AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DEEP PURPLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
PhilModérateurMessages : 6614
Date d'inscription : 21/04/2010
MessageSujet: Re: DEEP PURPLE   Dim 26 Mar - 11:07

Commandé la box..


Revenir en haut Aller en bas
avatarPhilModérateurMessages : 6614
Date d'inscription : 21/04/2010
Age : 55
MessageSujet: Re: DEEP PURPLE   Sam 1 Avr - 19:09

Interview de Ian et Roger dans Guitar Part 277 :











Merci à Iron 31 du BSF !!!!!!!!!!!! cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
avatarPhilModérateurMessages : 6614
Date d'inscription : 21/04/2010
Age : 55
MessageSujet: Re: DEEP PURPLE   Mar 11 Avr - 10:36

Comme l'a écrit Jb42, cette dédicace avec le groupe fut vraiment très sympa même si l'organisation a quand même laissé à désirer. Ceci dit, toute la journée fut très sympa et très conviviale et ce, grâce aux potes qui se trouvaient là depuis 8h30 en l'occurrence Purplexed, Jb42, Jean-Paul, Philippe et Christian51, Mimi et sa superbe Gibson puis plus tard Ponpon, Patrick et Michel.




Jean-Paul, Jb42, Philippe, Purplexed, Christian51
































Patrick, moi, Michel et Ponpon.


Avec en plus Jb42 à gauche.












Revenir en haut Aller en bas
avatarPhilModérateurMessages : 6614
Date d'inscription : 21/04/2010
Age : 55
MessageSujet: Re: DEEP PURPLE   Mer 12 Avr - 22:12



DEEP PURPLE : Infinite

Un nouveau Deep Purple, c'est un peu comme une crème anglaise, on n'a pas envie qu'elle tourne même si pour certains albums, elle a tourné plus vite que prévu. Nous ne les citerons pas car ils sont connus. Ce 20ème album (eh oui déjà, comme le temps passe) intitulé Infinite nous propose seulement 9 nouveaux titres puisque le 10ème n'est autre qu'une reprise très personnelle mais fort bien exécutée des Doors à savoir Roadhouse Blues.

Autant vous l'avouer, cet album se veut être d'une complexité rare à chroniquer tant je le trouve riche et accompli même si, reconnaissons-le, il ne sera jamais doté de la même réputation qu'un In Rock, Machine Head ou bien Made In Japan voire d'un Burn...

L'opener Time For Bedlam présenté comme single, débute donc sur une introduction parlée au vocoder (un dispositif électronique de traitement du signal sonore). Morceau lancé telle une charge de la Brigade légère sur un rythmique de plomb assurée par les indéboulonnables Roger Glover (quelle ligne de basse !!!!!!!) et Ian Paice (son jeu de batterie est d'une subtilité rare), chapeauté par des nappes d'orgue presque hystériques de Don Airey et un chant très posé et lancinant de Ian Gillan. Morse lui, est discret dans ses interventions et on ne s'en plaindra pas. Ce dernier module sa voix avec justesse et l'on a l'impression que les morceaux de cet opus ont été composés en fonction de notre ami tant aujourd'hui nous connaissons ses limites. Le morceau s'achève sur une fraction parlée très solennelle, en mode messe que l'on entend le dimanche matin au Jour du Seigneur.

Hip Boots, interprété live à de rares occasions en 2015 sous le titre initial de Got My Hip Boots On, n'a pas de charme spécial si ce n'est qu'il a le mérite (l'inconvénient ?) d'être dans le tracklisting placé entre les deux singles déclarés, le second étant All I Got Is You et que l'on a l'impression qu'il sort tout droit d'une jam bluesy pondue à 4h du matin....Un titre bien sympa mais bon qui ne restera pas dans les annales purpleiennes. Mais bon, on s'en doutait un peu. Don Airey nous place, cependant, un solo d'excellente facture.
Parlons-en donc de ce 2ème single et de son intro aérienne orgue-guitare au tempo tout particulièrement débridé. Un morceau certes assez convenu mais qui a le mérite de nous accrocher l'oreille : c'est un peu le but d'un single, non ? Ceci dit, je pense que le morceau suivant One Night In Vegas aurait pu très bien voire mieux assurer cette fonction et ce, grâce à son rythme très catchy, pour faire court une puissance de feu que l'on pouvait percevoir et déceler dans certains titres du répertoire passé et glorieux du groupe. Airey nous gratifie d'ailleurs d'un solo lumineux et frétillant. Mon morceau préféré de l'album, assurément...Et puis, ça fait référence au bassiste de Foghat, groupe britannique des 70's (vous savez ceux qui ont publié un album live légendaire en 77) à qui sa compagne lui avait fait une surprise de taille : en effet, après une cuite mémorable, il s'était retrouvé avec la bague au doigt. D'ailleurs aux dernières nouvelles selon Roger Glover, le couple serait toujours uni comme jamais.

On retombe dans le dispensable avec Get Me Outta There avec ceci dit une bonne intro presque pachydermique à la Into The Fire de la part de Paice. S'ensuit un tempo particulièrement enlevé limite syncopé donc complexe. Un titre dans lequel je ne parviens pas à rentrer et ce, malgré le solo affûté de Morse en fin de parcours.

Je n'ai pas apprécié The Surprising dans l'immédiat. Partant d'une intro inquiétante limite fantomatique rappelant sans nul doute l'ambiance de Vincent Price extrait de Now What ?!, la guitare de Morse et la voix douce de Gillan oscillant vers quelque chose qui ne serait pas sans rappeler de vieilles complaintes puis soudain, roulement de batterie et clavier projettent le morceau vers des contrées progressives que le groupe affectionne tout particulièrement depuis déjà quelques années.

Johnny's Band, morceau assez convenu dans sa structure, qui ne brille pas par son inspiration, admettons-le, fait bien plus office de filler juste avant un On Top Of The World qui, moi me plait tout particulièrement alliant ainsi puissance et subtilité. Il y a très peu de groupes qui savent le faire.

Birds Of Prey nous dépeint dans sa composition, et ce, après tant d'années d'activité, un groupe ambitieux qui semble encore avoir des choses à dire, bref soucieux de surprendre encore ses fans, ce qui est, par conséquent tout à fait louable de sa part. Ensuite, la rupture prog orchestrée dans un premier temps par un Gillan presque floydien dans son registre vocal (on va parler de petites pincées) puis dans un second temps par Airey en plein milieu du titre, constitue un véritable caviar pour le long solo méga-dramatique du Morse qui s'en donne à coeur joie. Perso, moi qui ne suis pas un grand fan du blond guitariste, je trouve que là, il impressionne son auditoire. Quant à Paice, celui-ci nous délivre une prestation absolument enthousiasmante.

L'album se conclut sur la reprise très personnelle et donc très fun des Doors, Roadhouse Blues, une reprise honorable qui sans équivaloir l'original, se situe également à des années-lumière de celle qui figure sur le monumental double live Extraterrestrial Live de Blue Öyster Cult avec donc Robbie Krieger en guest. Ils ont voulu se faire plaisir comme écrit plus haut.

Ceux qui tirent leur épingle du jeu sont incontestablement Don Airey qui, de par ses interventions particulièrement à propos, illumine la tonalité de cet album au demeurant très sympathique et Ian Paice qui, quelle que soit la complexité du morceau, nous propose une prestation de haute technicité et de qualité.

Si la carrière du groupe devait s'achever avec cet album, je pense qu'il ne ferait pas honte au long parcours de nos cinq compères. Bien au contraire. Nous verrons ce que l'avenir leur réservera après la tournée The Long Goodbye, tournée qui montrera que nos amis sont encore dotés de capacités infini(t)es...
Revenir en haut Aller en bas
avatarPhilModérateurMessages : 6614
Date d'inscription : 21/04/2010
Age : 55
MessageSujet: Re: DEEP PURPLE   Jeu 13 Avr - 16:04

Revenir en haut Aller en bas
avatarPhilModérateurMessages : 6614
Date d'inscription : 21/04/2010
Age : 55
MessageSujet: Re: DEEP PURPLE   Lun 5 Juin - 22:49

DEEP PURPLE : Paris, AccorHotels Arena, 3/6/17

Il y a parfois des concerts qui se décident à la dernière minute. Eh bien, ce fut le cas pour celui-ci car, je reconnais avoir tardé, bref laissé "philer" les choses surtout que j'étais dans l'idée de m'y rendre quand même. J'y pensais donc mais après coup, l'anniv' arrivant ce moment-là, j'eus malgré tout la bonne surprise de me faire offrir une place par ma famille que je ne remercierai jamais assez pour cette délicate intention.

François27, en provenance de Verneuil sur Avre, passa donc me chercher dans l'après-midi et après un café et une petite visite dans "l'antre", direction l'AccorHotels Arena (un nom décidément auquel je ne m'habituerai jamais).



Après un trajet sans encombres, nous nous retrouvons dans une file d'attente assez longue, attente durant la pluie s'invite. Prévus pour rentrer vers 18:00, nous atteignons ENFIN sous une averse relativement drue l'entrée aux alentours de 18:40 et ce, sous les invectives des "gros bras" de la sécurité. Une organisation vraiment "tip top" mais bon, l'actualité faisant, cela est compréhensible.



Le merchandising est plutôt sympathique et donc outre les traditionnels tee-shirts, on y trouve pour une fois, le tour programme de la tournée Infinite.

Monster Truck, fort de son superbe album Sittin' Heavy, a la lourde charge d'ouvrir les hostilités devant une fosse clairsemée. Délivrant son rock bien burné, le quatuor nous transporte (on parle de "camion") et, ce grâce à des morceaux particulièrement accrocheurs notamment l'opener Old Train suivi d'un dévastateur Don't Tell Me How To Live, dans son univers autoroutier qui, disons-le, ne fait pas dans la plus grande des subtilités. Un excellent groupe à revoir en tête d'affiche. A l'issue du show d'ailleurs, j'entrevois John.























A quelques mois près (soit donc 30 ans en arrière), Deep Purple revenait à Bercy (même si en 1991, le groupe y était revenu dans un surprenant line up) pour ce qui doit être The Long Goodbye Tour, une tournée supposée entériner les adieux du groupe à la scène. Y a marqué "long" par conséquent, on se dit que ça va bien durer 2-3 ans, cette histoire. Bref, on s'en tape, le groupe est là pour nous présenter son superbe dernier album Infinite et c'est donc logiquement après l'intro parlée que nos compères nous proposent un Time For Bedlam d'excellente facture. Bon, ce n'est pas non plus Highway Star dont on regrettera l'absence par la suite mais Time For Bedlam tient sacrément la route en opener. D'entrée de jeu, le son est nickel propre, Gillan est en voix et par conséquent, ce concert s'annonce sous de meilleurs auspices que celui d'il y a 30 ans. C'est une autre époque, de toute évidence.
La scène, quant à elle, est magnifique. Dotée de 3 écrans géants, deux latéraux, et un central, celle-ci, très colorée met en valeur le quintet en action.





































Fireball et Bloodsucker sont expédiés dans des versions bien "couillues". En revanche, Strange Kind Of Woman, un de mes titres favoris du combo, me déçoit, un je ne sais quoi qui manque, une sorte d'enchevêtrement de notes, bien loin de celle impeccable qui figure sur le récent live To The Rising Sun capté au mythique Budokan. Une version bien trop confuse à mon goût. Suivent Johnny's Band, Uncommon Man et The Surprising. Gillan chante admirablement bien sur ces deux titres, y posant parfaitement sa voix même si je trouve la version d'Uncommon Man un peu trop étirée, limite ennuyeuse. Il faut dire que ce titre de Now What ?! ne m'a jamais emballé. Des titres assez syncopés qui font de la fosse un lieu bien calme pour un concert de hard rock mais bon, en ce qui me concerne, je n'ai jamais aimé les pogoteurs et donc, ça m'arrange.

Don Airey, pour sa part, nous gratifie d'un véritable festival "organique". Excellentes interprétations mais c'est peut-être cette partie du concert que j'ai trouvée un peu longue. Après une intro très "Aireyenne", on atterrit sur un Lazy qui booste bien, accompagné par des lights impressionnants à couper le souffle. Ca va, j'avais ma Ventoline.....L'ambition a toujours été de mise chez Purple car intégrer un morceau aussi complexe que Birds Of Prey sur une tournée que l'on qualifiera de "best of" puisque ne l'oublions pas, outre la promotion d'Infinite, il s'agit d'une tournée d'adieu, enfin, c'est ce qu'on nous dit. Par conséquent, il fallait oser. A ce moment-là, on en est au 4ème titre d'Infinite. De cet album, si j'avais dû en choisir un, j'aurais préféré entendre, et de loin One Night In Vegas.





On est toujours là à faire la fine bouche mais ce One Night In Vegas avait beaucoup plus sa place dans la setlist que ce Hell To Pay tellement convenu. Keyboard solo ponctué d'une Marseillaise remodelée suivi d'un magistral et puissant Perfect Strangers et d'un Space Truckin' qui l'est tout autant, les écrans faisant alors apparaître l'espace intersidéral. Tout bonnement magnifique. Ensuite, grosse version de Smoke On The Water où déjà contrairement au début de l'intégration de Morse au sein du groupe, nous n'avons heureusement plus droit aux tentatives d'interprétations écourtées mais laborieuses de classiques non-purpleiens dont entre autres le Whole Lotta Love du Zep de sa part en guise d'intro. Là, c'est direct le célébrissime riff en pleine face plutôt bien joué. Les écrans s'animent et nous montrent des documents d'archives de l'incendie du Casino de Montreux le 4 décembre 1971. Superbe et émouvant à la fois de revoir tout ça. Vraiment donc une très bonne interprétation, une des meilleures de l'ère morsienne qu'il m'ait été donné d'entendre, enfin en ce qui me concerne. Fin de l'acte I.





Le groupe revient très vite pour un deuxième acte sur un Sgt Pepper Lonely Club Hearts Band de rigueur (50 ans, ça se fête, l'album des Fab Four étant sorti un 1er juin (mon anniv' mddrrrr), 1967 pour ceux qui ne s'en souviennent pas, une version particulièrement décoiffante qui débouche sur un Hush à rallonge où Airey et Morse jouent musicalement "au chat et à la souris". Sympa mais quand Morse s'amuse à faire du Malmsteen, ça m'escagasse un peu....Tellement prévisible aussi. Black Night, introduit par le long solo de basse de Glover, conclut ce superbe show de fort belle façon dans une version...........superbe. Merci Messieurs pour cet excellent concert qui, on peut encore l'espérer, ne sera peut-être pas le dernier... On veut y croire...
















Setlist



Time for Bedlam

Fireball

Bloodsucker

Strange Kind of Woman

Johnny's Band

Uncommon Man

The Surprising

Lazy

Birds of Prey

Hell to Pay

Keyboard Solo

Perfect Strangers

Space Truckin'

Smoke on the Water

Encore:
Hush
(Joe South cover) (with 'Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band' intro)

Bass Solo

Black Night
Revenir en haut Aller en bas
avatarPhilModérateurMessages : 6614
Date d'inscription : 21/04/2010
Age : 55
MessageSujet: Re: DEEP PURPLE   Mer 30 Aoû - 17:29

Illustré par le double live intitulé In The Absence Of Pink-Knebworth '85, ce concert constituait la seule halte UK du Perfect Strangers Tour. A l'affiche participaient également les talentueux Mama's Boys, Blackfoot, Meat Loaf, Mountain (qui accompagna le Pourpre sur la tournée Perfect Strangers). Le festival fut malheureusement perturbé par des averses incessantes (certains ici qui s'y trouvaient doivent s'en rappeler) rendant les conditions particulièrement difficiles. Ainsi, le site fut transformé en un gigantesque terrain boueux, Knebworth prenant même le nom de "Mudworth".
S'il existe des concerts de cette tournée bien meilleurs, la performance britannique du Pourpre fut dans l'ensemble très correcte.





Revenir en haut Aller en bas
avatarPhilModérateurMessages : 6614
Date d'inscription : 21/04/2010
Age : 55
MessageSujet: Re: DEEP PURPLE   Jeu 31 Aoû - 10:29

Au cours de l’émission de SiriusXM (mardi 29 août), Ian Gillan de DEEP PURPLE (chant), Ian Paice (batterie) et Roger Glover (basse) ont été invités à souligner s'ils etaient ouverts à jouer avec Blackmore.


"Moi personnellement, non", a déclaré Gillan. "Je m'entends bien avec Ritchie maintenant, mais je ne pense pas que Ritchie joue très bien en ce moment. Et pour cette raison surtout, je ne pense pas que cela marcherait".

Gillan a précisé qu'il ne communiquait avec Blackmore «que via nos bureaux, nos connexions et tout le reste» et a ajouté que «nous nous sommes invités à dîner à plusieurs reprises, mais nous n'avons jamais pu le faire parce que je suis à Londres, il est à Long Island. Il a ensuite réitéré: "Mais, non, je serais contre [une réunion]".

Paice est également résistant à l'idée en expliquant: «J'aime aller sur scène tous les soirs en sachant que je suis [ici] avec mes quatre amis et qu'ils vont tous jouer tous les soirs. Ce n'était pas toujours le cas [alors que Ritchie était dans le groupe], et je ne voudrais pas revenir à cela encore."

Glover, pour sa part, a révélé qu'il n'a pas parlé à Ritchie depuis "vingt ans", mais a insisté pour dire qu'il "serait heureux de lui parler". En attribuant leur manque d'interaction personnelle au fait que Ritchie est «très privé», Glover a ajouté que «je ne pense pas qu'il m'approuve beaucoup à cause des remixes et des remasterisations que j'ai fait des albums plus anciens. C'est ce que j'ai entendu de toute façon. "

Quant à la perspective de PURPLE de jouer avec Blackmore à nouveau, Glover a déclaré: "Vous ne pouvez jamais dire jamais, mais j'en doute beaucoup".

Blackmore a récemment été cité en disant qu'il aimerait jouer un dernier concert avec DEEP PURPLE "pour des raisons de nostalgie". Il a également précédemment suggéré que le manager du groupe l'avait empêché de les rejoindre sur scène lors de la cérémonie du Rock And Roll Hall Of Fame 2016, et il l'a utilisé comme excuse pour ne pas assister à l'événement.

Source : RockMeeting
Revenir en haut Aller en bas
avatarDOMMMtv unpluggedMessages : 8507
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 54
Localisation : digoin
MessageSujet: Re: DEEP PURPLE   Jeu 31 Aoû - 20:24

grosse ressemblance avec le KISS tout cela .....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: DEEP PURPLE   

Revenir en haut Aller en bas
 
DEEP PURPLE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
 Sujets similaires
-
» DEEP PURPLE- CHAMBERY- 7/12/2009
» Deep Purple
» Taratata : Motorhead, Deep Purple, Trust
» Deep Purple Vs. Led Zeppelin
» Deep Purple à Amiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kiss France forum :: Rock et musiques :: De C à D-
Sauter vers: