AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JUDAS PRIEST

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
kissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Lun 7 Juil - 22:04

Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Ven 11 Juil - 18:13


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Ven 11 Juil - 18:20


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Mer 16 Juil - 18:30

JUDAS PRIEST vient de sortir Redeemer Of Souls, son nouvel album, chez Columbia Records et propose cet opus en écoute intégrale sur son site web.

http://redeemerofsouls.judaspriest.com/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Jeu 17 Juil - 18:15

Ian Hill, bassiste de Judas Priest / Radio métal

"Nous sommes un groupe démocratique"
 
Seul membre fondateur restant dans le groupe, Ian Hill parle du dernier album de Judas Priest, Redeemer of Souls. Il y évoque ce qui a poussé le groupe à le faire, l'apport de Richie Faulkner, nouveau guitariste du groupe, sans oublier de revenir sur le reste de sa carrière avec recul et honnêteté et parle également de l'avenir, avec notamment une tournée européenne prévue pour 2015.


Redeemer of Souls, le nouvel album de Judas Priest, vient de sortir, quels sont tes sentiments à son propos ?

On est très positifs à propos de cet album. C’est un de nos meilleurs disques depuis de nombreuses années. On a mis tout ce qu’on a eu envie de mettre qui nous correspondait. On espère que nos fans pensent la même chose.

Parle-nous du titre du disque.

C’est un titre fantasy que Rob Halford [chanteur] a trouvé sur une des chansons du disque et ça collait bien à l’album. Cela fait suite à Angel of Retribution, qui est le dernier album conventionnel de Judas Priest, Nostradamus étant un concept album et une histoire à part entière.



Cela faisait six ans que vous n’aviez pas sorti d’album. Le studio vous avait-il manqué ?

On a été plutôt occupé pendant tout ce temps ! [rires] On a fait la tournée Nostradamus, puis la tournée qui célébrait les 30 ans de British Steel aux Etats-Unis et la tournée Epitaph. Peu avant la fin de cette dernière, nous avons décidé de revenir au studio. Mais quand tu travailles, ça ne te manque pas vraiment.

Tout le monde pensait qu’Epitaph serait la dernière chose que Judas Priest ferait. Qu’est-ce qui vous a donné envie de ressortir un album ?

Glen Tipton [guitariste], Rob Halford et Richie Faulkner [guitariste], les compositeurs, avaient toutes ces idées. Richie a trouvé plein de bons riffs pendant la tournée, du coup, quand on s’est réunis, on s’est dit qu’on devrait faire un album. Les idées étaient bonnes, on était capables de faire un album et on avait envie de le faire, du coup il n’y avait aucune raison de ne pas le faire. Au fur et à mesure que le travail avançait, on s’est rendus compte que cet album était spécial.

Parle-nous de ton apport dans les compositions de l’album.

Glen et Richie se sont réunis et ont posé leurs idées musicales, Rob a un catalogue entier de paroles [rires], il écrit tout le temps. Une fois qu’une chanson faite et qu’on a un ensemble cohérent du début à la fin et plus des morceaux d’idées, Scott Travis [batteur] et moi recevons des enregistrements et nous travaillons nos parties respectives en fonction du titre. Ensuite, on se réunit tous en studio pour les améliorer ou les enregistrer telles quelles. Nous sommes un groupe démocratique, si un membre n’aime pas un truc, il le dit et on change.

D’ailleurs, il semblerait que la basse soit plus en avant sur cet album.

C’est vrai, c’est une bonne chose pour moi ! [rires] On a choisi cela parce que cela correspondait aux chansons, il nous fallait cela dans le son, du coup le mix met la basse plus en avant  et les lignes sont un peu plus travaillées. Cela  a l’air de bien fonctionner.



Redeemer of Souls est le premier album avec Mike Exeter à la production. Comment cela s’est passé ?

C’était super. Il venait de finir de s’occuper du dernier album de Black Sabbath, 13, donc il était en mode metal. C’est un chic type qui a des vastes connaissances dans les techniques d’enregistrement. C’était un plaisir de travailler avec lui, il a trouvé plein de bonnes idées et nous a bien aidé à avoir le meilleur son possible pour tous les instruments et les parties vocales. C’était un vrai bonus de l’avoir parmi nous.

C’est aussi le premier album sans K.K. Downing à la guitare. N’était-ce pas un peu étrange d’enregistrer sans lui ?

S’il avait été avec nous sur la tournée, on l’aurait pris pour l’album. Mais pendant la tournée Epitaph, on a passé un an avec Richie. Du coup, on a appris à le connaître, non seulement en tant que musicien, mais aussi en tant que personne. Il est passé du statut de collègue à grand ami. Du coup, rien n’était étrange à le voir en studio avec nous, il est membre du groupe à part entière maintenant. En tournée, il a joué les parties de Ken et a essayé de sonner comme lui, étant donné l’importance qu’il avait dans les compositions, mais maintenant, il est sur son album et écrit les chansons, du coup il s’implique plus en tant que Richie Faulkner plutôt que de copier ce que Ken faisait et son implication est très importante dans Redeemer of Souls.

Avez-vous eu des retours de sa part sur l’album ?

Je ne sais pas ce qu’il en pense. On est toujours amis, mais cela fait un moment qu’on ne s’est pas parlé. Il poursuit sa carrière et nous avons été très occupé avec l’album et toute la promotion qui suit. Je pense qu’on aura son avis dessus tôt ou tard, il nous le fera savoir.

Qu’est-ce que ça fait d’être le seul membre fondateur restant dans Judas Priest ?

J’essaie de ne pas trop y penser ! [rires] C’est vrai que ça fait longtemps, mais on s’amuse tellement qu’on ne voit pas le temps passer. Le groupe a vraiment démarré quand il est passé à cinq membres, à l’arrivée de Glen en 1974, cela a forgé la marque du groupe et le succès est venu après tout ça. La période d’avant est importante, car sans elle, on ne serait pas ce qu’on est maintenant, mais la dernière pièce du puzzle a été apportée à l’arrivée de Glen.

Quelle est la chose la plus importante que tu as apprise pendant toutes ces années ?

C’est de ne pas être trop imbu de sa personne. Avec le succès qui leur monte à la tête, certains finissent par se prendre pour le messie ! [rires] Les exigences arrivent et à la fin, ça mène au désastre. Il est important de savoir rester humble et de garder un certain recul sur ce qui t’arrive. Il faut apprendre à être tolérant, patient aussi, c’est très important dans ce milieu ! [rires] Mais c’est vraiment important de ne pas se croire au-dessus des autres.



Vous avez annoncé récemment que vous ferez une tournée aux Etats-Unis avec Steel Panther en première partie, qu’en est-il de l’Europe ?

Nous prévoyons de tourner en Europe pour l’été 2015. La tournée américaine se fera jusqu’à mi-novembre, on va prendre un peu de temps pour nous à noël, nous avons quelques concerts de prévu entre février et avril, et on prévoit de faire autant de dates qu’on pourra à partir du début de l’été, aussi bien en festival que dans les salles de concert.

Avez-vous prévu d’inclure beaucoup de chansons de Redeemer of Souls dans vos setlists ?

Pas tant que ça. On travaille sur quatre ou cinq chansons, je ne te dirai pas lesquelles [rires], mais on en jouera sûrement trois ou quatre par concert. Le truc, c’est que c’est un cauchemar de travailler sur une setlist, parce qu’à chaque fois que tu inclus une nouvelle chanson, tu dois retirer la préférée de quelqu’un. Il faut garder l’équilibre entre les nouvelles chansons, les anciennes et les classiques. Ça pose problème à chaque fois.

Qu’en est-il de l’état du groupe sur scène, comptez-vous garder des sets de deux heures tous les soirs ?

Ce sera probablement plus court pour cette tournée. On se calme un peu, c’est le côté vintage qui veut ça [rires]. Si on fait ça, cela rallongera la durée de vie du groupe. Si on en fait trop pendant les prochaines années, on causera plus de dégâts qu’autre chose sur nous-même. On va donc réduire la durée à une heure et demie et espacer les dates pour plus de sécurité.



Penses-tu qu’il y aura un autre album après Redeemer of Souls ?

Ça dépend. Si les idées sont là, qu’elles correspondent aux critères de qualité de Judas Priest, pourquoi pas ? Il faut aussi que les fans le veuillent, parce qu’il n’y a aucune raison de faire un album si les fans n’en veulent pas. Tant que tous les membres du groupe sont pour, il n’y a pas de raison de ne pas en faire !

Je te laisse les derniers mots pour les fans français.

Merci à tous pour votre soutien, les fans français ont toujours été spéciaux pour nous. Cela fait un moment que nous ne sommes pas venus chez vous, mais nous avons prévu de revenir et nous avons hâte. On se voit l’été prochain !


Photo live : Lionel / Born 666 / © 2011

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Jeu 17 Juil - 19:22




Le carton dans les charts US pour la 1ère fois dans le top 10 : le 17ème album studio de JUDAS PRIEST, "Redeemer Of Souls", s'est vendu à environ 32.000 exemplaires aux États-Unis dans sa première semaine de sortie en n ° 6 au Billboard 200.



#6 - "Redeemer Of Souls" (2014)
#11 - "Nostradamus" (2008)
#13 - "Angel Of Retribution" (2005)
#165 - "Demolition" (2001)
#82 - "Jugulator" (1997)
#155 - "Metalworks" (1993)
#26 - "Painkiller" (1990)
#31 - "Ram It Down" (1988)
#38 - "Priest Live" (1987)
#17 - "Turbo" (1986)
#18 - "Defenders Of The Faith" (1984)
#17 - "Screaming For Vengeance" (1982)
#39 - "Point Of Entry" (1981)
#34 - "British Steel" (1980)
#70 - "Unleashed In The East" (1979)
#128 - "Hell Bent For Leather" (1978)
#178 - "Stained Class" (1978)

Merci a Grinder du forum sur Judas !  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Sam 19 Juil - 8:01










_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Jeu 24 Juil - 18:11

Replica Promotion informe que le nouvel album de JUDAS PRIEST, Redeemer Of Souls, sorti le 14 juillet dernier s’est classé directement à la dix-huitième place du Top Album, ce qui est la meilleure entrée dans l’histoire du groupe en France.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Mer 30 Juil - 18:19

Quarante ans de heavy metal non stop pour Judas Priest, malgré quelques changements de line-up, ça ne s’invente pas. Le groupe a traversé toutes les époques du genre, depuis sa naissance jusqu’à aujourd’hui, tel un gardien du temple. Il a bien, pendant un temps, plané l’ombre de l’idée de retraite avec l’annonce de la longue tournée Epitaph démarrée en juin 2011, mais finalement le groupe a clarifié les choses, expliquant, comme le bassiste Ian Hill dans nos colonnes, qu’il ne s’agissait pas d’une retraite mais de la fin des grandes tournées. Le guitariste Glenn Tipton affirmait d’ailleurs en conférence de presse en 2011 : « c’est le début de la fin et ça peut encore prendre un moment. » Et le chanteur Rob Halford lui-même nous le dit aujourd’hui : « Il est important que nous continuions à dire à nos fans que nous n’étions pas en train de mentir, nous n’essayions pas de jouer un tour, ce n’était pas un truc pour l’argent. »

Bref, ne croyez pas voir l’un des ténors du heavy metal se faire oublier de si tôt, surtout pas après le coup de fouet que leur a visiblement donné l’arrivée du jeune Richie Faulkner pour remplacer le démissionnaire et pourtant fondateur KK Downing et la sortie de leur nouvel album Redeemer Of Souls qui s’est hissé, pour la première fois pour un album du Priest, dans le top 10 des meilleures ventes aux États-Unis, avec ses 32 000 copies vendues la première semaine, et dans le top 20 français – bien qu’il ne soit pourtant pas la meilleure performance du groupe avec, aux États-Unis, les 42 000 copies de Nostradamus (2008) et 58 000 d’Angel Of Retribrution (2005) écoulées en première semaine. Preuve que le heavy metal fédère encore lorsque d’autres genres perdent du terrain.

Et c’est avec plaisir que nous avons passé un petit moment au téléphone avec celui qui, depuis toujours, ou presque, est considéré par les fans comme le Metal God, titre nobiliaire qu’il chérit de tout son cœur. Un personnage toujours aussi sympathique et plein d’humour. Il est évidemment question dans l’entretien qui suit du nouvel album, mais nous en avons aussi profité pour aborder d’autres sujets plus larges et même de ce destin remarquable qui semble unir Judas Priest et Black Sabbath.



Radio Metal : Tu avais dit en conférence de presse en 2011 que le nouvel album était plus ou moins fini et qu’il sortirait sans doute l’année suivante. Au final, il est sorti trois ans plus tard. Comment expliquer un tel délai ?

Rob Halford (chant) : Eh bien, tu sais, le rock’n'roll n’est pas calé sur une horloge [rires] ! Je pense que tu dis ce que tu dis à un moment donné parce que c’est ainsi que les choses paraissent évoluer mais tu ne peux pas presser les choses. Tu essaies d’avoir des attentes vis-à-vis du calendrier et parfois ça marche et parfois ça ne marche pas. Mais c’est intéressant, parce que Redeemer Of Souls, depuis le travail de composition jusqu’à la pré-production, la production finale et la finition, a pris seulement dix-huit mois, à peu près, donc je trouve que, si tu regardes les autres groupes qui existent depuis aussi longtemps que Judas Priest [rires], nous avons fait l’album plutôt vite et nous l’avons fait comme il fallait. Donc, tu dis ce que tu dis sur le moment en espérant que c’est ainsi que ça va se passer ou peu importe… C’est le rock’n'roll !

L’album sonne presque brut, pas surproduit, et Glenn avait justement dit que vous vouliez un album qui sonne « live ». Ceci, plus le fait que c’est un album plus classique dans le style, est-ce que vous vouliez vous rapprocher de la manière dont vous faisiez les albums à la grande époque ?

Ouais, je le crois, clairement, Nicolas ! Nous n’avons pas parlé de ça, en gros nous avons simplement dit : « Écoute, revenons aux fondamentaux, le cœur et l’âme de Judas Priest et gardons juste les riffs et les mélodies, la batterie, la basse et jouons ça, enregistrons ça de la manière la plus live possible et ensuite nous ajouterons des choses après coup. » C’est de manière globale ce qui s’est passé et je pense que tu peux l’entendre. C’est une production très minimaliste si tu la compares aux articulations de Nostradamus, clairement. Et c’est simplement de par la manière dont il a été enregistré, il y a une texture live vraiment lumineuse dans l’atmosphère [que dégage l’album]. Glenn l’a produit avec Mike Exeter et ils ont tous les deux réalisés un boulot incroyable. Donc, ouais, je pense que le rendu est très spécial. Je pense qu’on peut dire que cet album a le même genre de production que British Steel, par exemple, qui était un genre d’album très minimaliste et live.

Redeemer Of Souls est le premier album écrit avec Richie Faulkner. Le groupe n’appréhendait-il pas un peu au début, lorsque vous avez commencé le processus de composition avec lui, dans la mesure où vous ne saviez pas ce que sa contribution allait donner ?

Eh bien, le fait est, Nicolas, que nous sommes partis faire la grande tournée Epitaph qui a duré presque deux ans avec Richard, donc durant cette période, nous sommes devenus très, très proches, nous avons commencé à comprendre la nature de ses capacités musicales, de son interprétation, de ses talents, de ses passions et de ses histoires, ensemble dans le bus, à boire et parler, tu sais, tous les ingrédients importants qui permettent à un groupe d’être vraiment connecté. Donc, lorsqu’est arrivé le moment où nous pouvions aller en studio pour commencer à composer, Richie était pleinement intégré, il était totalement impliqué dans la vie du groupe. Comme tu le sais probablement, il a été toute sa vie fan de Priest. Nous avons donc juste dit à Richie : « Ce que tu as à dire et ce que tu as à faire est vraiment très important à ce stade. » Lorsque nous trois nous posons pour commencer à écrire ensemble, les contributions de chacun sont d’égale importance, tout est équilibré. Donc ouais, nous nous sentions vraiment bien, nous n’avons pas du tout ressenti d’appréhension, nous étions simplement très excités de découvrir ce qui allait se passer.

D’ailleurs, il est bien plus jeune que le reste du groupe. Par conséquent, qu’est-ce que sa jeunesse a apporté à Judas Priest ?

Il peut monter et descendre les escaliers bien plus vite que moi [rires] ! C’est une blague anglaise ! Eh bien, naturellement, il est dans la trentaine, je suis dans la soixantaine, Glenn est dans la soixantaine, mais nous avons le sentiment que nos cœurs sont toujours jeunes, notre esprit est toujours très jeune. Notre intensité, notre passion, notre ambition, notre détermination, tout ceci ne vieillit pas, tu sais. C’est resté constant dans Judas Priest, en chacun de nous, et je trouve que c’est merveilleux. Je ne crois pas que quiconque se la coule douce ici. Je pense que nous sommes tous en train de foncer de l’avant ensemble. Donc, peu importe la différence d’âge, je pense que nous recherchons la même chose et tu peux ressentir ça. A chaque fois que j’écoute cet album, je suis si heureux de ressentir la vie qui en ressort, il y a tellement de vie dans cet enregistrement que nous sonnons un peu comme un jeune groupe de metal, à mon avis.



Il y a eu un peu de confusion autour de la tournée Epitaph et son annonce. Des gens ont cru que c’était la fin de Judas Priest, d’autres ont pensé que c’était la toute dernière fois que Judas Priest monterait sur scène. Désormais vous avez plutôt clarifié les choses, mais ne penses-tu pas que vous auriez pu être plus clairs depuis le départ, par exemple en n’appelant pas ceci un « adieu » ?

Ouais, je pense que nous aurions pu. Je pense que nous aurions pu dire : « Regardez, nous partons pour la dernière fois dans une grande tournée mondiale de cette nature, nous allons continuer à donner des concerts dans le futur mais ce sera sous une forme différente », mais ce n’est pas possible, c’est difficile à inclure sur un poster promotionnel [rires] ! Je dois dire aussi, Nicolas, que cette discussion au sujet de la tournée d’adieu s’est produite lorsque Judas Priest était toujours Glenn, KK, Ian, Scott et moi, et nous réfléchissions différemment. Il y a trois, quatre ou cinq ans, nous pensions de manière totalement différente, nous étions dans un état d’esprit différent à l’époque. Ça a complètement changé aujourd’hui. Je trouve que ce que Richie a fait est tout bonnement extraordinaire, il nous pousse à penser différemment et notre futur a une autre allure désormais. Donc, quels autres mots peux-tu utiliser que « adieu », si tu vois ce que je veux dire ? Ce n’était pas une tournée d’« au revoir », c’était une tournée d’ « adieu »… Nous aurions dû parler de tournée d’ « adieu, à plus tard », ça aurait eu plus de sens. Mais je pense qu’il est important que nous continuions à dire à nos fans que nous n’étions pas en train de mentir, nous n’essayions pas de jouer un tour, ce n’était pas un truc pour l’argent. Nous avons vu toutes ces accusations à notre encontre, ce qui est injuste. Il faut donc simplement que nous continuions à expliquer de la meilleure façon que possible ce qui s’est effectivement passé et c’est ce que nous continuons à faire maintenant. J’aurais souhaité que les gens se concentrent sur aujourd’hui au lieu de ce putain d’hier. C’est une question très pertinente Nicolas, mais aujourd’hui c’est 2014, nous avons Redeemer Of Souls et nous avons un solide futur avec Judas Priest.

Le metal est devenu un genre très varié et complexe et vous avez été là pendant tout ce temps, vous l’avez vu évoluer depuis les tout débuts jusqu’à aujourd’hui avec Judas Priest, en tant qu’un des pères du genre. Comment ressens-tu tout ceci et l’évolution du metal ?

C’est vraiment extraordinaire, n’est-ce pas Nicolas ?! Car Judas Priest était là à la naissance du monde heavy metal. Tu imagines ? Si tu pouvais aller voir Beethoven jouer ou si tu pouvais voir Picasso peindre ou si tu pouvais écouter Bessie Smith chanter le très vieux blues… Judas Priest est un initiateur et nous sommes toujours là, depuis le tout début, les racines, le démarrage du heavy metal. C’est absolument incroyable lorsque tu y penses. Donc, le fait d’avoir débuté il y a quarante ans et pourtant toujours être un groupe de metal de valeur, pertinent et significatif au milieu de tout ces extraordinairement talentueux nouveaux groupes est un sentiment vraiment profond. Je ne peux pas vraiment l’expliquer. Mais je suis ami avec nombre de ces nouveaux groupes et ils parlent toujours de Judas Priest comme une influence et une source d’inspiration lorsqu’ils ont commencé. C’est donc véritablement incroyable et nous sommes simplement reconnaissants d’avoir eu une si merveilleuse vie et nous ne pouvons pas assez remercier nos fan de nous avoir soutenu à travers toutes ces années et de continuer à nous motiver à faire du metal. C’est une question très profonde, vraiment, car elle soulève beaucoup d’âme, de détermination et d’aventures.

Comme tu l’as dit, Judas Priest est quarante ans après toujours en train de porter l’étendard du heavy metal alors que vous pourriez simplement laisser les autres groupes reprendre les rênes. As-tu le sentiment d’avoir comme une responsabilité à ce sujet ?

[Il réfléchit] Ouais ! Les fans m’appellent le Metal God [rires], donc je pense que c’est mon devoir sacré de préserver et protéger la musique heavy metal. Voilà à quel point je me sens concerné.

Tu es l’un des meilleurs et plus influents chanteurs de heavy metal mais comment as-tu évolué en tant que tel ? Comment conçois-tu et approches-tu le chant metal après quarante ans ?

Eh bien, j’ai appris beaucoup de choses avec les années sur ce que je peux faire avec ma voix. J’ai toujours essayé d’utiliser ma voix pour qu’elle soit divertissante, intéressante et excitante, donc je pense que je chante toujours, aujourd’hui, avec la même intention que lorsque j’ai commencé il y a quarante ans. Ma voix est différente, je suis un vieil homme [rire], si on compare à la norme, mais j’adore ça, j’aime absolument faire ce que je fais. Je chante effectivement un peu différemment maintenant, simplement parce que c’est ce qui se produit avec ta voix lorsque tu prends de l’âge, en revanche j’aime toujours sentir que ce que je fais est bien et que ça vient du cœur, et que j’y injecte un bon feeling et une bonne attitude. Mais je suis toujours bon pour mettre en avant ma propre patte et j’ai toujours quelque chose au sujet de quoi crier, et je vais continuer à faire cela aussi longtemps que je le pourrai.



Judas Priest et Black Sabbath ont tous les deux pris naissance à Birmingham, les deux ont une chanson qui s’appelle, respectivement, « Beginning Of The End » et « End Of The Beginning » sur leurs derniers albums et leur album s’appelle 13 pendant que le vôtre contient 13 chansons… On dirait que les deux groupes ont beaucoup en commun ces temps-ci… Et tu as d’ailleurs déjà chanté pour Black Sabbath le temps de quelque dates. Dirais-tu que, d’une certaine manière, les deux groupes ont un destin commun ?

C’est incroyable, n’est-ce pas Nicolas ? Comment appellent-ils ceci ? Symbiotique. Nous avons une vie symbiotique, en quelques sortes. C’est comme si nous étions des jumeaux, les jumeaux du heavy metal : Judas Priest et Black Sabbath [rires] ! C’est fou parce que, voilà ce qui s’est passé : lorsque nous étions en train de composer « Beginning Of The End », Mike Exeter était avec nous pendant la session et il avait fini les sessions avec Black Sabbath pour leur album 13 pendant que nous travaillions ensemble à Malibu. Mike a fait partie de la totalité du projet de Sabbath, donc lorsque nous faisions cette chanson, Mike a mentionné en toute simplicité : « Est-ce que vous savez que Sabbath a une chanson qui s’appelle ‘End Of The Beginning’ ? », moi et Glenn nous sommes regardés et avons dit : « Tu te fous de nous ? », il a répondu que non et nous étions là : « Oh mon dieu, quelles chances y a-t-il pour que cela se produise, quelles sont les conséquences de voir ces deux choses arriver ?! » C’était remarquable. Nous y avons donc réfléchi et nous sommes dit que, eh bien, c’est juste une pure coïncidence que leur chanson s’appelle « End Of The Beginning » et la nôtre « Beginning Of The End ». Mais c’était aussi quelque chose de vraiment magnifique parce que nous venons tous les deux du même endroit dans les terres, nous nous connaissons très bien, nous sommes très bons amis les uns avec les autres, nous sommes dans deux endroits du monde différents mais nous avons tous les deux écrits deux chansons [qui ont comme des titres miroirs], ce qui est dément [rires], c’est vraiment, vraiment démentiel ! Nous avons donc dit, eh bien, gardons-le car c’est un titre de chanson qui est important. Nous avons essayé de le changer mais ça n’a pas marché. Donc, c’est la même chose mais c’est différent et c’est ainsi que nous l’avons laissé. Et en plus de tout ça, lorsque nous avons décidé de finir d’assembler les chansons que nous voulions sur le CD, ça a donné treize pistes ! C’est fou, c’est totalement délirant la manière dont le sort et le destin ont créé tant de connexions entre nous. J’espère vraiment et je souhaite que, au moins, il y ait un autre show avec Black Sabbath et Judas Priest ensemble à l’affiche, ce serait la déclaration ultime !

As-tu été en contact avec KK Downing dernièrement ?

Non, KK est complètement à la retraite, il s’est, en quelque sorte, déconnecté de tout, nous n’avons eu aucune communication. Il est occupé dans son monde et nous sommes occupés dans notre monde et c’est ainsi désormais.

Sur Redeemer Of Soul il y a des chansons, et particulièrement « Crossfire », qui ont des éléments blues dominants. Le blues serait-il donc quelque chose que tu ferais lorsque tu prendras ta retraite du heavy metal ?

J’aime le blues, ouais. C’est un riff de Richie, c’est lui qui a trouvé le riff de « Crossfire ». Lorsque Glenn et moi l’avons entendu, nous étions là : « Mec, c’est putain d’excellent, nous allons utiliser ce riff, ça fera une super chanson », ce que ça a fini par devenir. Ouais, les racines du rock’n'roll, les racines du heavy metal viennent du blues. Les riffs très simples et directs que l’on trouve dans beaucoup de chansons de metal ont une très forte identité blues. Donc, ouais, j’ai dit récemment, Nicolas, que si j’avais l’opportunité, j’aimerais faire ce genre d’album, mais je pense plutôt aujourd’hui que ce serait un album de heavy metal blues et pas un album de blues conventionnel. J’aimerais faire un album de blues metal vraiment heavy, ce qui je pense pourrait être sacrément puissant.

Tu as parlé il n’y a pas longtemps de ta rencontre avec Lady Gaga et qu’elle aurait dit que ce serait sympa de faire un truc ensemble. Mais qu’est-ce que ça pourrait être ? Comment une chanson de Rob Halford et Lady Gaga pourrait sonner ?

Eh bien, ça ne sonnerait pas comme « Poker Face » [rires] ! Je l’adore, je trouve que c’est une musicienne incroyablement talentueuse, une voix extraordinaire. Elle est aussi une instrumentiste très talentueuse, une super claviériste, guitariste, compositrice et simplement une superbe artiste. Et il se trouvait juste que j’avais une soirée de libre à San Diego et je suis allé au concert. Elle a voulu me rencontrer et nous étions comme de vieux amis, c’était fou ! En musique, même si notre musique ne sonne pas pareil, on a toujours la même vie, on voyage toujours en bus pour les tournées, on monte sur scène, on fait tous les mêmes choses, on fait des interviews pour la presse, on fait de la promo, on fait de la composition, des enregistrements et il y a les costumes, les lumières, la scénographie… C’est tout la même chose mais en différent. Il y a donc un respect mutuel, je trouve, que les musiciens ont les uns pour les autres et c’est ce que nous partageons. C’était simplement une opportunité qui pourrait ou pourrait ne pas arriver. Je trouve que c’était très généreux de sa part de ne serait-ce que penser à cette possibilité, donc nous verrons. Mais si ça se produit effectivement, ce sera heavy !

Interview téléphonique réalisée le 17 juillet 2014 par Spaceman.
Retranscription : Judith.
Traduction, introduction et fiche de questions : Spaceman.

Site internet officiel de Judas Priest : judaspriest.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Mer 6 Aoû - 9:42


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarSonicboomHot in the shadeMessages : 7313
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 53
Localisation : 94
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Mer 6 Aoû - 22:09

http://rocknroll.blog.leparisien.fr/archive/2014/08/05/judas-priest-15205.html
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Jeu 11 Sep - 19:31

Glenn Tipton, le guitariste de JUDAS PRIEST, a pensé que le groupe allait s’arrêter après le départ de « K.K. » Downing comme il l’indique en interview à Metalholic.com. Répondant à une question sur Richie Faulkner, le remplaçant de « K.K. » Downing, Glenn Tipton affirme qu’il ne se doutait pas que le groupe parviendrait à se relever du départ de « K.K. » Downing.

Voici sa déclaration :

« L’arrivée de Richie fut vraiment une grosse surprise. C’est venu comme une surprise pour nous tous. Pendant tout ce temps, j’ai vraiment pensé que le groupe allait s’arrêter. On était sur le point de faire une tournée d’adieu et, bien sûr, Ken a décidé qu’il en avait assez de tout ça. Je respecte sa décision. Ca a dû être une décision difficile à prendre. Je pense qu’on a tous été dans cette phase. On est en tournée depuis 35, 40 ans. Mais on a trouvé Richie et Richie est un petit miracle parce que le mec est un super guitariste et il s’est parfaitement mélangé au reste du groupe sur scène. Et puis, évidemment, il a travaillé tellement dur et a tellement contribué au dernier album du groupe, Redeemer Of Souls, que c’est juste un miracle ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Jeu 2 Oct - 18:42

Judas Priest Setlist at Main Street Armory, Rochester, NY, USA
October 1, 2014


1.Dragonaut
(Live debut)
2. Metal Gods
3. Devil's Child
(First time live since 2009)
4. Victim of Changes
5. Halls of Valhalla
(Live debut)
6. Love Bites
(First time live since 1986)
7. March of the Damned
(Live debut)
8. Turbo Lover
9. Redeemer of Souls
(Live debut)
10. Beyond the Realms of Death
11. Jawbreaker
(First time live since 1984)
12. Breaking the Law

Encore:

13. Hell Bent for Leather

Encore 2:

14. You've Got Another Thing Comin'
15. Living After Midnight
16. Defenders of the Faith
(First time live since 1984)


http://www.setlist.fm/setlists/judas-priest-6bd6bafa.html


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Ven 3 Oct - 7:18


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Dim 5 Oct - 9:27






_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Mer 8 Oct - 20:37






_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Ven 31 Oct - 18:48

Le producteur de spectacles Gérard Drouot Productions annonce sur son site internet que JUDAS PRIEST sera de passage au Zénith de Paris le 17 juin 2015.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarPhilModérateurMessages : 6539
Date d'inscription : 21/04/2010
Age : 55
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Jeu 11 Déc - 18:33

La news de la mort !!!!!!!!! cheers cheers cheers



Sortie prévue en mars 2015            

CD1 "Defenders Of The Faith" remastered

01. Freewheel Burning
02. Jawbreaker
03. Rock Hard Ride Free
04. The Sentinel
05. Love Bites
06. Eat Me Alive
07. Some Heads Are Gonna Roll
08. Night Comes Down
09. Heavy Duty
10. Defenders Of The Faith

CD2 Live at Long Beach Arena, California - May 5, 1984

01. Love Bites
02. Jawbreaker
03. Grinder
04. Metal Gods
05. Breaking The Law
06. Sinner
07. Desert Plains
08. Some Heads Are Gonna Roll
09. The Sentinel
10. Rock Hard Ride Free

CD3 Live at Long Beach Arena, California - May 5, 1984

01. Night Comes Down
02. The Hellion
03. Electric Eye
04. Heavy Duty
05. Defenders Of The Faith
06. Freewheel Burning
07. Victim Of Changes
08. The Green Manalishi (With The Two-Pronged Crown)
09. Living After Midnight
10. Hell Bent For Leather
11. You’ve Got Another Thing Coming
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Mar 26 Mai - 19:05

Récemment interviewé, Ian Hill, bassiste de JUDAS PRIEST, a évoqué la sortie d'un nouvel album en 2016. Le processus créatif du dernier album "Redeemer of Souls" a été très prolifique et le groupe a beaucoup de matériel en stock. JUDAS PRIEST pourrait retourner en studio après l'actuelle tournée mondiale. Ces propos ont été confirmés par le guitariste Richie Faulkner.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Lun 1 Juin - 19:07


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Lun 1 Juin - 19:08




_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Mer 1 Juil - 21:46



Judas Priest, Five Finger Death Punch au Zénith de Paris, le 17 juin 2015

Lors de l’éthipath tour il y a 4 ans Judas priest était venu nous rendre visite au Zenith après son escale au Hellfest, cette année elle précède l’escapade Clissonnaise et le combo pose ses valises dans la salle Parisienne dotée d’un somptueux album Redeemer of Souls, preuve que le groupe Anglais, maitre du heavy métal reste incontournable dans le paysage métallique !

En compagnie toujours de mon frère Nicolas, nous retrouvons Valérie une amie de 30 ans, qui officialise son premier concert du groupe de Birmingham, elle a rêvé de Rob Halford adolescente et enfin sa passion pour Judas se concrétise (zenith et pas Bercy, lol seule Valérie peu comprendre ! mdr)

Apres un petit rafraichissement et la quête du tee shirt de la tournée, nous entrons dans le vif du sujet avec le groupe Américain Five Finger Death Punch qui œuvre dans un métal moderne, Rob ayant collaboré sur le morceau Lift Me Up issu de l’album The Wrong Side of Heaven and the Righteous Side of Hell, Volume 1 sorti en 2013, cela explique peut-être leur présence aujourd’hui !

45 minutes plaisantes ou les musiciens visiblement heureux d’être là, distille leurs compos bien accueilli par la foule venue pour Judas, la bonne communication du groupe y est pour beaucoup et les deux fans montés sur scène sur Burn MF en témoigneront , mention au chanteur Ivan Moody et au guitariste Jason Hook ex Alice Cooper très juste dans ses interventions , un agréable moment en attendant la tête d’affiche !

Setlist:

Under and Over It
Hard to See
Lift Me Up
Bad Company
Burn MF
Coming Down
Never Enough
The Bleeding

La tension est palpable dès les premières notes war pigs, la foule trépigne dans une salle finalement bien remplis et après l’intro sur Battle Cry, le rideau tombe ou Richie Faulkner, Glen Tipton et Ian Hill au garde à vous attaque dragonaut, Rob Halford apparait quelques secondes plus tard courbé et marchant avec une canne, frisson d’angoisse du public mais la voix est fabuleuse et les deux guitaristes nous délivrent 2 solos qui donne le ton de la soirée ! Le son est nickel, pas trop fort et le mix une merveille !



Métal gods suit et Rob lâche la canne et nous commence son festival vocal, the priest is back est un Devil's Child de feu déboule, bien que dépouillée, la scène est magnifique, les projections sur les écrans s’allient parfaitement au titres joués, les jeux de lumière sont très réussis, voilà une scène simple et efficace !

Le classique Victim of Changes est magnifié par un Rob en pleine possession de ses moyens et la paire Faulkner, Tipton est impériale, quelle complicité, la marque de fabrique du priest est intacte ! Les titres du dernier opus ainsi que celui de defender of the faith sont à l’honneur avec Halls of Valhalla, March of the Damned, Redeemer of Souls, Love Bites et le rageur jawbreaker ou Richie Faulkner exécute un solo droit sorti des hauts fourneaux de Birmingham !



Turbo lover continue notre voyage dans l’univers de Judas, Beyond the Realms of Death ou Rob Halford nous démontre encore une fois qu’il est le métal god, Glen délivre un solo de toute beauté, la setlist est efficace et le culte Breaking the Law est chanté à gorge déployé par le public du zenith, Hell Bent for Leather avec la moto vient conclure le show avant les rappels !



The Hellion marque le début de l’assaut final, un Electric Eye époustouflant suivi You've Got Another Thing Comin' qui n’a pas pris une ride, le moment que beaucoup de fans guettent comment Rob va passer l’Everest Painkiller, et bien sans soucis Rob dans un grand soir, nous sort le grand jeu et que ses capacités vocales sont bien présente, Living After Midnight vient clôturer ce sublime concert !



Le show du zenith a balayé les doutes des personnes sceptiques sur la capacité du groupe sur scène, Rob Halford a été époustouflant et a impressionné le public tout au long du spectacle, le métal god a utilisé toute l’étendue de ses capacités vocales et a renvoyé beaucoup de ses confrères à leur chère étude ! Avec en prime un inventaire de sa garde-robe tout au long du spectacle !lol. Ian Hill toujours très discret, il n’a pas du bougé d’un centimètre de sa position et l’impressionnant Scott Travis a la batterie ont assuré une section rythmique de plomb ! , Glen Tipton et Richie Faulkner se complète à merveille, quelle complicité ! Glen à bientôt 67 ans est toujours ce superbe guitariste racé, même si le début du solo de Painkiller a été un peu laborieux ! Je termine par Richie qui est la pièce qui a permis à Judas de redevenir ce groupe incontournable sur disque et sur scène , parfaitement intégré , s’amusant et boostant ses petits camarades , haranguant et communiquant avec le public , bien plus démonstratif que ses compagnons il est devenu le taulier scénique , quel bonheur de voir Rob s’amusé avec lui sur scène et son association avec Glen nous rappel les grands jours du prêtre ou son illustre prédécesseur sur donnait la réplique ! De l’avoir sur vue en live avec le groupe de Lauren Harris, rien ne me laissait entrevoir qu’il remplacerait si aisément le grand KK Downing !

Malgré le poids des années, Judas priest a réussi a surclassé le KISS de la veille (et c’est un fan de Kiss qui vous le dit), dans la simplicité, sans esbroufe, juste de la musique, un chanteur incroyable et au final un show beaucoup plus puissant émotionnellement !

Juste merci!

Nous rentrons heureux, laissons Valérie a la station de son hôtel et terminons par une bonne heure à pied, la faute aux travaux sur la voie du Rer, balade nocturne pas prévu qui va puiser dans mes réserves pour le Hellfest, mais cela sera une autre aventure …

Battle Cry Intro
Dragonaut
Metal Gods
Devil's Child
Victim of Changes
Halls of Valhalla
Love Bites
March of the Damned
Turbo Lover
Redeemer of Souls
Beyond the Realms of Death
Jawbreaker
Breaking the Law
Hell Bent for Leather
Rappel:
The Hellion
Electric Eye
You've Got Another Thing Comin'
Painkiller
Living After Midnight

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarDid'yeahAdministrateurMessages : 8512
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 53
Localisation : kissvillage.
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Mer 1 Juil - 22:02

Super chro Laurent mais un truc sur lequel on ne sera pas d'accord c'est cette phrase

je te cite "Malgré le poids des années, Judas priest a réussi a surclassé le KISS de la veille (et c’est un fan de Kiss qui vous le dit)" Wink

Et bien moi aussi je suis fan de Kiss et j'ai vu kiss au graspop et Judas et bien au graspop que nenni ils n'ont pas surclassé Kiss et je ne suis pas le seul à le dire....ne serait ce que David  (kiss62) je pense dira comme moi ...Au graspop les rois du festival et bien c'est kiss qui a écrasé toutes les autres prestations même la presse  Belge le dit ...Wink

mais le show de judas était top aussi au Graspop cheers cheers

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Mer 8 Juil - 21:33

Judas Priest (+ Five Finger Death Punch) au Zénith de Paris (17.06.2015) par la grosse radio

Le talent forgé dans l'acier
 
Un an après la sortie de Redeemer of Souls, Judas Priest revient à Paris pour faire vrombir les guitares et montrer qu'ils sont toujours maîtres dans l'art du heavy. Malgré certaines inquiétudes, les doutes ont été balayés et l'acier trempé a tranché de nombreuses nuques ce soir. Pour ouvrir le bal était convié un groupe de metal moderne américain, Five Finger Death Punch. Malgré le décalage avec la tête d'affiche, ils ont su trouver leur public.



Five Finger Death Punch

Cinq Américains arrivent sur scène sur les coups de 20h et c'est parti pour trois quarts d'heure de metal moderne, bien influencé par les grosses pointures américaines des années 90, sans pour autant faire du neo. Five Finger Death Punch ne cache pas ses influences, mais opère sa propre tambouille qui semble bien fonctionner, si bien que la setlist avance de façon évidente et sans disparité, alors que tous les albums sont représentés.



Cette tambouille fonctionne bien auprès du public. En effet, si les fans sont évidemment présents en grande majorité pour Judas Priest, les acclamations sont nourries et les refrains sont scandées par une large partie des fans. Il faut dire que la communication est constante entre le groupe et l'audience.
Que ce soit le bassiste Chris Kael qui court partout et qui ne lâche pas le public du regard, le guitariste Zoltan Bathory qui s'amuse à jeter les médiators que son roadie s'évertue à replacer ou encore le frontman Ivan Moody qui n'arrête pas d'harranguer la foule et qui fait même monter deux fans sur scène pendant "Burn MF", la communion est totale.
Avec un concert bien ficelé et une interprétation au poil, Five Finger Death Punch a su s'imposer malgré le fossé stylistique qui le sépare du Priest. Mais les ponts existent, la preuve avec la présence de Rob Halford, qui a assisté à la totalité du concert depuis le côté de la scène.



Setlist :

Under and Over It
Hard to See
Lift Me Up
Bad Company [reprise de Bad Company]
Burn MF
Coming Down
Never Enough
The Bleeding


Judas Priest
 
Il est maintenant temps de passer au plat de résistance avec le concert que Judas Priest se prépare à donner. Le groupe se plait à faire des feintes. Tout d'abord, alors que la bande de l'intro "Battle Cry" tourne, le groupe arrive sur "Dragonaut", avec un Rob Halford qui semble en difficulté, appuyé sur une cane. Les craintes se font ressentir chez les fans concernant l'état de santé du Metal God.



Cependant, le chanteur emblématique lâche sa cane dès "Metal Gods" et montre des capacités vocales bien intactes sur "Devil's Child". Capacités qui seront bien exposées sur la classique "Victim of Changes" ou la récente "Halls of Valhalla", sur laquelle le frontman se fend d'un grow digne d'un chanteur de death metal avant de partir au sommet de sa tessiture avec des aigus qui briseraient le cristal. Si des imperfections sont toujours présentes sur "Painkiller" et que la reverb était bien utilisée, force est de constater que Rob Halford est toujours capable de faire des merveilles au chant.



Le reste de l'orchestre n'est pas en reste non plus. Le duo rythmique de Scott Travis et Ian Hill est bien en place, l'un faisant tourner ses baguettes sans perdre le rythme et l'autre se montrant bien plus  énergique qu'à l’accoutumée. Mais Judas Priest ne serait pas Judas Priest sans son duo de guitare. Glen Tipton est toujours aussi impérial dans ses interventions, notamment sur l'épique "Beyond the Realms of Death", alors que son nouveau comparse Richie Faulkner se fendra d'un long solo pendant "You've Got Another Thing Comin'", toujours de qualité.



Côté show, le groupe garde ses bonnes habitudes, avec la moto d'Halford sur "Hell Bent for Leather" et sa manie de changer de veste à chaque chanson. On aura donc droit à plusieurs imperméables plus ou moins scintillants ainsi que diverses vestes à patches, l'une arborant un dossard avec le drapeau français et une autre sur laquelle on distingue des patches Mayhem, Immortal ou encore Manowar. Le groupe dispose aussi d'un grand écran derrière lui qui met en scène des animations diverses, telles que des pochettes d'album correspondant aux chansons jouées. On remarque que la scène est bien plus dépouillée qu'en 2009.



La communication n'est pas le fort du groupe, qui privilégie l'efficacité, hormis le classique dialogue entre Rob et le public avant "You've Got Another Thing Comin'". Sinon, les titres s'enchainent de manière fluide, qu'ils soient récents comme ceux issus de Redeemer of Souls, indispensables comme "Breaking the Law", rares comme "Jawbreaker" ou encore inattendus comme "Turbo Lover", issu de l'album controversé du même nom. Une setlist efficace et variée, qui montre plusieurs facettes du groupe, de la plus brutale ("Painkiller") à la plus enjouée ("Living After Midnight").

En 1h40, Judas Priest a balayé d'un revers de main les doutes des sceptiques sur leurs performances scéniques. En place et en voix, Halford a impressionné bon nombre de metalleux et les musiciens ont montré que le groupe anglais reste un incontournable du heavy metal, malgré le poids des années.





Setlist :

Black Sabbath - War Pigs [sur bande]
Battle Cry Intro [sur bande]

Dragonaut
Metal Gods
Devil's Child
Victim of Changes
Halls of Valhalla
Love Bites
March of the Damned
Turbo Lover
Redeemer of Souls
Beyond the Realms of Death
Jawbreaker
Breaking the Law
Hell Bent for Leather

Rappel :

The Hellion [sur bande]

Electric Eye
You've Got Another Thing Comin'
Painkiller
Living After Midnight

Beginning of the End [sur bande]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Mer 8 Juil - 21:47

Judas Priest au Hellfest 2015 par la grosse radio

Vendredi, 23:10 – Mainstage 1


The Priest is back !!! et bien back…



Un grand rideau noir est accroché sur la scène pendant que le public chante à l’unisson « War Pigs » de Black Sabbath qui est diffusé sur les enceintes, suivi de l’intro de « Battle Cry ».

Le rideau tombe et comme au Zenith de Paris deux jours plus tôt les Anglais sont sur scène et commencent par « Dragonaut » avec un petit feu d’artifice.



Mais que ce passe-t-il ? Rob Halford arrive sur scène en boitant accoudé à une béquille. Est-ce la tournée de trop ? Que nenni ! Si le chanteur parait handicapé physiquement, rapidement on se rend compte que sa voix est ressuscitée avant qu’il ne lâche sa béquille sur « Metal Gods » pendant qu’une armée de robots façon Star Wars défile au rythme de l’hymne sur les écrans géants.
Comme nous le dit Rob Halford à la fin du titre « The Priest is back, Let’s go ». C’est vrai qu’ils sont de retour et sacrément en forme comme jamais. Ils nous avaient dit prendre leur retraite à la fin de leur Epitaph Tour en 2011 et puis les voilà revigorés en 2015.



D’emblé on est impressionné par la voix du metal god, cela faisait très longtemps que l’on ne l’avait pas senti aussi en forme.
Entre chaque titre on voit apparaître la pochette de l’album dont est tiré le morceau. Ce qui permet à Rob de nous le présenter dans son contexte avant de s’éclipser backstage pour changer de tenu sur l’intro du morceau suivant.



Le duo de guitares est toujours aussi magique, unique. Désormais Richie Faulkner a véritablement pris ses marques en remplacement de K.K Downing tel un « jeune jumeau » avec une Flying V étincelante et magnifiquement customisée sur les premiers titres lançant avec dextérité des grands moments de solos comme sur « Victim of Changes », le sublime « Beyond the Realms of Death » ou encore « You've Got Another Thing Comin' » sur lequel il se lâchera sur la fin sous les yeux plein d’admiration de Rob.



Richie Faulkner a le feu, bouge énormément sur scène tout en exécutant ses solos à la perfection, il sourit, chante, va au devant de la scène, les cameramen se régalent avec lui. En revanche les autres musiciens à l’image de Ian Hill et de Glen Tipton sont beaucoup plus statiques à l’exception du chanteur qui se déplace tranquillement et de Scott Travis qui jongle avec ses baguettes en les faisant parfois tomber.



La scène est sublime faite d’écrans géants qui illustrent en 3D les morceaux joués ce soir. Les titres du dernier album Redeemer Of Souls passent très bien sur scène comme « Dragonaut », « Halls Of Valhalla » et ses images rappelant les vikings où Rob tente un gros growl sur la fin façon black metal, sans oublier le titre éponyme.

La garde robe de Rob (sans jeu de mot) est toujours aussi conséquente, du long manteau clouté à la veste à patchs sur une chemise noire laissant entrapercevoir un torse totalement tatoué sans oublier la moto sur laquelle il arrive tenant son fouet entre les dents sur « Hell Bent for Leather » avant les premiers rappels.



Avant le deuxième rappel, Rob caché derrière les amplis nous demande ce qu’on veut entendre maintenant et c’est sans hésiter que le public réclame un « Painkiller » où le chant aigu du metal god va retourner toute l’assemblée en poussant au maximum son organe. D’ailleurs il souffrira sur le titre suivant avec « Living After Midnight ».



Avec cette prestation Judas Priest a surpassé celle de nombreuses formations ce week-end montrant qu’ils étaient toujours bien là et en plus avec la classe, restant intacts, précis et majestueusement metal. Respect!!!

In the Priest there is The Beast…



Lionel / Born 666



Setlist :
Black Sabbath - War Pigs (sur bande)
Battle Cry Intro (sur bande)

Dragonaut
Metal Gods
Devil's Child
Victim of Changes
Halls of Valhalla
Turbo Lover
Redeemer of Souls
Beyond the Realms of Death
Jawbreaker
Breaking the Law
Hell Bent for Leather

1er Rappel:

The Hellion (sur bande)
Electric Eye
You've Got Another Thing Comin' (avec un long solo de Richie Faulkner)

2ème Rappel:

Painkiller
Living After Midnight

Beginning of the End (sur bande)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarkissloloCo-AdminMessages : 15617
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 50
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   Mar 16 Fév - 18:27

Malgré les années, Rob Halford et Judas Priest ne s'arrêtent pas ! La preuve en est avec l'annonce d'un nouveau live, qui sortira le 25 mars prochain, intitulé Battle Cry.

Prévu en CD, DVD et Bluray, l'enregistrement comprendra l'intégralité du concert donné au Wacken 2015, et fera écho aux prestations qui avaient eu lieu dans l'hexagone, au Zénith de Paris et au Hellfest.

On aura enfin droit à trois titres enregistrés à Gdansk en Pologne.

Voici pour patienter la tracklist des différents supports, et un teaser :

CD :
01. (Intro) Battle Cry
02. Dragonaut
03. Metal Gods
04. Devil’s Child
05. Victim Of Changes
06. Halls Of Valhalla
07. Redeemer Of Souls
08. Beyond The Realms Of Death
09. Jawbreaker
10. Breaking The Law
11. Hell Bent For Leather
12. The Hellion
13. Electric Eye
14. You’ve Got Another Thing Coming
15. Painkiller

DVD/Blu-ray :
01. (Intro) Battle Cry
02. Dragonaut
03. Metal Gods
04. Devil’s Child
05. Victim Of Changes
06. Halls Of Valhalla
07. Turbo Lover
08. Redeemer Of Souls
09. Beyond The Realms of Death
10. Jawbreaker
11. Breaking the Law
12. Hell Bent For Leather
13. The Hellion
14. Electric Eye
15. You’ve Got Another Thing Coming
16. Painkiller
17. Living After Midnight

18. BONUS - Screaming For Vengeance (Gdansk, Pologne)
19. BONUS - The Rage (Gdansk, Pologne)
20. BONUS - Desert Plains (Gdansk, Pologne)




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: JUDAS PRIEST   

Revenir en haut Aller en bas
 
JUDAS PRIEST
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» 2011 - Judas Priest - Epitaph World Tour
» JUDAS PRIEST , tournée d'adieu.
» Le premier contrat signé de Judas Priest... Une relique!!!
» Judas Priest : pas de séparation en vue
» Judas Priest Fan-Pack

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kiss France forum :: Rock et musiques :: De H à K-
Sauter vers: