AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Eric Singer (Kiss) : le fan sous le maquillage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarkissloloCo-AdminMessages : 16067
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 51
Localisation : la tour du pin
MessageSujet: Eric Singer (Kiss) : le fan sous le maquillage   Jeu 4 Juin - 18:29

Eric Singer (Kiss) : le fan sous le maquillage ,interview Radio métal



Kiss, le groupe auto-proclamé le plus grand au monde, fête depuis l’année dernière les quarante ans de son tout premier opus sorti en 1974. Et comme avec Kiss les fêtes peuvent durer longtemps, très longtemps, la tournée se poursuit cette année avec notamment un passage au Zénith de Paris le 16 juin prochain. A l’occasion de cette venue dans l’Hexagone, nous avons eu l’occasion de parler au batteur Eric Singer, le membre qui a roulé le plus longtemps sa bosse au sein de Kiss, comme il le précise lui-même, en dehors des irremplaçables Gene Simmons et Paul Stanley, mais qui avant tout est aussi un fan qui ne cache jamais son enthousiasme d’avoir la chance de jouer pour « les meilleurs fans au monde » avec un groupe dont il a acheté le premier album au moment de sa sortie et qu’il allait voir en concert lorsqu’il avait tout juste seize ans.

Le respect envers le groupe, les fans mais aussi les membres passés est partout dans l’entretien qui suit. Ce qui ne l’empêche pas de parler franchement lorsqu’il s’agit d’évoquer l’ombre du line-up original qu’on a (trop souvent) tendance à faire planer au-dessus du groupe ou les polémiques sur des histoires de maquillage. Eric Singer est sincère, expansif et sait trouver les arguments. En tout cas le batteur semble motivé par une vraie passion pour le groupe, même s’il n’occulte pas la réalité du business, et ne serait pas contre donner un successeur à l’album Monster sorti en 2012, n’en déplaise à Paul Stanley…



Radio Metal : L’incarnation actuelle de Kiss a sorti deux albums ces dernières années qui coïncident avec une bonne stabilité au sein du groupe après une longue période d’instabilité. Avec le recul, que penses-tu de ces albums, Sonic Boom et Monster, et les expériences qu’ils ont représenté ?

Eric Singer (batterie) : J’ai vraiment apprécié de faire ces albums. Je dois dire que faire Sonic Boom et Monster était très, très… Je ne dirais pas facile parce que faire un album ça implique de travailler dur, mais ce que je veux dire c’est que c’était une expérience agréable parce qu’on s’est amusé à aller au studio chaque jour pour travailler ensemble. J’ai aimé faire ça ! Tu sais, faire de la musique doit être amusant, voilà où je veux en venir. Même si ça peut être du gros travail, et ça l’est parfois, tu dois faire en sorte que ça ne donne pas l’impression de l’être. Ne fais pas en sorte que ça paraisse être un travail, tu dois le faire et l’apprécier ! Le fait que tu puisses être créatif et faire de la musique, et être payé pour ça et en vivre, c’est fantastique ! Rien ne vaut ça ! Lorsque tu es jeune, c’est ce à quoi tout le monde aspire. Lorsque tu es musicien, évidemment, c’est ce que tu veux être, tu veux pouvoir faire des albums et tourner à travers le monde ! C’est la raison pour laquelle on s’engage dans ce business ! Pour faire de la musique et pouvoir jouer cette musique à des gens !

D’ailleurs, le line-up actuel avec toi et Tommy Thayer est devenu celui qui a tenu le plus longtemps dans l’histoire de Kiss…

Plus de douze ans désormais !

Exactement ! Penses-tu que ce line-up a quelque chose de spécial ?

Je pense… Bon, écoute, je ne vais pas faire de commentaire sur les autres personnes qui ont été dans le groupe auparavant parce que ce n’est pas à moi de le faire. A mon avis, tous ceux qui ont jamais été dans Kiss ont contribué à Kiss parce qu’ils ont aidé soit à être créatifs, soit à permettre au groupe de continuer ou à survivre. Quelle que soit la façon dont on voit ça, tout ceux qui ont été dans Kiss ont été importants pour Kiss. Et je pense qu’il n’est pas juste de négliger quiconque a jamais été dans le groupe parce que tout le monde a contribué en son temps au groupe. C’est pourquoi je ne fais pas de comparaison entre les batteurs ou les guitaristes. Pour moi, tout le monde a apporté quelque chose à la fête. Tout le monde a eu un genre de talent spécial ou unique. Les fans décident ce qu’ils aiment, évidemment, mais je pense qu’il n’est pas juste d’amoindrir ou essayer de rabaisser certains musiciens, quels qu’ils soient, qui ont joué dans Kiss parce qu’ils y ont tous contribué. Je trouve que ça, c’est important qu’on s’en souvienne. Mais la raison pour laquelle cette incarnation ou cette version de Kiss a du succès, je pense que c’est parce que tout le monde est mature, tout le monde est plus vieux, peut-être, avec un peu de chance, plus sage et nous sommes conscients à quel point c’est spécial d’être dans un groupe comme celui-ci et nous nous traitons avec respect et nous sommes sérieux par rapport à ça. Nous sommes tous heureux d’être là, nous apprécions tous ce que nous faisons et nous nous entendons tous bien ! Ce qui ne veut pas dire que les autres gars dans des versions antérieures de Kiss ne s’entendaient pas parce qu’en l’occurrence ils s’entendaient aussi à différents stades… Ce n’est pas facile de rester unis au sein d’un groupe pendant autant de temps. C’est juste pas facile. Vois ça comme ceci : lorsque deux personnes sont mariées l’une à l’autre, c’est très difficile pour elles de rester ensemble longtemps, et lorsque tu es dans un groupe avec quatre ou cinq personnes, c’est parfois comme être marié les uns aux autres et c’est beaucoup de travail. Et je pense qu’en vieillissant, tu apprends peut-être à être patient avec les autres. Donc, avec un peu de chance, l’expérience t’apprend comment être meilleur dans tes relations, et être dans un groupe, c’est une relation. Donc peut-être que ça s’explique surtout par le fait que les gens sont juste un peu plus âgés et sages.

Il y a toujours des spéculations de la part des fans et de la presse sur le retour du line-up original de Kiss avec Peter Criss et Ace Frehley. Est-ce quelque chose qui te dérange lorsque les gens projettent ainsi l’ombre de quelqu’un d’autre au-dessus de toi ?

Non parce que ça n’arrivera pas ! Ça ne me dérange pas parce que ça n’arrivera pas…

Comment peux-tu en être si sûr ? Car tu avais déjà joué dans Kiss de 1991 à 1996 avant que le line-up original ne se remette ensemble…

Je vais juste dire ceci : comme avec tout dans la vie, et pas seulement dans Kiss, tu ne peux jamais dire jamais. Tu ne sais jamais ce qu’il va se passer. Je ne suis pas un voyant, je ne prédis pas l’avenir. Mais je peux te dire qu’aujourd’hui, à ce stade où en est le groupe, ça n’arrivera pas. Vois ça comme ça : si les quatre gars d’origine n’ont pas joué à l’intronisation du Hall Of Fame, pourquoi crois-tu qu’ils se remettraient ensemble aujourd’hui pour jouer ?



Tu as raison, et Gene Simmons a d’ailleurs beaucoup communiqué pour dire qu’il ne voulait pas jouer au Rock N’ Roll Hall Of Fame avec le line-up d’origine. Penses-tu que ça montre à quel point il aime le Kiss actuel ?

Eh bien, je n’y pense pas vraiment en ces termes, qu’il aime plus l’un que l’autre… Soyons très clairs : on ne peut pas nier… Kiss n’existerait pas sans la formation des quatre gars d’origine. C’est ce qui a créé Kiss. C’est ce qui a créé le monde de Kiss, le son de Kiss, la direction de Kiss… Ça a été créé par les quatre gars d’origine ! Le phénomène est apparu dans les années 1970 ! Juste pour être clair : je suis allé et venu dans le groupe depuis plus de vingt ans, n’est-ce pas ? J’ai été dans le groupe plus longtemps que quiconque, excepté Gene et Paul. Si tu comptes toutes mes années passées dans Kiss, c’est plus que n’importe quel autre membre, à part Gene et Paul. Mais, ceci étant dit, si tu me demandes quelle est ma période préférée de Kiss, je te répondrais que c’est le Kiss d’origine, en 1974-1975 ! C’est ça ma version préférée de Kiss ! Et je suis dans le groupe ! Mais j’adore aussi la version originale parce que j’ai grandi avec cette musique et ça m’a influencé à cette époque lorsque j’étais un jeune adolescent, j’avais seize ans. Donc bien sûr que ça a eu un fort impact sur moi. Du coup, je comprends les gens qui se sentent émotionnellement connectés, par exemple, au groupe original. Mais il y a aussi des gens pour qui leur version préférée de Kiss, c’est Lick It Up avec Vinnie Vincent et Eric Carr ou bien ils adorent Revenge avec Bruce Kulick et moi-même. Tout le monde a sa propre préférence dans les versions de Kiss, suivant leur âge ou quand ils ont découvert le groupe. Donc, pour ma part, j’adorais les trois premiers albums, surtout Dressed To Kill et Hotter Than Hell. Ceux-ci sont mes albums préférés de Kiss. Je comprends donc les gens qui ressentent une connexion avec le groupe original ou n’importe quelle période de Kiss, et c’est pourquoi j’ai dit plus tôt que je respectais tous les membres de Kiss, toutes les époques et toutes les versions de Kiss, tout est bon ! Tu sais quoi ? Tout le monde a aidé Kiss à avancer ! Tout le monde y a contribué, et certains d’entre eux l’ont en plus créé. Il faut toujours accorder du crédit à Gene, Paul, Peter et Ace, ils ont créé tout ça depuis le départ ! Et je n’ai rien d’autre que le plus grand respect pour ces gars pour ce qu’ils ont créé parce que je suis moi-même un fan ! Je n’ai jamais arrêté d’être un fan de la musique sur laquelle j’ai grandi. J’aime toujours ça de la même façon que je l’aimais lorsque j’étais gamin !

On voit souvent des critiques par rapport au fait que toi et Tommy avez repris les personnages de Peter et Ace, avec le même maquillage. Ace nous a même dit lui-même l’année dernière comme ça le dérangeait et que ç’aurait été une meilleure décision pour le groupe que de trouver des maquillages différents, comme ils l’ont fait avec Eric Carr et Vinnie Vincent… Mais dirais-tu que Kiss n’est pas vraiment Kiss sans les personnages du chat et de l’homme de l’espace ?

Tu veux dire que Kiss a besoin de ces quatre personnages pour être Kiss, peu importe qui est sous le maquillage ? Eh bien, qui est sous le maquillage n’est pas si important que ça à mes yeux. C’est mon point de vue, bien sûr. Il y a des fans qui pensent que c’est une erreur complète et que c’est un blasphème, mais tu sais, ils ont le droit d’avoir leurs opinions. Je dirais juste ceci : Ace et Peter ont tous les deux joué dans Kiss avec quelqu’un d’autre qui portait le maquillage et qui n’était pas un membre d’origine. Et ça ne leur posait aucun problème, sais-tu pourquoi ? Ils étaient payés et ils se faisaient de l’argent avec Kiss, et c’est pour ça qu’ils le faisaient ! Mais aujourd’hui, puisqu’ils ne sont plus dans Kiss et qu’ils ne font plus d’argent avec Kiss, maintenant ça leur pose problème. Voilà ce qu’il faut retenir ! Parce que Ace a joué avec moi et ça ne lui posait aucun souci que je joue avec le maquillage, et Peter Criss a joué avec Tommy Thayer dans Kiss avec Tommy qui portait le maquillage et ça ne lui posait aucun souci non plus. Maintenant il dit que ça lui pose problème alors que ça ne lui posait pas problème lorsqu’il était dans le groupe en 2003, n’est-ce pas ?

Es-tu en train de dire qu’ils sont hypocrites sur le sujet ?

Absolument ! A cent pour cent ! Parce que, comme je l’ai dit, c’est une question d’argent. Maintenant ils prétendent que c’est une question de respect et tout mais non, pour eux, c’est une question d’argent car pour faire court, s’ils ne sont pas dans Kiss, ils ne font plus aujourd’hui l’argent qu’ils se faisaient lorsqu’ils étaient dans Kiss.

Kiss est actuellement en train de faire sa tournée anniversaire des quarante ans. Comme tu l’as dit, tu avais seize ans lorsque le premier album de Kiss est sorti en 74. Quels souvenirs as-tu du groupe à cette époque ?

Comme je te l’ai dit plus tôt, je suis un fan de Kiss ! Mon époque préférée de Kiss, c’est le Kiss d’origine parce que c’est avec cette époque que j’ai grandi. J’ai acheté le premier album lorsqu’il était sorti, je les ai vu sur leur première tournée lorsqu’ils ouvraient pour les New York Dolls, donc pour ma part, j’ai été très, très influencé et impacté par ce qu’a fait Kiss. Lorsque j’ai vu et entendu Kiss, j’ai en fait cru que c’était un groupe anglais ! Parce que les groupes américains n’avaient pas cette allure ou ne sonnaient pas comme ça. Ils avaient clairement l’air d’être un groupe anglais et agissaient comme tel. J’étais donc un peu surpris en me rendant compte qu’ils étaient de New York mais d’une certaine manière, ça me rendait heureux et fier qu’en Amérique nous avions un groupe qui allait devenir spécial, unique et cool, qui avait cette super image qu’ont les groupes anglais. Parce que la majeure partie de la musique sur laquelle j’ai grandi et qui m’a influencé était absolument de la musique anglaise. Pour moi, Kiss a changé la donne. Ils ont donné conscience aux gens de l’importance de la présentation du show, du visuel, de la production, du merchandising et toutes ces choses. Ils ont vraiment changé l’approche, tout du moins en Amérique. Ça ne fait aucun doute que Kiss a eu une influence majeure pour beaucoup d’artistes. Si tu vois quelqu’un qui utilise de la pyrotechnie, de grosses scènes et productions, ça, à mon avis, c’est une influence directe de Kiss.



Kiss est effectivement connu pour ses énormes concerts spectaculaires. Qu’as-tu pensé la première fois que tu es monté sur scène avec eux ?

La première fois que j’ai joué avec Kiss c’était en 1992, donc nous ne tournions que dans des clubs au début, avant que l’album Revenge ne sorte. La première chose qui m’a marqué… Tu sais, il faut avoir en tête que j’ai joué avec le groupe solo de Paul Stanley en 1989, donc ça, ça a été mon introduction au monde de Kiss ou aux fans de Kiss , si tu veux. Et je me suis tout de suite rendu compte : « Wow, il y a des fans qui sont vraiment fous et tellement dévoués. Ce sont juste des supers fans ! » J’étais donc un peu préparé à ça. A moins de faire l’expérience de ce que sont les fans de Kiss dans la Kiss Army, on ne peut pas se rendre compte, et ça, c’est pour moi le truc le plus énorme au sujet de Kiss : la loyauté, la dévotion et la folie de nos fans. Il n’y a pas de meilleurs fans au monde ! Certains d’entre eux donneront leur opinion s’ils sont contents de ce que fait le groupe ou pas, tout le monde a des opinions différentes, suivant l’âge ou l’époque qu’ils préfèrent de Kiss, mais peu importe l’opinion, bonne ou mauvaise, on ne peut nier qu’ils ont une forte connexion émotionnelle et une forte dévotion par rapport à ce qu’ils ressentent.

Etant un batteur sur cette immense plateforme, est-ce que la distance avec le public n’est pas parfois un peu frustrante ? Est-ce que malgré tout tu reçois quand même l’énergie du public d’où tu te tiens ?

J’ai été batteur durant toute ma vie, donc le batteur a toujours été plus dans le fond par rapport au reste du groupe. Ce n’est donc rien de nouveau pour moi. C’est quelque chose à laquelle je me suis habitué durant toute ma vie. La seule chose qui rend parfois la chose difficile, c’est la connexion avec le groupe sur scène. Parfois, si je suis trop élevé ou trop en retrait, je peux me sentir déconnecté musicalement des autres gars. Ce n’est pas ma situation préférée pour jouer. Evidemment, je préfère être plus près, être à une hauteur normale de la scène, je préfère ça. Si tu regardes le vieux Led Zeppelin, John Bonham avait pour habitude d’installer sa batterie sur la scène, il n’avait jamais de rehausseur de batterie, il s’installait à même le sol, ce que j’ai toujours trouvé très cool. Je ne sais pas s’il faisait ça parce qu’il voulait ressentir les amplificateurs et la musique plus près de lui, je n’ai jamais eu la réponse à ça, mais j’ai toujours trouvé que ça avait fière allure et j’ai toujours apprécié ça. Mais Led Zeppelin ne faisait pas de grosses productions, tu sais, comme des spectacles. Led Zeppelin était un groupe de hard blues rock qui faisait beaucoup de jams. Ils étaient plus portés là-dessus. Mais l’énergie du public, ça n’a pas d’importance où je suis. Je pourrais être trente centimètres au-dessus du sol ou quinze mètres au-dessus, la connexion entre le groupe et le public sera toujours là, surtout avec Kiss parce que, comme je l’ai dit, nous avons les meilleurs fans au monde !

Ça fait maintenant trois ans que Monster est sorti. Paul Stanley a récemment dit que le groupe « peut aller de l’avant sans nouvelle musique » et que ce n’est pas « absolument nécessaire de faire un nouvel album. » Es-tu d’accord avec ça ?

Je pense que beaucoup de groupes ne font pas constamment de nouvelle musique. Voilà la différence par rapport au fait de faire des albums : au début du rock n’ roll, tu tournais surtout pour soutenir un album parce que tu essayais de le faire passer à la radio ou de pousser les gens à l’acheter dans les magasins de disques. Aujourd’hui, tu fais juste des albums pour avoir une raison de tourner parce que les gens n’achètent pas les albums et ils ne les passent pas à la radio, tout du moins pas pour le hard rock. Parfois l’album n’est là que pour donner une raison de tourner, de manière à avoir quelque chose pour en parler et te permettre d’y aller et jouer pour faire de l’argent parce que c’est ainsi que les groupes vivent. Les groupent vivent soit en enregistrant de la musique, soit en jouant en concert. C’est comme ça que tu fais ton gagne-pain : tu dois tourner et jouer pour faire de l’argent, pour payer tes factures, pour survivre. Si tu ne fais rien de tout ça, alors tu n’as aucun revenu et devine quoi ? Le groupe disparaît parce qu’il ne peut pas survivre. C’est pourquoi, tu vois, c’est difficile pour beaucoup de groupes de rester longtemps dans ce business. Pour avoir de la longévité, une longue vie en tant que groupe, c’est très difficile parce que, que les gens le veuillent ou non, c’est un business et ça s’appelle le business de la musique, et tu dois trouver les moyens de survivre dans ce business. Je ne dis pas que tu fais des albums uniquement pour une question de business. Non, tu fais des albums parce que tu aimes faire de la musique, écrire des chansons, aller au studio… Pour ma part, j’adore aller au studio, j’adore tout le processus d’enregistrement, aller au studio tous les jours, traîner, s’amuser, être créatif, créer des riffs, de nouvelles chansons et ensuite les graver sur bande à jamais – ou sur un disque dur, peu importe comment on appelle ça parce que beaucoup de gens n’utilisent plus de bandes. J’aime tout le processus ! Pour moi, c’est créatif, c’est fun, c’est un environnement différent de lorsqu’on est en tournée, à voyager d’une ville à l’autre et tout ça. Tu n’as pas le public autour de toi et l’échange d’énergie entre le public et le groupe, mais au moins tu as… Tu sais, c’est un type d’énergie différente, c’est une relation différente. J’apprécie tout le processus créatif et j’espère que nous aurons l’occasion de faire un autre album parce que j’aime vraiment ça !

Interview réalisée par téléphone le 21 mai 2015 par Nicolas Gricourt.
Retranscription et traduction : Nicolas Gricourt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatarDOMMCarnival of soulsMessages : 9462
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
MessageSujet: Re: Eric Singer (Kiss) : le fan sous le maquillage   Jeu 4 Juin - 20:38

j'aime bien sa façon de raisonner .... et il a raison sur un point , entre nous et KISS toutes époques confondues , c'est fusionnel pour le meilleur ou le pire ....


Dernière édition par DOMM le Ven 5 Juin - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarSonicboomRevengeMessages : 7931
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 54
Localisation : 94
MessageSujet: Re: Eric Singer (Kiss) : le fan sous le maquillage   Jeu 4 Juin - 22:35

Je suis d'accord avec toi Domm Wink je le pense très sincère, à la fois mesuré dans la forme et sans langue de bois sur le fond.

Merci Lolo pour cette ITW
Revenir en haut Aller en bas
avatargod of thunderRevengeMessages : 7566
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 51
Localisation : montceau les mines(saone et loire)
MessageSujet: Re: Eric Singer (Kiss) : le fan sous le maquillage   Ven 5 Juin - 15:01

Revenir en haut Aller en bas
avatarfranzDressed to killMessages : 239
Date d'inscription : 21/04/2010
Age : 53
Localisation : Toulon
MessageSujet: Re: Eric Singer (Kiss) : le fan sous le maquillage   Jeu 25 Juin - 11:45

Merci pour cette interview. Eric se montre très honnête et aborde tous les sujets sans se défiler. Grand respect à lui et on ne peut qu'être d'accord avec lui sur le fait que toutes les formations ont apporté quelque chose de positif dans l'édifice KISS. Et puisse-t-il convaincre Paul et Gene de faire un nouvel album !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Eric Singer (Kiss) : le fan sous le maquillage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eric Singer (Kiss) : le fan sous le maquillage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kiss, LE topic
» Né Sous X
» Quel réso pas cher pour jouer du Eric Sardinas "éléctri
» Eric Clapton "Ruby" sur mon Dobro FR 50 Fender
» Championnats internationaux de course de sous-marins 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kiss France forum :: L'histoire"KISS" :: Kiss aujourd'hui-
Sauter vers: