès la très thrash "W.T.Y.D.", un circle pit sur "Reduced to Ash" ou encore un wall of death spontané sur "I Am in Command". L’ambiance est au beau fixe tout le long du concert avec des thrashers de tout  âge qui ne manquent pas d’extérioriser leur joie de revoir cette icône.

ANNIHILATOR 10016
Le public et le groupe sont donc sur la même longueur d’onde tout le long de ce concert fort réjouissant, qui montre qu’Annihilator a encore son public en France. Jeff fait d’ailleurs état du succès de ses travaux en indiquant que Feast est l’album du groupe le mieux vendu en Europe depuis 2001. Preuve qu’avec un groupe et des fans dévoués, les choses marchent. Le rendez-vous avec Annihilator au Hellfest l’année prochaine est maintenant pris pour une nouvelle dose de sensations fortes.

Setlist :

Alison Hell
W.T.Y.D.
Knight Jumps Queen
Reduced to Ash
Set the World on Fire
Refresh the Demon
Never, Neverland
No Zone
Carnival Diablos
Fiasco
Bliss
Second to None
I Am in Command
Phoenix Rising / Snake In The Grass [sans batterie]
Solo de batterie
No Way Out
Smear Campaign
Time Bomb
Ambush
Deadlock

Rappel :

Ultra-Motion
King of the Kill



Photos : © 2013 Olivier GESTIN / INTO The PiT Photographe

_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeSam 26 Oct - 23:47










_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeSam 26 Oct - 23:51








_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeJeu 7 Nov - 19:27

Annihilator @ Ninkasi Kao, Lyon, France – 20/10/2013 Radio Métal

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_03

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_02

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_04

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_05

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_01

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_08

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_09

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_10

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_11

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_12

_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeJeu 7 Nov - 19:32

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_14

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_15

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_17

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_18

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_19

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_20

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_21

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_24

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_28

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_29

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_30

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_31

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_32

ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2013_10_20_33

_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeJeu 7 Nov - 19:33

Live Report : Radio métal    
Annihilator : la joie au coeur du chaos

                                         


ANNIHILATOR Annihilator-flyerAnnihilator, c’est en quelque sorte le porte-drapeau du metal canadien, un étendard dressé haut vers le ciel afin d’attirer vers lui les regards. Mais plus qu’un simple représentant du Canada, Annihilator est une référence du thrash metal, qui, à bien des niveaux, rappelle que le meilleur du thrash ne s’est pas uniquement fait que du côté de la Bay Area de San Francisco. C’est donc normal de voir, devant le Ninkasi Kao lyonnais en ce 20 octobre, une telle foule, qui plus est variée, brassant différentes époques, différents styles, différents âges. Après tout, comment refuser une telle affiche ? Annihilator en terre lyonnaise, ce n’est pas tous les jours que l’on voit ça.
Mais avant de profiter du thrash des Canadiens, le Kao fera une halte – après celle au bar – en pays scandinave en compagnie de The Generals. Un croisement death/thrash qui fera bouger les premiers corps, histoire de se mettre dans le tempo et surtout de profiter au maximum de cette belle mais fraîche soirée.
Artistes : AnnihilatorThe Generals
Date : 20 octobre 2013
Salle : Ninkasi Kao
Ville : Lyon
ANNIHILATOR The_generals_2013_10_20_01
The Generals : un manque de diversité regrettable.
The Generals a eu la bonne idée, afin de s’attirer les faveurs d’un public déjà conséquent, de préciser qu’ils venaient de Karlstad, en Suède. Il faut croire que les groupes scandinaves ont toujours de bonnes faveurs de ce côté de l’Europe et restent perpétuellement respectés quand bien même leur musique n’est pas à tomber à la renverse. Et tel est le cas de cet apéritif en demie teinte, croisant thrash et death metal à la manière d’un Revocation. The Generals, c’est une musique percutante, ponctuée de nombreux blast-beats et riffs d’acier. C’est une basse inaudible mais que l’on soupçonne suivre, sans trop de risque, la guitare. C’est une grosse charge d’énergie qui malheureusement s’essouffle bien vite.
Les Suédois n’ont que trop peu de nuances et de diversités à leur cartouchière pour agrémenter des compos qui finissent, inévitablement, par se ressembler les unes les autres. Non seulement il faut, comme à l’accoutumé, un temps d’adaptation à la première partie (souvent une vraie découverte venue d’on ne sait où) mais il est évident que l’auditeur, passé le cinquième titre, comptera les minutes avant l’heure présumée pour la tête d’affiche. Surtout si la musique du groupe finit par elle-même se mordre la queue. Et hormis la clique de pogoteurs qui se fait déjà les jambes, le reste du Kao regarde passivement passer ce show. Il faut cependant préciser que le son, relativement brouillon, n’aura pas rendu hommage aux compos de la formation.
ANNIHILATOR Annihilator_1
Le savoir-faire canadien : Annihilator.
Après un court extrait sonore de L’Exorcisme d’Emily Rose en guise d’introduction, ouvrir le bal par un titre aussi connu et apprécié que « Alison Hell » ne pouvait que conduire à un seul constat : l’assurance de voir le public rugir d’une seule et même voix toute sa joie la plus sincère. La foule est compacte. La salle du Kao est même plus que remplie, et c’est un grondement d’applaudissements qui accueille les Canadiens avec cette entame qui a instantanément mis le public à la botte de Waters et ses comparses. Le groupe n’est pas là pour se la couler douce, surtout après l’accident de la route, la veille, qui obligea la formation à annuler sa date de Barcelone. Ainsi, la machine Annihilator est lancée, sans retenues, sans mise en garde, directement au visage d’une audience mixte et hétéroclite. « W.T.Y.D. » vient sur-enchérir ! Effet tout aussi spontané que pour « Alison Hell ». Le public est connaisseur et, plus que de simples curieux, majoritairement constitué de fans de la formation. De quoi rendre le concert d’autant plus intense. Car le lien entre ce public et le groupe sera une composante essentielle de ce show.
Si la virtuosité d’Annihilator n’est plus à prouver – bien qu’elle sera démontrée tout au long du concert, pour ceux qui en aurait douté – la formation n’en demeure pas moins un groupe de thrash qui sait faire siffler du riff brut et efficace à vos oreilles. « Set The World On Fire  » voit ainsi le public bouger dans tous les sens. Le pogo déchire la foule alors que les riffs appuyés par un son bien chaud et particulièrement clair viennent secouer les cages à miel des moins enthousiastes à l’idée de bouger. Mais au devant d’une telle honnêteté scénique et d’un Jeff Waters aux multiples expressions faciales qui vous décrocheront, au moins, un sourire, difficile de ne pas éprouver une forte sympathie pour la formation. Le travail est plus qu’appliqué et la setlist a des allures de best-of. Exemple avec cet enchaînement « Refresh The Demon » et « Never, Neverland ». Toutefois, concernant cette setlist, Waters nous avouait récemment : « Ce sont des chansons que Dave et moi avons décidé vouloir jouer en concert pendant la prochaine année et demi. Il y a donc certaines chansons là-dedans qui ne seraient pas vraiment sur un album best-of et, si ça avait été un album best-of, alors il manquerait quelques grands classiques. » Mais qu’importe si quelques titres sont ici oubliés ! Le duo Waters/Padden est symbiotique et tient ce show d’un bout à l’autre d’une main ferme. Après dix ans de collaboration, il est indéniable que Dave Padden a apporté à Annihilator un nouveau visage. Les deux guitaristes se renvoient la balle à tour de rôle, tandis qu’Al Campuzano (basse) et le jeune Mike Harshaw (batterie) assurent une section rythmique sacrément calée. La moitié du concert est franchie à grands pas et il est dur de trouver quelconque reproche à faire à l’égard des Canadiens. « No Zone », « Carnival Diablos » et « Fiasco » sont envoyés successivement au nez du public. Celui-ci bouge encore et chante.
ANNIHILATOR Thumbs_annihilator_2
Dave Padden (Annihilator) : « Ah Grougrou ! ».
D’ailleurs niveau chant, Dave Padden doit redoubler d’efforts à chaque fois qu’il faut un tant soit peu pousser la voix. La raison à cela est qu’il souffre d’une vilaine crève. Comme nous l’explique Waters avant la triplette en acoustique « Phoenix Rising », « Sounds Good to Me » et « Snake In the Grass », demandant à son auditoire d’être indulgent envers son acolyte. Mais bien que malade, Padden ne laissera rien le déstabiliser et sa voix résonne avec justesse alors que les efforts semblent définitivement nombreux pour atteindre ce niveau d’exigence. D’autant plus qu’au court du show, le guitariste se sera battu avec une guitare capricieuse. Des couacs infimes qui ne parviennent pas à déstabiliser le groupe.
Après une accalmie que certains considéreront comme méritée suite à ce petit tour d’horizon de titres acoustiques (et solo de batterie anecdotique), la machine Annihilator reprend sa marche, plongeant enfin les mains dans sa dernière œuvre : Feast. Ce qui est véritablement surprenant, avouons-le. Alors que le combo tourne actuellement pour promouvoir cette nouvelle galette, celle-ci, en live, n’est qu’infimement représentée. Pourtant, un « No Way Out » sur scène, ça a le don de secouer les oreilles. Et le public s’est, vraisemblablement, déjà bien approprié ce nouveau disque. Aussi bien sur les nouveaux titres que sur les plus anciens, l’alchimie entre le groupe et son public fonctionne à merveille.
ANNIHILATOR Annihilator_3
Annihilator, distributeur officiel de sourire depuis 1984.
Toujours tout sourire, le combo distribue, non sans une certaine malice, ses brûlots thrashy et groovy. L’intensité n’est pas tombée… Bien au contraire, le concert défile encore plus vite qu’en début de soirée. L’engrenage est en place depuis un moment, or la foule ne fait que ressentir l’extase. Le trip est lentement monté au cerveau. « Smear Campaign » et « Time Bomb » relancent les hostilités dans la fosse alors que certains individus désormais bien imbibés commencent à bouger tels des pantins désarticulés. Le son, qui aura été idéal tout au long de la prestation, fait vibrer la chair avec « Ambush » et « Deadlock ». Toutes deux égales à une paire de baffes respectivement tirées sur la joue gauche, puis, sur la droite. La face encore rougie par les deux claques fraîchement assénées, le public s’époumone afin de faire revenir le groupe sur scène. Celui-ci ne se fait pas attendre. « Ultra-Motion » en premier rappel, « King Of The kill » en second, et voilà un concert plié. Pas encore sorti de la salle, voilà déjà la nostalgie qui pointe le bout de son nez. Faut-il croire qu’Annihilator a offert une prestation de haut vol, ce soir, à Lyon ? Assurément !
Setlist d’Annihilator : (source Setlist.fm)
Intro
Alison Hell
W.T.Y.D.
Knight Jumps Queen
Reduced to Ash
Set the World on Fire
Refresh the Demon
Never, Neverland
No Zone
Carnival Diablos
Fiasco
Bliss
Second to None
I Am in Command
Phoenix Rising / Sounds Good to Me / Snake In the Grass
No Way Out
Smear Campaign
Time Bomb
Ambush
Deadlock
Rappels :
Ultra-Motion
King of the Kill
Photos : Spaceman

_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeJeu 28 Nov - 19:23

ANNIHILATOR a dévoilé le clip de ‘Deadlock’, titre extrait de l’album Feast, sorti plus tôt cette année. Le clip a été réalisé par les Français de Les Improductibles.


_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeMer 3 Juin - 18:42

Posté par Domm !

ANNIHILATOR - Détails nouvel album

ANNIHILATOR sortira son nouvel album intitulé Suicide Society le 18 Septembre prochain via UDR Music. Cette quinzième réalisation marquera le retour de Jeff Waters au chant après le départ fin 2014 de Dave Padden. A noter également le retour du bassiste Cam Dixon (présent à l'époque de King Of The Kill) et l'intègration d'un nouveau guitariste, Aaron Homma (Killitorous, ex-Vital Remains).

ANNIHILATOR Annihilator-details-nouvel-album_5354224-L

Suicide Society
My Revenge
Snap
Creepin’ Again
Narcotic Avenue
The One You Serve
Break, Enter
Death Scent
Every Minute



De nombreux changements sont à prévoir pour les prochains concerts d'Annihilator. Après avoir été guitariste et chanteur du groupe depuis 2003, Dave Padden s'est retiré en décembre 2014. Jeff Waters, leader du groupe, reprend donc le poste de chanteur principal et commente : "Dave Padden et moi avons, par essence, été Annihilator depuis 2003 mais il est parti en décembre dernier, disant qu'il en avait assez de tourner, d'être loin de chez lui et qu'il avait d'autres obligations. Je le remercie pour ses 11 ans au sein d'Annihilator."

C'est le guitariste Aaron Homma qui remplace Dave Padden. A la basse, Oscar Rangel, qui avait tourné avec le groupe en 2014, est remplacé par Cam Dixon, qui avait participé à la tournée King of the Kill. Mike Harshaw reste au poste de batteur.

ANNIHILATOR 19928

_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeLun 3 Aoû - 10:16

Le groupe canadien de thrash ANNIHILATOR vient de rendre public un premier clip afin d’illustrer la chanson « Suicide Society » extraite de l’album du même nom, dont la sortie est annoncée le 18 septembre prochain chez UDR Music.

En outre, voici le line-up du groupe pour l’année 2015 :

Jeff Waters – guitares, chant
Mike Harshaw – batterie
Oscar Rangel* – Basse
Aaron Homma – guitare

* Bien que Jeff Waters se soit chargé de toutes les parties de basse en studio pour le nouvel album, Cam Dixon aurait dû être le bassiste du groupe en vue de la tournée. Cependant la fiancée de ce dernier ayant été diagnostiquée d’un cancer en phase terminale, il a naturellement cédé sa place à Oscar Rangel en vue des prochains concerts du combo. Malgré tout Cam Dixon apparait sur les deux clips tournés en Allemagne pour promouvoir Suicide Society.

Par ailleurs, et pour rappel, ANNIHILATOR sera de passage en France et chez nos voisins francophones aux dates suivantes :

06/10/2015 – Divan Du Monde – PARIS [75]
13/10/2015 – Z7 – PRATTELN [SUISSE]
03/11/2015 – L’Atelier – LUXEMBOURG [LUXEMBOURG]
06/11/2015 – De Kreun – COURTRAI [BELGIQUE]


_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeLun 17 Aoû - 23:17

ANNIHILATOR dévoile la chanson « Creepin’ Again » via une lyric video. Celle-ci apparaîtra sur le quinzième album du groupe, intitulé Suicide Society, prévu pour le 18 septembre via UDR Music.


_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16522
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
ANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitimeMer 7 Oct - 22:22

ANNIHILATOR dévoile un clip vidéo pour la chanson « Snap ». Celle-ci apparaît sur le quinzième album du groupe, intitulé Suicide Society, sorti le 18 septembre dernier via UDR Music.


_________________
ANNIHILATOR Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsoriséANNIHILATOR Vide
MessageSujet: Re: ANNIHILATOR   ANNIHILATOR Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
ANNIHILATOR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ANNIHILATOR - For The Demented - (3 novembre 2017)
» ANNIHILATOR - Suicide Society (18 septembre 2015)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kiss France forum :: Rock et musiques :: Groupes, artistes.A à B,-
Sauter vers: