AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 SAXON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
js64AliveMessages : 521
Date d'inscription : 08/05/2012
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeVen 8 Fév - 1:00

Je crois que le fan package s'impose...
http://www.udr-music.com/index.php/saxon-band
Il y a deux titres en écoute SAXON - Page 3 2392254411 SAXON - Page 3 2392254411 SAXON - Page 3 2392254411

SAXON - Page 3 Udr01510

SACRIFICE
01 Procession
02 Sacrifice
03 Made In Belfast
04 Warriors Of The Road
05 Guardians Of The Tomb
06 Stand Up And Fight
07 Walking The Steel
08 Night Of The Wolf
09 Wheels Of Terror
10 Standing In A Queue

Bonus Disc:
01 Crusader (Orchestrated version)
02 Just Let Me Rock (Re-recorded version)
03 Requiem (Acoustic version)
04 Frozen Rainbow (Acoustic version)
05 Forever Free (Re-recorded version)

LIVE IN HAARLEM
01 Hammer Of The Gods
02 Power And The Glory
03 I’ve Got To Rock (To Stay Alive)
04 Chasing The Bullet
05 Sacrifice
06 747 (Strangers In The Night)
07 Crusader
08 Strong Arm Of The Law
09 Battalions Of Steel
10 The Eagle Has Landed
11 To Hell And Back Again
12 Solid Ball Of Rock
13 Wheels Of Steel
14 Princess Of The Night
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16504
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeVen 8 Fév - 7:42

Merci Serge !cheers

_________________
SAXON - Page 3 Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeVen 8 Fév - 11:48

Merci Serge .... au fait au hellfest ils passent quel jour ....
Revenir en haut Aller en bas
js64js64AliveMessages : 521
Date d'inscription : 08/05/2012
Localisation : Donibane Garazi
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeVen 8 Fév - 12:11

Revenir en haut Aller en bas
js64js64AliveMessages : 521
Date d'inscription : 08/05/2012
Localisation : Donibane Garazi
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeMar 12 Fév - 19:18

Pour cause de problèmes à la fabrique... la sortie de "Sacrifice" est repoussée au 1er mars...
Revenir en haut Aller en bas
Did'yeahDid'yeahAdministrateurMessages : 8758
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 55
Localisation : kissvillage.
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeMar 12 Fév - 19:38

DOMM a écrit:
Merci Serge .... au fait au hellfest ils passent quel jour ....

le même jour que Kiss SAXON - Page 3 772627
toujours pas inscrit sur le forum saxon de serge SAXON - Page 3 772627

http://www.saxon-solidballofrock.fr/forum/index.php?sid=88e0c095e7ba8571f9336815b9141588

Very Happy

_________________
SAXON - Page 3 Signa_14
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeMar 12 Fév - 19:42

j y jette un oeil de temps en temps comme sur celui de stormy , mais entre facebook , ici et mes occupations anextes et forts nombreuses , j ai pas trop envie que mon ordi finisse par me bouffer la vie
Revenir en haut Aller en bas
js64js64AliveMessages : 521
Date d'inscription : 08/05/2012
Localisation : Donibane Garazi
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeMar 12 Fév - 19:45

Did'yeah a écrit:
DOMM a écrit:
Merci Serge .... au fait au hellfest ils passent quel jour ....

le même jour que Kiss SAXON - Page 3 772627
toujours pas inscrit sur le forum saxon de serge SAXON - Page 3 772627

http://www.saxon-solidballofrock.fr/forum/index.php?sid=88e0c095e7ba8571f9336815b9141588

Very Happy
Pas le même jour que Kiss... j'avais posté cette réponse :

js64 a écrit:
http://www.saxon-solidballofrock.fr/tournee.html SAXON - Page 3 772627
Revenir en haut Aller en bas
Did'yeahDid'yeahAdministrateurMessages : 8758
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 55
Localisation : kissvillage.
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeMar 12 Fév - 20:58

Différentes dates sur le net comme le message de kisslolo le 22/06 ?????

scratch On verra le 15 annonce finale du Hellfest... Very Happy

_________________
SAXON - Page 3 Signa_14
Revenir en haut Aller en bas
js64js64AliveMessages : 521
Date d'inscription : 08/05/2012
Localisation : Donibane Garazi
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeJeu 14 Fév - 19:57

Le fan package devrait être disponible en fin de semaine prochaine sur le site d'UDR Music. Quant à l'album, sa sortie est repoussée au 1er mars...
Revenir en haut Aller en bas
DkPDkPMetalHeart.MasterMessages : 1491
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 53
Localisation : Toulouse
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeSam 16 Fév - 9:45

Chroniques de tous les albums de Saxon, dont le dernier, sur le site "Aux portes Du Metal" , nouveau partenaire de MetalHeart!!!
http://auxportesdumetal.com/index.html
Revenir en haut Aller en bas
kisslolokissloloCo-AdminMessages : 16504
Date d'inscription : 10/04/2010
Age : 52
Localisation : la tour du pin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeDim 17 Fév - 16:33

Biff Byford, chanteur de Saxon, parle du nouvel album





SAXON - Page 3 5674
Le 11 Décembre 2012, à 10 jours de la fin du Monde, il faut marcher vite sur le Boulevard Montmartre pour tenter de se réchauffer en évitant la collision parmi les badauds venus faire leur cadeau de Noël… Le rendez-vous a lieu au Hard Rock Café de Paris. J’en profite à l’intérieur pour admirer tout ce qu’il y a d’accroché aux murs, Basse de Gene Simmons de Kiss, Batterie de Guns n’ Roses, disques d’or, robe de Whitney Houston, guitare d’Eric Clapton

Je m’approche et découvre un Biff, en forme, rigolant avec un responsable de la maison de disque, jouant avec son iPhone, le pendentif en forme de « S » du logo de son groupe autour du cou, le perfecto bien râpé qui en a vu des scènes autour du monde…


SAXON - Page 3 5670


Lionel / Born 666 : Comment avez-vous travaillé sur le DVD Heavy Metal Thunder - The Movie ?

Biff Byford : Ce n’est pas vraiment notre DVD. Il a été fait par des gens de la BBC, il n’a donc pas été fait par nos soins. On a eu un contrôle artistique sur ce qui a été fait, mais on a rien fait de nous même. C’est la compagnie qui avait ces documents et qui a travaillé dessus.


Lionel / Born 666 : Est-ce que cela a été simple pour eux d’obtenir les interviews de Lemmy, Lars Ulrich, Danko Jones, …Mikkey Dee, Doro Pesh, Joel O’ Keefe…

Biff Byford : Oui je pense que nous avons mis cela en place pour celle de Lemmy. Je pense que pour la plupart des interviews de ces artistes cités, ils les ’ont faites au Wacken. Ils sont allés là-bs et ont eu l’occasion de rencontrer Airbourne, Doro,…


Lionel : Mais j’ai vu qu’il y avait aussi Graham Oliver (guitariste de 1976 à 1995) et Steve Dawson (bassiste de 1976 à 1985) qui intervenaient sur ce DVD ? Pourtant on sait que c’était tendu entre vous à la fin ?

Biff Byford : Tu sais, quand on fait une vidéo sur l’histoire du groupe, ils doivent de toute manière se trouver dessus. C’est bon pour les fans, ils disent ce qu'ont envie de dire…


SAXON - Page 3 5669


Lionel : Ils n’ont pas dit des choses trop dures sur le groupe selon toi ?

Biff Byford : Tu me demandes s’ils ont été méchants envers nous ? Non, je pense en tout cas qu’à l’intérieur de ce DVD il y a de bonnes histoires…


Lionel : Est-ce que Lemmy parle de la tournée Bomber ?

Biff Byford : Oui bien sûr et il y a même des extraits de cette tournée.


Lionel : J’ai lu une chose sur le web que je ne savais pas du tout. Il est dit que Saxon possède un son particulier qui s’appellerait le « red noise » Peux tu m’en parler ?

Biff Byford : (rire) non, c’est quoi ?


Lionel : Le son particulier des guitares apparemment…

Biff Byford : (rire), ce ne serait pas le « red nose » (nez rouge)… ?


Lionel : (rires) Quelle est la relation particulière qui vous unit au Wacken ? Quels sont les sentiments que vous avez lorsque vous jouez là-bas ?

Biff Byford : Le Wacken, on y a joué la première fois en 1992. On est devenu de plus en plus proche année après année. Un des promoteurs, partenaires du Festival, est notre manager Thomas Jensen ... donc nous sommes très proche du Wacken, un lien très étroit nous uni.


Lionel : Bon retour à votre actualité avec la sortie en Février prochain (NDLR : sortie repoussée depuis au 5 mars) de votre dernier album Sacrifice. Dans 10 jours (NDLR : entretien réalisé le 11 décembre 2012), c’est la fin du Monde et votre disque sort après…donc personne ne va acheter votre disque ? (rires)

Biff Byford : (rire) Non mais toi tu l’as écouté…Non c’est juste au cas où… (rires) parce que l’on va être sauvés par les extra-terrestres… on a mis le symbole sur l’artwork du disque (le « S » de Saxon). C’est un secret, un code…


SAXON - Page 3 5662


Lionel : Vous avez été influencé par la prédiction des Mayas concernant la fin du Monde ?

Biff Byford : Je suis allé au Mexique l’année dernière en Janvier et on y a fait un tour des temples et j’étais très intéressé par les rituels du sacrifice, de la fin du monde aussi mais sur ces cérémonies où on tend un cœur qui bat encore dans les airs comme dans Indiana Jones. Un bon départ, de la matière à écrire de la bonne musique Metal. J’adore ça.


Lionel : L’intro de « Sacrifice » c’est quoi ?

Biff Byford : La jungle, c’est Nigel qui l’a fait mais je ne pense pas qu’il y soit allé… (rire)


Lionel : Il y a un titre qui s’appelle « Made in Belfast » et je voulais savoir quel était l’instrument que l’on entendait au début ?

Biff Byford : C’est une mandoline celtique.


Lionel : Quel est le thème de cette chanson ?

Biff Byford : Cela parle des chantiers navals à Belfast, là où ils ont construit le Titanic, le Lusitania, énormément de gros navires qui ont navigué à travers le monde sont sortis de Belfast.


Lionel : Comment avez-vous travaillé sur ce nouvel album, car je trouve qu’il est beaucoup plus puissant. D’ailleurs tu as dis aux musiciens de « jouer de façon sauvage, d’être sincère et de ne pas hésitez à revenir à des titres plus old school » ?

Biff Byford : Au départ je voulais que les guitares soient très puissantes, que le son soit très « anglais » et qu’elles forment un son unique... bon ok « red noise » bien sûr (rire général) ! Sur certain titres comme « Warriors Of The Road » ou « Stand Up And Fight », je voulais que l’on ressente cet esprit 80’s.


Lione l: Est-ce que « Warriors of the Road » est un hommage à « Motorcycle Man » ?

Biff Byford : C’est au sujet d’un Grand Prix, bien sûr que c’est un clin d’œil avec le son des moteurs mais là ce sont des voitures et non des motos, mais je voulais que le début soit comme « Motorcycle Man »…


SAXON - Page 3 5664


Lionel: Comment es-tu en tant que producteur ?

Biff Byford : Bien, pas mauvais…


Lionel : … un terroriste, dictateur (rire)

Biff Byford : Non je suis un bon organisateur. Mais le producteur c’est avoir aussi de bonnes idées, comme par exemple la mandoline, les ambiances de certaines intros, trouver certaines textures qui donneront une couleur a un titre,…


Lionel : Comment se passait une journée classique au LS Studios in Yorkshire?

Biff Byford : C’est un peu comme dans tous les studios. Tu commences vers les 11 heures, pendant la journée on travaillait sur les guitares et la nuit venue on attaquait les parties concernant la voix.


Lionel : Tu as aussi dit « Ok on va faire de la musique comme celle dans les années 80 » mais cela ne doit pas être facile de dire cela comme ça ?

Biff Byford : Non, ce n’est pas facile d’écrire une musique comme ça, c’est plus difficile de trouver des idées dans ta tête. Tenter de ne pas tout de suite penser « moderne » tout le temps et puis essayer de retourner à nos premières influences et voir si tu peux écrire des riffs de guitares comme tu avais l’habitude de le faire. Mais il faut que cela vienne du cœur, d’une façon naïve, simple. Et je pense que cela sonne bien quand tu y arrives.


Lionel: Et les titres que l’on trouve en bonus ?

Biff Byford : C’est vrai qu’on le fait de temps en temps. « Crusader » réorchestré, je crois qu’on avait commencé à faire cela sur l’album Into the Labirynth en 2009 et je fais ça généralement dans mon studio en France en Normandie.


Lionel: Je me souviens d’une chose que tu m’avais dite en Juin lors de la sortie de votre précédent DVD Heavy Metal Thunder - Live - Eagles Over Wacken, que vous alliez revenir en France en 2013 pour y jouer, alors serez vous au Hellfest ?

Biff Byford : On est en pourparler avec le Hellfest, mais je ne sais pas encore si cela va avoir lieu… (NDLR : On sait depuis que oui, Saxon y sera !)


SAXON - Page 3 5668

_________________
SAXON - Page 3 Bg_hea11
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 12:18

Je me permet de poster quelques chronique de saxon , histoire de faire plaisir aux fans de ce groupe qui hante ce forum , fan dont je fais parti depuis des décénies
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 12:19

SAXON - Page 3 Saxon-sacrifice170
C H R O N I Q U E


Incroyable ! Incredible !
Nous voici en 2013 et Saxon,
groupe phare de la mythique NWOBHM sort son vingtième album. Incroyable
car déjà, à la fin des années 80, on ne donnait plus très cher de leur
peau. Mais nous avons affaire à des persévérants et aujourd'hui, le
groupe atteint les trente-sept ans d'existence et a toujours autant la
pêche comme le montre ce vingtième album. Un album qui fait de ce groupe
le plus prolifique de la vague des groupes anglais apparus à cette
époque. Il en fait peut-être aussi celui qui a le mieux gardé l'esprit
de l'époque. Sans faire de comparaisons inutiles, il me semble tout de
même que les deux autres principaux survivants, Def Leppard et Iron Maiden, s’en sont pas mal éloignés (et même beaucoup pour au moins l’un d’entre eux).
Saxon
donc, toujours fidèle au poste, fête dignement son vingtième album avec
ce que l'on peut considérer comme son meilleur opus depuis longtemps.
Explications.

Si l’on est fan de Saxon, on sait globalement à quoi
s'attendre avec ces vieux briscards britanniques. Si le groupe s'est
perdu dans une musique très commerciale et américanisée à la fin des
années 80, cette époque est bel et bien révolue depuis belle lurette et Saxon
nous abreuve régulièrement d'albums de Heavy Metal que l’on va
qualifier de "old-school", pas tous excellents mais jamais médiocres. Le
petit dernier semble être taillé dans le meilleur des moules car à la
première écoute, je n’ai pas eu l’impression que j’ai parfois en
écoutant un album de Saxon (on exclut de cette remarque les albums compris entre Wheels Of Steel et Power and The Glory) : de très bons morceaux qui côtoient des titres plus anecdotiques. Avec Sacrifice, nous avons un ensemble homogène en qualité.

Après une intro à l’ambiance amazonienne déboule un premier morceau au riff efficace et au pré-chorus bien entraînant. Le grand Biff Byford
est en voix. Il faut dire que ce chanteur n’a jamais vraiment forcé
dans les aigus durant sa carrière et a donc gardé ses capacités
intactes. Mais n’oublions pas tout de même qu’il accuse les
soixante-deux ans. Il a donc de très beaux restes ! Bref, voilà un bon
morceau de Heavy Metal, certes très classique mais qui risque de faire
rapidement partie des setlists du groupe. Très bon départ et on n’est
pas au bout de nos (bonnes) surprises.
Made In Belfast,
comme son nom l’indique, nous envoie faire un petit tour en Irlande avec
son ambiance celtique qui vient égayer le morceau. Original de la part
de Saxon et bonne idée. Ou comment se renouveler un peu sans tourner le dos au Heavy traditionnel. Au passage, si Byford n’a rien perdu de ses capacités vocales, on notera que Nigel Glockler, lui non plus, n’a rien perdu de sa frappe (soixante ans tout juste pour lui).
Preuve que les vétérans ont encore la niaque : ce Warriors Of The Road qui fait du bien. Oui, Saxon est encore capable d’écrire des morceaux bien rapides dans la lignée des Heavy Metal Thunder et autre Motorcycle Man. Décidément, quand Saxon évoque les combattants (Crusader, Warrior, Conquistador, Dogs Of War...), c’est gage de qualité !
Le voyage continue avec Guardians Of The Tomb
dont l’intro semble nous emmener du côté de l’Orient cette fois-ci.
Encore une fois, la mélodie est accrocheuse. Un morceau que l’on
chantonne une fois le CD terminé, c’est bon signe !
Les titres suivants sont aussi bien fichus que ce début d’album. Stand Up and Fight et Night Of The Wolf
se glissent sournoisement dans votre cortex avec leurs refrains bien
torchés et leurs solos magiques (encore de belles prestations de la part
du duo Paul Quinn et Doug Scarratt). Walking The Steel et Wheels Of Terror (vous aurez bien sûr remarqué qu’avec la fin du premier titre et le début du second, on forme Wheels Of Steel !), deux morceaux bien lourds un peu dans la lignée de… Wheels of Steel justement. Sans atteindre la qualité de ce dernier, Wheels Of Terror possède ce riff dévastateur auquel on accroche immédiatement.
Standing In A Queue termine l’album sur une note heavy et encore une fois, le morceau ne souffre pas d’un manque d’inspiration.
Au
final, pas de ballade, pas de titres avec des orchestrations (ce qui
n’avait pas plu à tout le monde sur les deux albums précédents), juste
du bon vieux Heavy Metal à l’ancienne. Mais Saxon ne
sombre pas pour autant dans la nostalgie en recopiant une recette
éculée, comme bien des groupes se contentent de le faire aujourd’hui.
Oui, c’est du travail à l’ancienne mais ça reste résolument moderne.
C’est la NWOBHM comme elle doit sonner en 2013.
Comme je le disais
plus haut, à la fin de cette écoute, pas moyen de trouver le morceau
faible, celui qui fait office de remplissage. Le groupe s’est concentré
sur la qualité, pas sur la quantité. Alors c’est vrai, l’album dure
moins de quarante minutes. Mais quarante minutes de ce niveau seront
toujours meilleures que soixante minutes pendant lesquelles on se fait
ch… la moitié du temps.

L'album est présenté avec un CD bonus de cinq titres qui sont des adaptations ou des versions réenregistrées de vieux morceaux.
Au sujet de la version orchestrale de Crusader,
je dois vous avouer que je n'aime pas trop le traitement que le titre a
subi. Cet excellent morceau n'avait pas besoin de cela. D’une manière
générale, je ne pense pas que les orchestrations collent trop à
l’univers Saxon.
En ce qui concerne les autres
titres, ils ne présentent pas trop d’intérêt non plus pour celui qui
connaît les versions originales. Seule la version acoustique de Frozen Rainbow
(morceau tiré du tout premier album) me semble intéressante, sans être
toutefois indispensable. Bref, un petit plus qui n’apporte pas grand
chose au final.

Saxon a fêté dignement son vingtième opus en offrant
à ses fans de toujours son album le plus abouti depuis un bon moment.
Franchement, quel meilleur cadeau pouvait-ils nous faire ? Les papys de
la NWOBHM ont toujours la niaque et peuvent encore en montrer à tous les
p’tits jeunes se revendiquant de cet héritage. Et c’est un juste retour
des choses.
N’ayons pas peur des mots : Sacrifice est, je pense, le meilleur album de Saxon depuis… Power & The Glory. Tout simplement.



Tracklist de Sacrifice :

01. Procession
02. Sacrifice
03. Made In Belfast
04. Warriors Of The Road
05. Guardians Of The Tomb
06. Stand Up And Fight
07. Walking The Steel
08. Night Of The Wolf
09. Wheels Of Terror
10. Standing In A Queue


Bonus CD :

01. Crusader (version orchestrale)
02. Just Let Me Rock (version réenregistrée)
03. Requiem (version acoustique)
04. Frozen Rainbow (version acoustique)
05. Forever Free (version réenregistrée)
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 12:20

SAXON - Page 3 Saxon-solidballofrock170
C H R O N I Q U E


Après le bide commercial de Destiny, Saxon
commence à comprendre que la voie qu'il suivait depuis 1985 n'était
peut-être pas la meilleure. Car non seulement ils ont perdu leur fanbase
mais en plus, le succès promis n’est pas venu. D'ailleurs, comme par
hasard, le label EMI qui les a entraînés dans cette impasse les lâche
après l'album Destiny. C'est l'occasion de repartir sur des bases plus saines.

Saxon signe donc avec un nouveau label, Virgin Records. Le changement de label n'est pas la seule révolution pour le groupe : Nibbs Carter, un tout jeune bassiste de vingt-deux ans à l'époque, rejoint Saxon
et celui-ci va apporter un peu de fraîcheur à un groupe qui en avait
bien besoin. Il signe ou co-signe huit des onze titres de ce nouvel
album. Son apport sur la nouvelle direction musicale du combo ne fait
aucun doute.
Avec Solid Ball Of Rock, Saxon
va tenter de sauver les meubles en revenant à un Heavy plus
traditionnel et plus couillu. En cela, le titre de l’album est assez
explicite.

Une intro un peu déroutante laisse place à un bon vieux riff bien costaud. Le titre éponyme annonce la couleur : Saxon
est de retour avec du bon gros Heavy Metal. Ce morceau, très
réussi, est devenu un titre régulièrement joué en concert par le groupe.
Confirmation de cette nouvelle orientation avec le morceau suivant, Altar Of The Gods, où la double grosse caisse est de retour.
Le troisième titre, Requiem (We Will Remember), qui sera le seul single de l'album, montre que Saxon
ne tourne pas complètement le dos aux morceaux très mélodiques des
albums précédents. Le refrain est diablement efficace. Ce titre rappelle
un peu ceux de Destiny mais avec un son bien heavy. En effet, la production, à l’européenne, sonne plus "metal". I Just Can't Get Enough ou I'm On Fire
rappellent eux aussi un peu les titres de la période 85-88 mais ces
morceaux ne sont désormais plus majoritaires. La plupart des compos de Nibbs Carter, comme Altar Of The Gods, Baptism Of Fire ou Crash Drive sont bien plus agressives et plus dans l’esprit de ce que faisait Saxon avant cette période. Ce qui est assez amusant finalement puisque ce nouveau venu compose plus dans le old-style Saxon que les anciens membres de Saxon ! Quoi qu'il en soit, retrouver des morceaux de ce type sur un album de Saxon fait bien plaisir.
Quelques titres sont un peu moins intéressants à mon goût comme Ain't Gonna Take It ou la ballade Refugee (Saxon
y tient toujours à l'époque, dommage) et font que cet album n’est pas
encore un chef d’oeuvre. Mais voilà, le virage était amorcé, il ne
restait plus qu'à confirmer cette nouvelle direction musicale avec les
albums suivants. Ce qui sera fait avec Forever Free (1992) et Dogs Of War (1995).

Solid Ball Of Rock est un bon album dans son ensemble et
surtout, il rassure. Tous les fans de la première heure qui s'étaient
détournés du combo anglais album après album ces dernières années vont
se dire qu'ils peuvent de nouveau faire confiance à Saxon.
Evidemment, tout ne va pas se faire aussi rapidement car cet album est
un peu sorti dans l'indifférence générale à l’époque. Mais Saxon a désormais compris que son avenir se trouvait en Europe et non aux Etats-Unis.



Tracklist de Solid Ball Of Rock :

01. Solid Ball Of Rock
02. Altar Of The Gods
03. Requiem (We Will Remember)
04. Lights In The Sky
05. I Just Can't Get Enough
06. Baptism Of Fire
07. Ain't Gonna Take It
08. I'm On Fire
09. Overture In B-Minor / Refugee
10. Bavarian Beaver (instr.)
11. Crash Drive
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 12:22

SAXON - Page 3 Saxon-strongarmofthelaw170
C H R O N I Q U E


Fort du succès de son Wheels of Steel paru quelques mois plus tôt, Saxon ne laisse pas le temps au fer de refroidir et balance son troisième album, Strong Arm Of The Law.

C'est même un peu à la surprise générale que sort ce nouvel album de Saxon au mois de septembre 1980 puisque son prédécesseur, Wheels Of Steel,
avait été mis dans les bacs seulement quatre mois plus tôt. L'album a
donc été composé et enregistré en un temps record mais il montre un
groupe au sommet de sa forme et dont le talent de composition ne faiblit
pas puisque, pour de nombreux fans du groupe, ce Strong Arm Of The Law est considéré encore aujourd'hui comme leur meilleur album.
Et on démarre un peu comme l'album précédent avec Heavy Metal Thunder. Tout comme Motorcycle Man, ce morceau, lancé sur un tempo rapide, va très vite devenir l'un des grands classiques de Saxon en
concert. D'après le groupe, le morceau n'était à l'origine pas si
rapide que ça mais il fut un peu "accéléré" par l'ingénieur du son en
studio, ce qui rend la voix de Biff si particulière. Un
début d’album tonitruant donc. Et on notera la terminologie "Heavy
Metal", utilisée ici pour l'une des toutes premières fois. Le très
entraînant et mélodique To Hell and Back, toujours sur un rythme rapide, enfonce un peu plus le clou avant que le tempo ne devienne plus écrasant pour Strong Arm Of The Law. Et là encore, tout comme pour Wheels Of Steel,
le titre éponyme de l'album est un vrai rouleau compresseur avec un
riff qui tourne en boucle. Et encore une fois, quel refrain bien
efficace ! Ce genre de morceau a dû inspirer un certain Accept.
Saxon a trouvé la recette du succès avec l'album précédent et l'applique à la lettre. Mais Strong Arm ne peut pas être considéré comme un "Wheels Of Steel
part 2". Si l'on retrouve tous les ingrédients de l'album précédent, à
savoir les riffs irrésistibles de la paire de guitaristes Paul Quinn et Graham Oliver, la rythmique bien efficace de Pete Gill et Steve Dawson et la voix tour à tour mélodique et agressive du grand Biff Byford, l’ensemble apparaît toutefois encore plus Heavy. Le rythme est parfois plus proche du Speed Metal (20 000 Feet, Heavy Metal Thunder).
Et avec ces titres, on trouve aussi ça et là des morceaux que l’on
pourrait considérer comme étant les prémices du Power Metal (Taking Your Chances et ses échanges de solos monstrueux, Sixth Form Girls).
C'est toutefois avec de nouveau un morceau au rythme bien lourd, Dallas 1 PM, que l'album se termine. Ce titre relate l'assassinat du président Kennedy (bruitages à l’appui). Un grand classique de Saxon, un de plus pourrait-on dire.

Fin 1980, Saxon avait déjà enfanté deux albums tout
simplement incontournables et une floppée de titres immortels. Et le
groupe n'allait pas s'arrêter en si bon chemin puisque, juste un an plus
tard, allait sortir le non moins incontournable Denim And Leather.
Saxon, fer de lance de la NWOBHM !



Tracklist de Strong Arm Of The Law :

01. Heavy Metal Thunder
02. To Hell And Back Again
03. Strong Arm Of The Law
04. Taking Your Chances
05. 20,000 Feet
06. Hungry Years
07. Sixth Form Girls
08. Dallas 1 PM
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 12:22

SAXON - Page 3 Saxon-denimandleather170
C H R O N I Q U E


1981. Toujours dans un élan créatif initié par les deux albums parus l'année précédente, Wheels of Steel et Strong Arm of the Law, Saxon continue sur sa lancée et propose, en deux ans, son troisième grand classique, j’ai nommé Denim and Leather. Du cuir et du jean sur des bécanes… les photos promo de l’époque le prouvent, le créneau de Saxon
est maintenant clairement défini. Par contre, côté pochette, on ne peut
pas dire que le groupe se foule beaucoup. Pour la troisième fois
consécutive, nous avons droit à une pochette simpliste et franchement
pas attirante. Heureusement, pour celui qui saura dépasser ce stade, le
contenu est bien plus alléchant.

Et ça démarre fort avec Princess of the Night. Après les bécanes de Motorcycle Man, voici
la locomotive. On reste dans le Metal, le bruit et les flammes. En tout
cas, et pour la troisième fois consécutive, morceau génialissime pour
ouvrir les hostilités. Le riff introductif de ce morceau est de ceux qui
ne vous quittent plus une fois entendus. Les guitares sont en fusion.
Encore une fois, Graham Oliver et Paul Quinn
forment un duo très complémentaire et qui fonctionne à la perfection.
Ils se partagent deux solos sur ce morceau, un pour chacun d’entre eux,
bien entendu. Saxon, tout comme ses compatriotes Judas Priest, Iron Maiden et Def Leppard, joue parfaitement sur cette dualité des guitares.
La recette des deux albums précédents est reprise ici. Le groupe alterne morceaux saignants (Never Surrender, Rough and Ready, Fire In The Sky) bien agressifs et morceaux bien plus easy listening, hyper mélodiques, sur lesquels Biff Byford force moins sur sa voix (And The Bands Played On). Biff
n’a sans doute jamais été considéré comme un grand chanteur de Heavy
mais il n’en reste pas moins que sa voix, tantôt agressive, tantôt plus
mélodique, colle tout à fait à la musique du combo.
Avec cet album, c’est encore le festival du riff bien efficace (Princess of the Night, Play It Loud...). Saxon ne semble toujours pas à court d'idées.
Le
groupe reprend, pour notre plus grand plaisir, la recette du titre
rouleau compresseur, bien lourd, qui leur avait particulièrement bien
réussi avec les morceaux Wheels Of Steel et Strong Arm Of The Law. Jamais deux sans trois, voici Denim and Leather qui
clôt l’album. Riff tournant et tempo bien lourd, on reste bien dans
l’esprit des titres cités précédemment. Encore un morceau idéal pour le
live, avec un refrain fait pour être repris par toute une foule.

Sur quatre albums, le groupe a sorti trois classiques du Metal des
années 80. Saxon se place parmi les grands groupes de la mythique NWOBHM
aux côtés de Iron Maiden et de Def Leppard qui n'ont, eux, que deux albums à leur actif à cette époque. Ce Denim and Leather
va connaître un succès conséquent un peu partout en Europe et accroître
la popularité du groupe britannique. Popularité grandissante donc et
enregistrement du premier live l'année suivante (The Eagle Has Landed) avant de retourner en studio pour délivrer son album le plus méchant jusqu'alors : Power and the Glory.





Tracklist de Denim And Leather :

01. Princess Of The Night
02. Never Surrender
03. Out Of Control
04. Rough And Ready
05. Play It Loud
06. And The Bands Played On
07. Midnight Rider
08. Fire In The Sky
09. Denim And Leather
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 12:24

SAXON - Page 3 Saxon-powerandtheglory170
C H R O N I Q U E


Après un bon album live (mais trop court) qui a montré que le groupe savait tenir la scène (The Eagle Has Landed), Saxon retourne en studio. Petit changement dans le line-up du groupe : Pete Gill, recruté par les copains de Motörhead pour remplacer le furieux Philty "Animal" Taylor a laissé ses baguettes à un certain Nigel Glockler.
Second changement et pas des moindres : un son bien plus heavy. Mais
une constante : la pochette de l’album, comme les précédentes, n’est pas
inoubliable. Pourtant un peu plus colorée que les autres, on ne peut
pas dire qu'elle soit une réussite. L'auteur en serait pourtant le
cinéaste Ridley Scott. Ce n'est clairement pas sa plus
belle réussite car on ne comprend pas trop ce qu'il a voulu faire passer
comme message. Avec un titre d’album pareil, on avait un large panel de
possibilités pour réaliser une belle pochette. Tout est affaire de goût
mais ce chevalier rougeoyant qui paraît mal cadré tant il est tassé
dans le bas de la pochette fait plus sourire qu’autre chose. Tant pis,
ce sera pour la prochaine fois.

Sorti en 1983, Power and the Glory peut être considéré comme
l'album le plus "énervé" du groupe. Production très brute, guitares
aiguisées, batterie qui claque. Des titres tels que Power and the Glory (bon sang, quel riff encore une fois !), Redline, Warrior (où la paire de gratteux Graham Oliver/Paul Quinn s'en donne à coeur joie sur la partie centrale) ou This Town Rocks sont vraiment percutants et nous montrent la face la plus agressive du groupe. Même Watching The Sky
avec son refrain plus mélodique donne bien la patate. Le nouveau
batteur du groupe n’a pas grand chose à envier à son prédécesseur et se
fait un petit plaisir avec l’intro de This Town Rocks. Biff Byford est très en voix tout au long de l’album et sait alterner timbre agressif et timbre plus mélodique. Saxon va même jouer avec cet album sur les terres de son principal rival de la NWOBHM avec le morceau Midas Touch dont la construction fait penser à un morceau d’Iron Maiden, notamment sur sa partie centrale où Steve Dawson joue des lignes mélodiques avec sa basse, à la manière d'un autre Steve.
Comme à son habitude, Saxon
ne se contente pas d’un seul style de compo dans ce nouvel album. Si
l’ensemble est plus brut que par le passé, le groupe va aussi aller
explorer d’autres directions. Ainsi, ce disque propose également deux
titres bien plus "atmosphériques" tels que le très mélodique Nightmare, et, plus encore, le magnifique The Eagle Has Landed
qui conclut l’album, avec sa lente montée en intensité. Ce morceau est
un chef-d'oeuvre à lui tout seul et reste l’un de mes préférés du
groupe.

Power and the Glory est un album très court (trente-six
minutes) mais qui ne contient que des morceaux excellents. Bref, un sans
faute. Un incontournable du Metal des années 80, et un indispensable de
plus pour Saxon ! Ce qui porte le total à quatre sur les cinq premiers albums du groupe !

Hélas, Power And The Glory est aussi le dernier album purement Heavy Metal pour un bon moment. Avec les albums suivants, Saxon
ne va pas continuer sur cette voie pourtant toute tracée d’un Heavy
puissant et accrocheur qu’il maîtrisait à la perfection. L’année
suivante paraît Crusader,
qui sera le premier pas vers une musique un peu plus "formatée",
taillée pour attaquer le marché américain. Un choix qui se révèlera
finalement ne pas être le bon pour le groupe anglais. Là où Iron Maiden va rencontrer un succès énorme sans se compromettre, Saxon va tenter de jouer la facilité... et s’en mordre les doigts.



Tracklist de Power And The Glory :

01. Power And The Glory
02. Redline
03. Warrior
04. Nightmare
05. This Town Rocks
06. Watching The Sky
07. Midas Touch
08. The Eagle Has Landed
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 12:25

SAXON - Page 3 Saxon-crusader170
C H R O N I Q U E


Fort de sa popularité en Europe, Saxon a bien envie de percer sur le juteux marché américain (qui, grâce aux succès des Van Halen, Def Leppard ou Mötley Crüe, a montré qu’il y avait une place pour les groupes de Hard Rock). Et pour cela, quelques compromis artistiques sont de mise. Saxon
a toujours proposé deux facettes avec sa musique, des titres bien heavy
et hargneux et des titres plus accessibles. C’est bien sûr cette
seconde direction que le groupe va suivre.

C’est avec enfin une belle pochette (jusqu’alors, ce n’est pas ce qui était le plus réussi chez Saxon) que l’album Crusader
sort en 1984. Et tels les croisés partis conquérir la Terre Sainte, les
Anglais montrent qu’ils sont prêts à aller conquérir les States. Le
titre de l’album est en quelque sorte révélateur.
Alors, il ne s'agit peut-être pas du meilleur album de Saxon, mais je pense (et je ne suis pas le seul puisque Biff
lui-même a déclaré que c'était le morceau qu'il préférait jouer en
live) qu'il contient LE meilleur titre du groupe, à savoir l’épique Crusader.
L’intro de l’album nous emmène sur le champ de bataille (The Crusader Prelude)
puis le morceau phare démarre avec une belle entrée à la guitare
acoustique rejointe par une rythmique plombée pour un titre bien lourd
et des plus efficaces. Le refrain est rehaussé de chœurs énormes. Un
véritable hymne ! Et toujours un grand moment quand le groupe entame ce
morceau sur scène. On oubliera rapidement la fausse polémique déclenchée
par des intégristes probablement qui ont vu en ce titre un pamphlet
anti-musulmans... il vaut mieux en rire, je pense...
Au rayon des bonnes surprises, c’est à dire des morceaux bien saignants, on notera un Set Me Free bien speed (pourtant une reprise de Sweet) et le morceau de clôture, Run For Your Lives, avec ses choeurs puissants pour une ambiance digne d’un stade de foot.
Le reste des compos n'est pas à négliger non plus, évidemment, mais on sent bien que Saxon a mis de l’eau dans son Heavy. Sailing to America le bien nommé (là, le message est encore plus clair), Rock City ou Just Let Me Rock
sont des morceaux plus mélodiques, plus pensés pour des passages radio.
Les refrains sont mémorisables, pas vraiment agressifs, mais bien
fichus tout de même (notamment celui de Sailing To America, particulièrement réussi). On pense à du Van Halen. Mais est-ce ce que l'on attendait de Saxon
? Toutefois, le groupe montre qu'il garde un certain talent de
composition et ces titres, bien que plus mélodiques qu'à l'accoutumée,
gardent leur puissance grâce à une production qui ne manque pas de
mordant. Le summum de la compromission est atteint avec la ballade Do It All For You,
exercice périlleux pour les groupes de ce style. Le morceau n’est pas
catastrophique mais bien éloigné, lui aussi, de l’idée qu’on se faisait
de ce groupe de bikers anglais.

Vous l’avez compris, ces morceaux, s'ils ne sont pas mauvais (loin de
là), marquent l'amorce d'un virage du groupe vers une musique plus
aseptisée et commerciale. Saxon ne saura résister à l'appel des sirènes du marché américain et va, l'espace de quelques albums (Innocence Is No Excuse, Rock The Nations, Destiny),
quitter son Heavy Metal pour un style de plus en plus calibré radio.
Les fans de la première heure ne vont pas leur pardonner cette trahison
et Saxon va connaître sa traversée du désert.
On peut donc dire que Crusader est un album charnière qui ouvre la page du second chapitre du groupe. Un chapitre dans lequel Saxon va laisser des plumes. Il faudra attendre quelques années avant de retrouver un peu de mordant dans les compos du groupe.



Tracklist de Crusader :

01. The Crusader Prelude
02. Crusader
03. A Little Bit Of What You Fancy
04. Sailing To America
05. Set Me Free
06. Just Let Me Rock
07. Bad Boys (Like to Rock n' Roll)
08. Do It All For You
09. Rock City
10. Run For Your Lives
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 12:26

SAXON - Page 3 Saxon-innocenceisnoexcuse170
C H R O N I Q U E


1985. C'est le carton plein pour Ratt, Mötley Crüe ou Dokken
aux Etats-Unis. Ces groupes marchent du feu de dieu, leurs vidéos
passent en boucle sur MTV. De l'autre côté de l'Atlantique, on regarde
ça avec des yeux plein d'envie. On veut croquer une part du gâteau. Et
comme certains groupes européens ont réussi à s’imposer (Def Leppard, Scorpions), "pourquoi pas nous" se disent les gars de Saxon.
Crusader,
l'album précédent, s’il avait ouvert la brèche, n'avait pas obtenu le
succès escompté aux USA. Peut-être était-il encore trop Heavy pour
s’imposer sur les ondes. Alors, ni une ni deux, Saxon
va pousser encore plus loin sa quête du succès en enregistrant son album
le plus commercial à ce moment de leur carrière, encouragé en ce sens
par son nouveau label EMI : Innocence Is No Excuse.
Premier
signe extérieur de compromission : la fille sur la pochette. Ca peut
paraître anodin mais à l’époque, c’est un aspect non négligeable pour
tout groupe qui veut connaître le succès aux USA. Encore que là, le
résultat n'est pas forcément très sexy (si l'on compare aux pochettes de
Ratt par exemple).

Malgré tout, Innocence comporte de bons morceaux. A commencer par le titre d'ouverture Rockin’ Again, Back On The Streets, le très entraînant Rock and Roll Gypsy (les trois singles de l’album) ou encore Broken Heroes (le meilleur titre de l’album ?) et Call Of The Wild. Si l’on ne retrouve pas vraiment sur ces morceaux le Saxon
de la période 1980-1984, il n’en reste pas moins que ce sont des titres
agréables, bien composés et tout à fait écoutables. On a un peu peur
avec le début d’album, son intro aux synthés et guitare acoustique mais
ça poursuit sur un rythme bien lourd avec ce qu’il faut de chœurs sur le
refrain. L’aspect chœurs a d’ailleurs été particulièrement travaillé
sur cet album. On trouve aussi quelques fonds de synthés par ci par là.
En revanche, ce qui frappe de manière négative, c’est la production. Le
son de cet album semble aseptisé. Cela pèse sur l’ensemble. Car même Crusader
qui a été décrié aussi pour son virage plus commercial possédait tout
de même une production puissante. Ici, la batterie est plate, on a
l’impression qu’on a demandé à Nigel Glockler de ne pas frapper trop fort sur ses fûts. Les guitares ne sont pas bien agressives non plus. Byford dira d’ailleurs de cet album que c’est leur "album Def Leppard"…
On sent que c’est la maison de disque, EMI, qui a pris les choses en
main et que le groupe n’a pas eu son mot à dire sur la production de cet
album. Byford avouera plus tard que le groupe ne passait pas beaucoup de temps en studio car souvent en désaccord avec le producteur, Simon Hanhart.
C’est toutefois cette américanisation du son qui a permis à Innocence
de s’imposer aux USA et d’obtenir la meilleure place pour un album du
groupe dans les charts américains (130ème quand même), notamment grâce
aux morceaux précédemment cités même si certains sentent un peu la
facilité (Back On The Streets). On peut aussi y ajouter Devil Rides Out
qui fait son petit effet. Malheureusement, à côté de cela, il y a des
compos plus anecdotiques. En fait, presque toute la face B de l’album
vinyl d’origine, de Gonna Shout à Give It Everything You’ve Got. Des morceaux vraiment pas inoubliables, même si Everybody Up se rapproche un peu de ce que Saxon proposait quelques années avant… mais en moins inspiré.
Au final, Innocence Is No Excuse est un album correct grâce aux six premiers morceaux… mais est-ce un album de Saxon
? Le groupe semble avoir perdu toute sa personnalité sur cet opus et
ressemble à tout un tas d’autres formations. D’ailleurs, est-ce un
hasard si les morceaux écrits lors de cette période (1985 – 1988) ne
font que très rarement leur apparition dans les setlists du groupe
aujourd’hui ?

Avec Innocence, et malgré un certain succès rencontré
outre-Atlantique, une cassure commence à se créer avec les fans de la
première heure (pour preuve, l’album ne rencontre pas un gros succès en
Angleterre). Dans le groupe aussi, la rupture est consommée. Steve Dawson
(basse), l’un des fondateurs du combo, pas du tout d'accord avec la
tournure musicale que prennent les choses, quitta le groupe à la suite
de la tournée. Et Saxon continuera à s'enfoncer en enregistrant ce que le groupe lui-même considère aujourd'hui comme son album le plus faible : Rock The Nations.



Tracklist de Innocence Is No Excuse :

01. Rockin' Again
02. Call Of The Wild
03. Back On The Streets
04. Devil Rides Out
05. Rock N' Roll Gypsy
06. Broken Heroes
07. Gonna Shout
08. Everybody Up
09. Raise Some Hell
10. Give It Everything You've Got
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 12:27

SAXON - Page 3 Saxon-wheelsofsteel170
C H R O N I Q U E


1980. La New Wave Of British Heavy Metal toute naissante va lâcher à la face du monde les premiers albums de Iron Maiden, Def Leppard, Angel Witch, Diamond Head et Tygers of Pan Tang ainsi que le second album de Saxon (mais dont la qualité n'a aucune commune mesure avec le premier essai), Wheels of Steel.
C’est avec cet album que le groupe va véritablement exploser et entrer dans la légende.

Le groupe britannique a vu le jour à la fin des années 70. Tout d’abord baptisé Son of a Bitch (je vous passe la traduction), les Anglais optent rapidement pour Saxon, ce qui leur ouvre un peu plus de portes (on est quand même en Angleterre et même si le Punk est passé par là… shocking !)
On retrouve dans ce groupe la configuration classique du Metal de l’époque, à savoir deux guitaristes (Paul Quinn et Graham Oliver) qui officient aussi bien en rythmique qu’en solo, un bassiste (Steve Dawson), un batteur (Pete Gill, futur batteur de Motörhead) et un chanteur (le grand Biff Byford).
Saxon se trouve tout de suite un créneau porteur : les bikers. Sur Wheels of Steel, on trouve deux titres à la gloire de la mécanique à deux roues : Motorcycle Man et évidemment Wheels of Steel et un de plus sur le plaisir de conduire une grosse cylindrée : Freeway Mad. Bref, le groupe anglais est vite catalogué. D’ailleurs, Motörhead (autre groupe adoré des bikers) va prendre Saxon
sous son aile (de bombardier) et faire pas mal de tournées avec lui.
Même si les deux groupes ne jouent pas franchement dans le même registre
(Saxon est tout de même bien plus mélodique), le package fonctionne bien.
L'album commence par deux titres bien saignants : Le speed Motorcycle Man et le plus groovy Stand Up and Be Counted. Les guitares hurlent, la basse rugit, Pete Gill frappe ses peaux comme pour les faire éclater et Biff Byford ne s’économise pas. Et puis bam ! 747 (Strangers in the Night), pause hyper mélodique au refrain qui tue. Le single va faire un petit carton à l'époque. Byford
change de registre et chante de manière plus mélodique. L’autre facette
du groupe en quelque sorte, que l’on retrouve un peu plus loin sur
l’album avec le morceau Suzie Hold On. Un morceau qui pourrait aisément être qualifié de Hard FM si ce style avait existé à l’époque.
Après, place au rouleau compresseur Wheels of Steel.
Rythme lourd, riff entêtant qui tourne en boucle. Et son refrain :
"She's got Wheels, Wheels of Steel"... un classique de chez classique
qui, en général, est le moment où Biff fait participer le public lors des concerts du groupe.
Après ce titre bien Heavy, on repart sur les chapeaux de roues (of Steel) avec des morceaux plus rapides comme Freeway Mad (vroum !), Street Fighting Gang et surtout le ravageur Machine Gun qui termine cet album, où nos deux gratteux se lâchent comme il faut.
See the Light Shining
est un morceau plus nuancé, qui pourrait être découpé en deux parties :
speed dans la première et un peu plus heavy dans sa seconde partie et
qui se voit doté finalement de deux refrains ("show me the way" pour la
première partie et "I can see the light shining" pour la seconde). Et,
comme pour prouver l’accointance avec Motörhead, ce titre est dédicacé à "Fast" Eddie Clarke, guitariste du bombardier à l’époque.

Cet album de Saxon va avoir un bel impact sur la
carrière du groupe. Grâce au succès rencontré, les Anglais vont avoir le
vent en poupe. Ils vont sortir dans la foulée cette même année un Strong Arm of The Law tout aussi ultime et devenir ainsi l’un des groupes phare de la NWOBHM. Rien que ça.
Saxon est d’ailleurs l’un des rares groupes de cette fameuse NWOBHM (avec Iron Maiden et Def Leppard) à avoir traversé les époques sans trop de dommages (et sans s’être arrêté) et être toujours en activité aujourd’hui.



Tracklist de Wheels of Steel :

01. Motorcycle Man
02. Stand Up and Be Counted
03. 747 (Strangers in the Night)
04. Wheels of Steel
05. Freeway Mad
06. See the Light Shining
07. Street Fighting Gang
08. Suzie Hold On
09. Machine Gun
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 12:28

les hauteurs de ces chros sont les passionnés qui bossent sur le trés bon site AUX PORTES DU METAL ... merci a eux .
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 13:16

SAXON - Page 3 1587
Après le virage pas vraiment
heureux vers une sorte de hard FM, Saxon revient dans les années 90 dans
le giron du heavy-metal burné. "Solid Ball Of Rock" entamait déjà en
1990 cette tendance, mais c’est réellement "Dogs Of War" en 1995 qui a
permis aux fans de retrouver le « grand » Saxon. Et arrive finalement en
1997 ce que je considère comme étant le chef d’œuvre de leurs années 90
: le bien nommé "Unleash The Beast".

On retrouve bien sûr toujours l’incomparable Biff Byford et son fidèle
lieutenant Paul Quinn à la proue du navire, accompagné de leurs
compagnons d’armes. Mais cette fois-ci, Graham Oliver, le guitariste
présent depuis les années 80 est prié d’aller voir ailleurs si on veut
de lui. Il paraît en effet que sa contribution très mince sur "Dogs Of
War" et son je-m’en-foutisme ont ligué le reste du groupe contre lui.
Enfin, bref, il est remplacé ici par Doug Scarrat qui devient un très
bon successeur.

Les morceaux de ce cru 1997 ont tous la patate, et on ne trouve guère de
temps morts sur cet album. L’opus commence par une intro planante avant
d’embrayer sur le titre éponyme, étonnant d’agressivité et de
puissance. On n’avait plus vu ça chez Saxon depuis bien longtemps. Et,
heureusement pour nous, ça ne s’arrête pas là. "Bloodletter" et "All
Hell Breaking Loose" sont des titres très speed, doués d’une sacrée
pêche. Les refrains de "Terminal Velocity", "Ministry Of Fools" et "The
Preacher" entrent d’une oreille mais refusent de sortir par l’autre, et
trottent ainsi dans vos cages à miel pendant un sacré moment. Quant à
l’épique "The Thin Red Line", il est envoûtant du début à la fin et me
fait penser au mythique "The Eagle Has Landed". "Cut Out The Disease"
est plus lourd que le reste avec un gros riff qui tâche et "Absent
Friends" est une balade mélancolique à la guitare acoustique qui
constitue la seule accalmie dans cet album qui vous pète à la gueule
pratiquement du début à la fin, la production permettant en plus de
rendre justice à ces titres très puissants et directs.

Bref, si vous ne deviez écouter qu’un seul album du Saxon des 90’s, ça
sera celui-ci !!! Excellent et trop sous-estimé à mon avis, aussi bien à
sa sortie qu’aujourd’hui encore. Il me semble en effet que nombre de
compos sur cet opus n’ont pas à souffrir de la comparaison avec les
"Strong Arm Of the Law", "Heavy Metal Thunder" et autres "Princess Of
The Night". A écouter d’urgence donc si ce n’est pas déjà fait Smile
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 13:17

SAXON - Page 3 5610
Il y a 10 ans, SAXON, qui était
alors un groupe considéré comme complètement dépassé, avait effectué un
retour en force sur le plan artistique avec un album, qui bien que
définitivement ancré dans les 80’s, s’avérait être vraiment excellent.
Unleash the beast (peut-être leur meilleur album), permit à SAXON de
retrouver une véritable crédibilité ce qui se concrétisa par une
signature avec les allemands de SPV. La germanisation du combo
britannique s’accentua avec le départ du batteur Nigel Glockler remplacé
par le teuton Fritz Randow, à la frappe nettement plus mécanique. La
conséquence de tout ceci fut l’album Metalhead, un disque beaucoup plus
moderne. Mais cette concession à la modernité se fit au détriment de la
facette biker qui disparu totalement, faisant de Metalhead un album trés
mitigé. En 2001 SAXON réintroduisit des éléments rock’n’roll sur un
Killing ground nettement plus varié et plus riche que son prédécesseur.
Pourtant en 2004, la bande de l’infatigable Biff Byford revint à un
heavy metal nettement plus carré, et franchement formaté, avec le très
moyen Lionheart (avec cette fois-ci le non moins mécanique Jorg Michael à
la batterie).
Mais voilà qu’en 2006, SAXON effectua une tournée, en l’honneur des 25
ans de la NWOBHM, sur laquelle il ne joua quasiment que des morceaux
issus de ses 6 premiers albums, et qui vit le retour de l’excellent
Nigel Glockler derrière les fûts. Logiquement, on pouvait se poser la
question de savoir si cette tournée nostalgique, et le come-back d’un
batteur qui a souvent eu son mot à dire dans le processus de
composition, allaient induire un changement notable dans la musique de
nos Anglais. The inner sanctum est-il donc dans la droite lignée de
Lionheart ou opère t-il un retour vers le heavy biker des 80’s ?

Sur ce nouvel album SAXON semble vouloir satisfaire ces deux mondes.
Pour notre plus grand bonheur Biff Byford et ses acolytes ont décidé de
réintroduire des éléments à fort caractère rock’n’roll, comme au bon
vieux temps, tout en conservant un son très moderne et percutant
(Charlie Bauerfiend est toujours aux manettes, et signe là une
production remarquable), rendant nos quinquagénaires bien plus puissants
que bien des combos plus jeunes. Le heavy pur et dur de ces dernières
années est également loin d’être oublié.

Conscient d’effectuer un retour en force, SAXON se déclare lui-même en
état de grâce avec le morceau d’ouverture « State of grace », un
mid-tempo lancinant, mélodique et inspiré, avec un break bien senti
rappelant celui du fameux « Dallas 1 PM ». Pas besoin cette fois-ci
d’ouvrir les hostilités avec un titre rentre-dedans, SAXON veut montrer
qu’avec l’âge il est aussi devenu un groupe classieux. Mais que les
amateurs de heavy musclé n’aient de crainte, dès le second titre, le
bien nommé « Need for speed », la machine à riff est de retour et
embraye sec. Ca faisait d’ailleurs très longtemps qu’ils n’avaient pas
pondu un riff typiquement biker, tout en étant très speed et ultra
heavy. « Let me feel your power » est dans la même veine, en encore plus
burné et rentre-dedans.
L’aspect rock est totalement revendiqué sur le jouissif « I’ve got to
rock (to stay alive) » au titre on ne peut plus évocateur. La guitare du
fidèle Paul Quinn fait parler la poudre sur ce morceau fédérateur. On a
l’impression d’entendre là le SAXON de l’époque Solid ball of rock, une
référence.

Evidemment, SAXON ne saurait désormais se cantonner à du heavy brut de
décoffrage. L’excellent single « If I was you » tente un peu de sortir
des sentiers battus, avec un refrain à l’aspect pop greffé sur une
structure purement heavy. Tandis que « Red star falling » fait office de
morceau plus posé à fort relent épique, se situant quelque part entre
les excellents « The eagle has landed » et « Shadows on the wall».

Avec « Atila the Hun », SAXON signe une des plus longues pièces de sa
carrière. Il s’agit bien sur d’une épopée épique avec son lot de
changement de rythme et de mélodies. Mais il ne s’agit pas là d’un
simple remake de « Crusader » comme le fut « Lionheart ». Pas de longue
montée en puissance, tout ici demeure très direct. Un morceau moins
accessible qu’il n'y parait, où l’on notera la dualité entre des lignes
mélodiques orientales et des riffs surpuissants rappelant ceux de «
Witchfinder general ».

Byff Byford ne semble vraiment pas décidé à vieillir. Sa performance est
toujours aussi efficace, toujours aussi charismatique. Ce que sa voix a
perdu en ampleur avec les années elle l’a gagné en agressivité. Bien
qu’il semble tout de même forcer un peu trop sa voix sur les titres les
plus bourrins.

Les thèmes abordés sur cet album sont variés et à la fois classiques
pour du SAXON. Ode aux heavy rock, à l’esprit biker, mais aussi point de
vue plus social avec « If I was you » qui traite du port d’arme et des
crimes et fresque épique avec « Atila the Hun » et « Red star falling »
qui évoque la chute du communisme d’Europe de l’est.

Avec The inner sanctum, SAXON ne décevra en aucun cas ceux qui ont
apprécié les albums récents. Une des forces de cet album est de sonner
de façon bien plus puissante et d’avoir beaucoup plus de pêche qu’un
Lionheart tout en renouant avec un aspect plus heavy rock bienvenu, ce
qui ravira également les indécrottables des premiers opus. Même les
amateurs de l’époque Innocence is no excuse peuvent y trouver leur
compte avec un morceau tel que « Going nowhere fast » qui aurait pu sans
problème figurer sur ce dernier ou aussi avec le presque stadium «
Ashes to ashes ».

The Inner sanctum est donc un très bon album qui surpasse sans grande
difficulté ses prédécesseurs. Certes, il ne fera pas oublier les anciens
classiques de SAXON, mais il s’agit très certainement de leur meilleure
réalisation depuis Unleash the beast. Les années passent et SAXON
reste. La fin de carrière n’est sans doute plus très loin pour nos
Anglais, mais en tout cas les jeunes devraient en prendre de la graine,
car c’est là une véritable leçon de heavy metal que viennent d’asséner
les vétérans de la NWOBHM.
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 13:18

SAXON - Page 3 7359
Voilà
à peine 2 ans que le dernier album de SAXON est sorti que voici déjà un
nouvel opus. Un délai normal pour un jeune groupe mais pour un ancien
comme SAXON, c’est déjà plus inhabituel et pas forcément rassurant, à
l’image d’un MOTÖRHEAD qui ne cesse de sortir des albums avec la
régularité d’un métronome mais au contenu pour le moins anecdotique. Et
bien n’y allons pas par quatre chemins : ce "Into the labyrinth" est
nettement en dessous de son prédécesseur le très bon "The inner
sanctum". Les comparaisons avec son aîné ne manqueront pas, tant "Into
the labyrinth" est dans sa droite lignée, véritable "The inner sanctum
part II", l’inspiration en moins…

Bref, ce nouvel opus est un disque sans surprise, une œuvre syndicale
prétexte à une nouvelle tournée. Bien sur, SAXON n’est pas n’importe
quel groupe et détient donc un certain savoir faire métallique qui saura
toujours attirer le chaland. Même en mode pilotage automatique, le
groupe parvient à écrire quelques bons titres qui font remuer. Ainsi,
l’album semble plutôt bien commencer : « Battalions of steel » fera
illusion à la première écoute. Un titre épique efficace, dans la
tradition de ce que fait le groupe depuis le morceau « The power and the
glory », mais bien vite, on sent que la durée de vie de ce titre est un
peu limitée ; il faut dire qu’on est en terrain connu et qu’en plus, ce
morceau souffre de l’adjonction de chœurs féminins samplés qui sonnent
vraiment très cheap. Il n’y a rien de pire que de ne pas avoir les
moyens de ses ambitions et il est étonnant que les vieux briscards de la
bande à Biff soient tombés en plein dans le panneau, peut-être aidés
par un Charlie Bauerfiend qui nous sert une production aseptisée. «
Battalions of steel » reste un bon titre mais qui n’a pas la classe d’un
« State of grace ». Même problème avec le second morceau, « Live to
rock », un single entraînant, mettant en valeur la facette rock du
groupe mais qui là encore souffre de la comparaison avec l’énorme « I’ve
got to rock » de l’album précédent, décidément… Cela dit « Live to rock
» demeure un des meilleurs moments de l’album.

Autres bons moments, avec « The letter/Valley of the kings », second
titre épique de l’album qui lorgne cette fois-ci beaucoup du côté de «
Red star falling » mais avec des couplets beaucoup plus speed, sans, une
fois de plus (malheureusement), atteindre sa qualité. Le dernier sommet
artistique de l’album étant atteint par « Come rock of ages », il n’y a
pas à dire, mais quand SAXON veut faire dans le hard rock fédérateur,
ils s’en sortent haut la main. Ce titre est en plus idéalement placé
puisqu’il permet à l’auditeur de se réveiller après le lourdingue «
Protect yourself » et l’ultra banal « Hellcat » : deux morceaux de pur
remplissage qui ne se contentent pas d’être faiblards… ils sont
carrément nuls ! Même les moins bons titres du moyen "Lionheart" était
au-dessus. Et ce n’est pas le seul moment de faiblesse de l’album. Le
lourd « Crime of passion » se veut également bien pénible, le blues «
Slow lane blues » est inoffensif, la version bottleneck de « Coming home
» (l’original figurant sur l’album "Killing ground"), en prévision d’un
futur album acoustique, est originale pour le groupe mais le résultat
relève une fois de plus de l’anecdote. Anecdotique… c’est bien triste
mais c’est sans doute le terme qui définit le mieux cet album.

On sent tout de même que les Anglais ont voulu parfois faire preuve de
certains efforts. Le titre « Voices » témoigne d’une ambition évidente:
mi-ballade, mi mid-tempo, il débute superbement, donne l’impression
d’avoir affaire à un grand titre, mais finalement s’enlise au bout de
quelques minutes et nous laisse sur notre faim. Encore un coup dans
l’eau ! « Demon sweeny Todd » est un speed metal très rentre dedans,
dans la veine d’un « Need for speed », mais en un peu meilleur grâce à
un riff pas piqué des vers.
Paul Quinn et Doug Scarrat sont assez en forme quand il s’agit de
délivrer des soli plutôt inspirés, et derrière ses fûts, Nigel Glockler
fournit une prestation toujours bien plus intéressante que celles de la
plupart des groupes de heavy metal moderne (ce terme n’est pas à prendre
à la légère tant SAXON cherche depuis quelques années à coller au heavy
de son époque, notamment de ce qui se fait en Allemagne). Quant à
l’inénarrable Biff Byford, chanteur qui ne veut pas vieillir
(n’exagérons rien !), on sent qu’il ne se force guère sur ce nouvel
album: il ne pousse plus sa voix, sa prestation est un peu trop lisse
mais sans doute parfaitement en adéquation avec ses capacités actuelles.


"Into the labyrinth" est donc un album sans surprise, au mieux
sympathique, au pire une faible resucée de "The inner sanctum". L’effet
salvateur de la tournée de 2006 et du retour de Nigel Glockler semble
s’être estompé, SAXON reprend un rythme de croisière pépère, bien trop
pépère, le groupe ne donne pas l’impression d’en vouloir. Espérons que
leur projet d’album acoustique qui doit sortir en 2009 permettra au
groupe de se ressourcer afin qu’ils nous reviennent ensuite plein de
niaque.
Revenir en haut Aller en bas
DOMMDOMMSymphonyMessages : 10373
Date d'inscription : 19/05/2010
Age : 55
Localisation : digoin
SAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitimeLun 18 Fév - 13:19

SAXON - Page 3 9317
"Call To Arms" est le 19e album
studio de SAXON. Si certains en doutaient encore, le groupe britannique
fait maintenant clairement partie de ceux qui n’ont plus rien à prouver.
En plus d’être un groupe culte, SAXON peut se prévaloir d’une solide
réputation de groupe sérieux, stable, productif et avant tout tourné
vers la musique. Depuis 1976, ces gars-là arpentent le monde pour autant
de tournées de folie presque systématiquement séparées par la
publication de nouveaux albums. Ils ne se sont jamais arrêtés en cours
de route, même durant les périodes difficiles. On ne compte plus les
titres essentiels qu’ils ont offerts au petit monde du Heavy Metal.
Bref, en cette année 2011, Biff BYFORD et ses compères avancent en
terrain conquis et se contentent de faire du mieux qu’ils peuvent, ce
qu’ils ont toujours su faire.

Pourtant, depuis la fin des années 2000, SAXON accuse une petite baisse
de régime. Après un très bon album, "Lionheart" (2004), "The Inner
Sanctum" (2007) a commencé à montrer les limites atteintes par le
concept artistique très NWBHM inauguré en 1985 avec "Innocence Is No
Excuse", et "Into The Labyrinth" (2009) n’a fait que confirmer cette
impression. Craignant de s’encrasser avec l’âge, nos rosbeefs préférés
ont opté pour un virage à bâbord, un retour aux sources, dans l’esprit
des hits intemporels fleurant bon l’huile de vidange du début des années
1980, à la "Wheels Of Steel", "Denim And Leather" et autres "Crusader".
C’est dans cet esprit qu’a été conçu "Call To Arms". Pari gagné ? Pas
tout à fait…

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça commence très fort avec un
titre absolument redoutable en ouverture, "Hammer Of The Gods". Un
rythme effréné, des guitares hystériques, et surtout un chant digne des
plus belles prouesses de cette indestructible légende qu’est Biff
BYFORD. Bien que plus technique que les premiers albums, "Hammer Of The
Gods" évoque avec succès les premiers hits de SAXON, "Heavy Metal
Thunder" en tête, et ne manquera pas d’enflammer les salles de concerts.
Mais on décèle déjà LA faiblesse qui plombe l’album dans son ensemble :
l’absence de riff de-la-mort-qui-tue. Car c’est avant tout ça qui
caractérise la qualité d’un "Strong Arm Of The Law" ou d’un bon vieux
"Dallas 1 PM" : des riffs de légende s’extirpant de guitare
tonitruantes, qui vous donnent envie de vous jeter contre les murs et
dont vous vous souviendrez jusqu’à la fin de vos jours. Et j’ai beau me
passer en boucle les trois quarts d’heure de musique proposés par "Call
To Arms", je ne retrouve rien de tout cela avec cet album.

Oh bien sûr il y a de beaux morceaux de bravoure. Les titres les plus
bourrins sont assurément les meilleurs, "Surviving Against The Odds" et
"Afterburner" en tête. "Chasing The Bullet" est également très réussi
avec sa super ligne de basse sur les couplets. Et Biff est toujours
aussi enthousiasmant. D’ailleurs l’increvable chanteur à la chevelure
dorée fait preuve d’une surprenante vitalité malgré son âge avancé (59
ans au moment de l’enregistrement) : tantôt rageur, tantôt furieusement
mélodique, fidèle à son timbre vocal inimitable, il casse littéralement
la baraque, comme au bon vieux temps. Il livre d’ailleurs sur la plupart
des titres quelques-unes des ses meilleures performances sur la période
récente, et son talent occulte presque totalement celui de ses
comparses musiciens…

Car ce qui a empêché "Call To Arms" d’être aussi bon qu’il aurait pu
être, c’est que malgré l’indéniable talent de Paul QUINN et Doug
SCARRATT, la musique n’est pas à la hauteur de ce qu’on estime être en
droit d’espérer de la part de SAXON. Désireux de renouer avec ses
racines, de proposer une musique plus simple, plus directe, plus
rock’n’roll, le groupe est peut-être allé trop loin dans cette démarche.
Outre l’absence de grands riffs que je viens d’évoquer, certaines
compos paraissent simplistes, parfois un peu faibles, et malgré le
retour à quelque chose de plus brut, de plus sobre, certains passages
manquent cruellement de puissance. Les guitares ne sont plus aussi
pesantes qu’autrefois, et malgré toute leur bonne volonté, les
Britanniques n’ont pas réussi à retranscrire l’ambiance de leurs débuts.
Cela n’empêche pas certains titres d’être intéressants comme je l’ai
évoqué précédemment, mais on en trouve aussi d’autres vraiment pas
enthousiasmants, comme "Back In 79" ou le titre éponyme (malgré une
belle performance de BYFORD sur le refrain), mid-tempo lourdeaux presque
caricaturaux. "When Doomsday Come", titre composé pour le film de
guerre "Hybrid Theory" (1), en plus d’être un poil sirupeux, comprend
une intervention de Don AIREY (DEEP PURPLE), qui est certes un excellent
joueur d’orgue mais qui n’a strictement rien à voir avec la direction
artistique caractérisant les ¾ des pistes de cet album… Les autres
chansons que je n’ai pas évoquées sont cool, mais sans plus, et la
présence d’une version « orchestrale » de "Call To Arms" en fin de
galette est pour le moins subsidiaire.

Bref, il y a à boire et à manger sur ce 19e SAXON, et c’est d’autant
plus embarrassant que nous avons ici affaire à un album de dix pistes
pour tout juste 39 minutes de musique, sans compter le doublon que je
viens d’évoquer. Plutôt décevant, un peu cheap (à l'image de sa pochette
vraiment pas engageante), "Call To Arms" contient tout de même
plusieurs bons moments et même un excellent titre, "Hammer Of The Gods",
taillé pour le live. Il renferme surtout une excellente performance
vocale de Biff BYFORD, qui sauve le disque à lui tout seul, d’où ma note
finale de 3/5. Et bien qu’il manque de consistance, cet album pourra
contenter les fans déçus par l’orientation plus FM des deux précédents
et qui voulaient un retour aux fondamentaux, mais même après plusieurs
passages en boucle, je ne parviens décidément pas à en extraire quelque
chose de véritablement inoubliable. Un skeud mineur, en somme, mais
peut-on vraiment demander plus de la part d’un si grand groupe qui
arrive en fin de carrière ? Peu importe ce qui sort de ses studios,
SAXON reste un groupe de scène, et tant qu’ils continueront à assurer en
live, l’essentiel sera sauf.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsoriséSAXON - Page 3 Vide
MessageSujet: Re: SAXON   SAXON - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
SAXON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» SAXON WORLD TOUR
» Saxon : Heavay Metal Thunder - The movie
» SAXON tournée 2011
» JUDAS PRIEST + SAXON
» Saxon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kiss France forum :: Rock et musiques :: Groupes, artistes.S-
Sauter vers: